Restez connectés avec nous
Ménès défend le PSG et désigne les autres clubs coupables du manque d'intérêt de la Ligue 1

Club

Ménès s’attend à un « carnage » avec ce PSG

Très critique envers le PSG en début de saison, Pierre Ménès n’a plus grand chose à redire sur les prestations parisiennes. Le consultant du Canal Football Club est séduit par le jeu développé par l’équipe de Carlo Ancelotti et s’attend à voir le club parisien écraser la Ligue 1 s’il continue à jouer de la sorte.

« C’est avec un grand plaisir – et pour le coup sans la moindre démagogie – que je me suis rendu avec toute l’équipe de Canal à Valenciennes pour ce match important qui récompensait l’excellent début de saison des Nordistes et leur qualité de jeu, même si ça s’est un peu dégradé depuis quelques matchs. La principale interrogation de cette rencontre était de savoir si le PSG allait confirmer l’impression laissée contre Evian.  La qualité du jeu de Paris samedi dernier était extrêmement intéressante et hier soir, dans ce magnifique petit stade du Hainaut qui a battu son record de spectateurs, le PSG a montré qu’il était en train de devenir ce que son recrutement et son ambition l’oblige à être. C’est-à-dire le monstre qui doit dévorer le championnat. Soyons très clairs : quelle que soit l’équipe de Ligue 1 en face, si Paris joue au niveau de ses deux derniers matchs, ça va être un carnage ! Parce que Paris possède des joueurs de dimension internationale, pour ne pas dire mondiale pour certains, parce qu’ils jouent enfin une partition cohérente, ils ont tout, désormais, pour écraser la concurrence. Et je pense que cette cohérence ne vient pas seulement du passage au 4-4-2 ou des quatre joueurs offensifs. Le retour de Thiago Motta y est également pour beaucoup. L’Italien ne passe précisément pour être l’un de mes chouchous en matière de football, mais il est évidemment un élément stabilisateur de cette équipe. Motta en libéro du milieu et Matuidi en élastique devant lui ont ratissé tous les ballons. Et finalement, Paris a joué avec quatre joueur offensifs mais n’a été mis en danger que par une frappe au premier poteau de Ducourtioux en 90 minutes. Combien de fois a-t-on vu le PSG concéder beaucoup plus d’occasions en jouant pourtant avec sept joueurs à vocation défensive ? Et puis clairement, avec des joueurs de couloir de ce niveau, ça apporte un vrai plus. Lavezzi n’est pas toujours d’une spontanéité inouïe, mais il ne vole pas son picotin. Qu’est-ce qu’il court ! Quant à Pastore, il a moins de déchet dans son jeu que pendant sa mauvaise période mais en plus, il travaille énormément pour l’équipe et est encore partie prenante sur les deux premiers buts. Et puis évidemment, il y a le phénomène Ibra, qui a donc marqué 17 buts en ayant joué 14 matchs. Il y a deux ans, Mamadou Niang avait fini meilleur buteur de Ligue 1 en totalisant 18 buts sur la saison… Lorsque le PSG jouait avec trois milieux déf’, on voyait très souvent Ibra dézoner et se positionner en meneur. Là il est resté devant, en jouant  parfois la « carotte » comme on dit, et ça ne l’a pas empêché de planter un triplé. Au final, le score est évidemment corsé. Et encore, si on compte le poteau de Matuidi et l’énorme occase gâchée par Ménez en fin de match, l’addition aurait pu être encore plus salée. Encore une fois, j’ai longtemps été très déçu – et je ne me suis jamais privé de le dire – par ce PSG version QSI-Leonardo-Ancelotti. Ce que je vois depuis deux matchs de Ligue 1 et un autre de Ligue des Champions montre qu’on doit avoir un degré d’exigence maximal avec cette équipe. Parce qu’elle a de quoi défoncer le championnat, ce qui n’est d’ailleurs pas forcément à souhaiter pour l’intérêt de la Ligue 1 et pour les autres clubs. Mais qu’on soit supporter ou pas du PSG, c’est une réalité qui me semble absolument implacable », a analysé le journaliste sportif sur son blog.

Derniers articles

Autres articles présents dans Club