Restez connectés avec nous

Club

Nenê : « Je ne suis pas égoïste »

Souvent critiqué pour son manque d’altruisme et ses caprices de star, Nenê est revenu dans L’Equipe sur cette image de lui qu’il juge erronée. Le N°10 parisien a notamment évoqué son erreur face à Auxerre et estime que les critiques subies par la suite sont injustes.

« Parce que j’ai fait une erreur, l’équipe va perdre le titre ? Si on croit ça, c’est pfff…ça te dégoûte. Puis j’ai quand même marqué. Je ne suis pas parfait mais c’est ma meilleure saison. Et l’équipe, ce n’est pas seulement moi. J’ai fait une erreur, mais tout le monde en fait. A Auxerre, le problème, ce n’est pas que j’ai été égoïste, c’est que je n’ai pas levé la tête. Mais ça se passe en une fraction de seconde. Je n’ai pas vu Kevin (Gameiro). En plus, il m’a appelé mais je n’ai pas entendu. Je ne suis pas égoïste. C’est mon jeu de dribbler et de garder le ballon. Même si parfois je le garde un peu trop. Je ne cherche pas la lumière. On me prête une personnalité qui n’est pas la mienne. On parle plus de moi parce que je marque plus de buts, mais tout le monde a son importance. Si j’avais un comportement de star, je ne ferais rien à l’entraînement. Je ne lis pas les critiques, mais les gens qui viennent me voir pour me dire : « Pourquoi ils sont asse-c… avec toi ? » Je m’en fous. Le plus important, c’est que l’on soit content de mon travail, a expliqué le Brésilien, qui a également accepté le fait que Leonardo le recadre, lui et certains joueurs de l’effectif, après le match à Nancy et de supposées activités nocturnes. C’est normal que Leonardo recadre. Quand tu es dans le sprint final, tu dois faire encore plus attention. Je ne dis pas que je ne sors jamais, mais je ne bois presque jamais. Je fais attention. Je récupère bien, je mange bien, je travaille. Si je ne me blesse presque jamais, c’est aussi une question d’équilibre et de discipline entre ma vie et le terrain. Bon, c’est peut-être aussi parce que je n’ai pas beaucoup de muscles. Ca limite le risque de blessures (rires).»

De son côté, Carlo Ancelotti a des méthodes plus radicales pour punir ses joueurs. La semaine dernière, après un retard à l’entraînement, Nenê et Javier Pastore ont dû payer le restaurant à leurs coéquipiers et tout le staff du club. Si certains joueurs n’étaient pas présents en raison de leurs obligations personnelles, Carlo Ancelotti, ses adjoints et une grande partie de l’effectif se sont rendus au restaurant italien César, dans le 8e arrondissement de Paris, pour passer une belle soirée entièrement « offerte » par les deux Sud-Américains. « Ah oui. Javier et moi. Mais j’ai juste oublié de mettre le réveil. Ce n’était pas un truc… Le coach m’a dit : « Tu dois payer le restau », et on a passé un bon moment ensemble. C’est mieux qu’une amende, je trouve. Même si ça coûte plus cher… », a rigolé le meilleur buteur du PSG, qui doit désormais faire très attention chaque soir au moment de régler son réveil, sous peine de devoir sortir la carte bleue une nouvelle fois dans un restaurant chic de la capitale.

Derniers articles

Autres articles présents dans Club