Restez connectés avec nous
Ménès défend le PSG et désigne les autres clubs coupables du manque d'intérêt de la Ligue 1

Club

Ménès : « Ouvrir le dossier Ancelotti »

Retrouvez l’analyse de Pierre Ménès après la défaite du PSG à domicile face à Rennes. Le journaliste sportif n’a pas hésité à critiquer Fredy Fautrel, l’arbitre de la rencontre, mais aussi Frédéric Antonetti et Carlo Ancelotti.

« C’est fou : même quand je n’ai pas spécialement envie de parler du PSG, j’y suis obligé ! Même si l’équipe parisienne était amoindrie par les blessures et les suspensions, ce match contre Rennes au Parc après un seul point pris lors des deux derniers matchs revêtait une importance cruciale. Mais une fois de plus, le club de la capitale a très mal entamé son match en encaissant ce but d’Alessandrini, auteur d’une demi-volée sensationnelle. Si ça continue, l’ancien Clermontois va être le seul à concourir lors des Oscars du foot en fin de saison pour le titre de plus beau but de l’année. Après ça, le PSG a égalisé grâce à un joli ballon piqué de Nene avant de laisser place au « show Fautrel ». C’est impossible de disputer un match de foot normal avec un arbitre qui met un carton pratiquement sur chaque action. Ceci étant dit, l’expulsion de Costil me parait justifiée. Le gardien rennais annihile une vraie occasion de but pour Ménez. Alors je crois que tout le monde a bien entendu la sortie anti-française absolument scandaleuse d’Antonetti. Quand on voit qu’Ancelotti a été convoqué par la commission de l’éthique pour des propos où il conteste l’arbitrage en toute politesse, je suis impatient de voir comment va être jugé le technicien corse sur ce coup-là. Et alors qu’il se préparait à jouer 70 minutes en supériorité numérique, le PSG a encaissé un coup-franc sur lequel la responsabilité de Sirigu, qui a très mal placé son mur et laissé tout un côté ouvert à Féret, est lourdement engagée. Et puis nouveau rebondissement peu après la pause avec l’expulsion de Makoun pour un deuxième carton jaune qui me paraît très sévère. Il y a faute, mais Nene fait son saut de cabri habituel et j’estime qu’un avertissement verbal musclé aurait suffi. A 11 contre 9, je pensais que le PSG allait s’en sortir. C’était sans compter sur trois choses. Une, l’étonnante prestation du remplaçant de Costil, N’Diaye, qui a sorti – dans un style pas toujours orthodoxe mais efficace – quelques très bons arrêts. Deux, l’effarante maladresse d’Hoarau, qui a bouffé la feuille en ratant deux occasions immanquables à ce niveau et dans un tel contexte. Et trois, la tactique d’Ancelotti, qui s’est contenté d’empiler les joueurs offensifs et de placer Maxwell – gaucher quasi-exclusif – latéral droit alors que l’exploitation des côtés était une solution très avantageuse en double supériorité numérique. En face, par leur abnégation, par le talent d’Alessandrini, par la classe de Féret, les Rennais sont allés chercher une victoire méritée. Après avoir totalement raté son début de championnat, cette équipe rennaise pas épargnée par les problèmes qu’on sait, a su réagir. Bravo à elle, et à Salma Hayek qui est allée saluer les supporters bretons. Côté parisien, il va peut-être falloir ouvrir pour de bon le « dossier Ancelotti ». Je veux bien qu’il y ait des absents, qu’Ibra ne soit pas là, mais un point en trois matchs avec les joueurs dont le coach italien dispose encore, ce n’est tout simplement pas normal. Ou alors, du fait de sa réputation et de son palmarès, ce monsieur est tout bonnement intouchable. Perso, ça fait de longs mois que j’émets de sérieux doutes sur son implication dans le projet parisien et on ne pourra pas m’empêcher de continuer à le penser à la lumière des dernières prestations parisiennes. D’ailleurs, lui-même a employé le mot « crise » lors de sa conf’ de presse d’après-match. Ce qui veut dire que même les millions du Qatar ne peuvent rien face à la malédiction de la « crise de novembre » que tout le monde connaît… », a analysé le consultant du Canal Football Club sur son blog.

Derniers articles

Autres articles présents dans Club