Restez connectés avec nous

Club

Pastore : « Je manque encore de confiance »

Très critiqué depuis le début de saison, Javier Pastore s’est ressaisi face à l’OM mercredi soir (2-0), lors des 8e de finale de la Coupe de la Ligue. Auteur d’une passe décisive, l’Argentin a montré plus d’envie et plus d’agressivité.

« L’agressivité, j’y travaille. C’est quelque chose que je veux agréger à mon jeu. Peu à peu je m’améliore. Quand on n’a pas le ballon, je dois essayer d’aller sur le porteur et aider mes coéquipiers à le récupérer. Presser plus haut nous donne la possibilité de récupérer plus haut et d’attaquer à partir de là. J’y pensais déjà avant le premier Clasico de la saison. Je n’ai pas pu le faire à tous les matches : c’est plus mental que physique, de savoir qu’il faut toujours presser, aller au duel tout le temps… Je n’y étais pas habitué dans mon jeu. Ce sont des choses nouvelles qui vont m’aider à l’avenir », a expliqué « El Flaco », à l’occasion d’un entretien donné à l’AFP.

Récemment, Carlo Ancelotti avait reconnu que Pastore manquait de confiance. « C’est moi qui l’ai dit à l’entraîneur. Je ne me sentais pas sûr dans certaines choses que je faisais auparavant bien sans m’en rendre compte. J’ai progressé ces deux derniers matches. Mais il m’en manque encore. Ancelotti me demande surtout de jouer derrière la ligne de milieu adverse, d’être plus efficace dans les passes en profondeur, dans la dernière passe », précise l’international albiceleste, qui préfère donner une passe décisive plutôt que de marquer un but. « Enfant, je jouais déjà comme ça, parfois j’arrivais devant le gardien et j’attendais un coéquipier pour qu’il marque. »

Sur le terrain, c’est avec les joueurs les plus techniques de l’effectif que s’entend le mieux Pastore. « Avec Ménez, Ibra, Thiago Motta, Maxwell, Verratti… C’est aussi avec eux que je parle le plus (en italien, ndlr). Avec Ménez, c’est facile : s’il part en profondeur, je le lance, et il fait le reste, comme mercredi. Si je fais une passe longue, je sais qu’il l’aura parce qu’il est rapide. Si je fais une passe courte, je sais qu’il va bien contrôler. L’avoir devant nous aide beaucoup », assure-t-il. Quant à Ibrahimovic, il souligne qu’il s’agit d’un élément hors-norme. « Il nous a beaucoup donné. C’est un joueur différent. En le voyant jouer ou s’entraîner, on voit qu’il est beaucoup plus qu’un joueur. La saison dernière, il y avait des matches qu’on jouait bien mais qu’on ne gagnait pas. Cette année, sans qu’on joue aussi bien, on sait qu’il peut faire basculer le match d’une action ou d’un but. Il nous donne confiance et sécurité », conclut Pastore, lui aussi capable de réaliser un tel exploit. En espérant qu’il y parvienne le plus souvent possible à l’avenir…

Derniers articles

Autres articles présents dans Club