Restez connectés avec nous

Club

Ménez : « Il ne faut pas se le cacher »

Peu en vue lors de la préparation en raison d’une reprise tardive, Jérémy Ménez espère effectuer une saison de haut niveau, encore meilleure que la dernière. Le N°7 parisien se sent prêt à tout donner et à accepter la concurrence à son poste.

« Si j’ai bien terminé la saison, c’est aussi parce que je jouais plus devant. Cela correspond à mes qualités, et j’ai pu mieux les exprimer. L’arrivée d’Ancelotti m’a fait beaucoup de bien et m’a permis de progresser rapidement. Pour une première saison au PSG, c’était pas mal; mais je ne m’arrête pas là-dessus. Je sais que je peux faire beaucoup mieux. Il faut que je sois plus concentré tout au long du match, même si j’ai quand même beaucoup évolué sur ce plan-là. Et puis je dois être plus performant devant le but. J’ai dû mettre environ 10 buts la saison dernière (9 au total, dont 7 en Ligue 1 et 2 en Ligue Europa) mais j’en ai aussi raté pas mal. C’est ce que m’avait dit le coach en fin de saison dernière et j’en suis tout à fait conscient, a expliqué dans Le Parisien l’international français, qui s’attend donc à subir une rude concurrence avec les arrivées de Lavezzi et Lucas Moura. J’aime beaucoup jouer et j’ai besoin de ça. Aucun joueur n’a envie de rester sur le banc, même si parfois il faut s’y résoudre. Mais je sais très bien qu’il y aura des changements de temps en temps. J’y suis prêt. Lucas ? A vrai dire, je ne le connais pas du tout. Même s’il vaut je ne sais pas combien… (45 M€), il faudra d’abord qu’il gagne sa place sur le terrain. »

Et comme tous ses coéquipiers, Ménez a désormais la chance d’évoluer aux côtés de Zlatan Ibrahimovic, un joueur qu’il avait croisé en Série A. « Je me souviens qu’en Italie les défenseurs avaient beaucoup de mal face à lui. Il ne perd pas beaucoup la balle et il va beaucoup nous aider à ce niveau-là. Dans la mentalité, c’est un gagneur. Et puis il a ses gestes devant le but. Je le regarde à l’entraînement, j’observe et j’essaie de progresser. Mais, sur le terrain, je ne vais pas changer mon jeu par rapport à lui. On va apprendre à se trouver comme avec Pocho (Ezequiel Lavezzi), qui vient d’arriver. »

Enfin, l’ancien joueur de la Roma sait que le PSG est le grand favori du championnat et qu’il va falloir répondre aux attentes. « On est favoris, il ne faut pas se le cacher. On vise le titre et les deux autres compétitions nationales. A nous, maintenant, de nous concentrer sur le terrain, car ça va beaucoup parler à l’extérieur. Il faudra faire abstraction de tout ça, a conclu Ménez, après avoir rappelé qu’il n’était pas forcément dangereux de jouer sur tous les tableaux étant donné l’effectif dont dispose Carlo Ancelotti. Ça pourrait être un danger si on avait un groupe de 20 joueurs. Mais là, le coach dispose de 30 joueurs. Il y a de quoi faire pour jouer sur tous les tableaux même si la priorité reste le championnat. Ensuite, il s’agira de montrer une belle image du PSG en Ligue des champions. »

Derniers articles

Autres articles présents dans Club