Restez connectés avec nous

Club

Pastore : « On peut créer la surprise face au Barça »

Javier Pastore jouera sûrement le match le plus important de sa carrière ce soir lors du quart de finale aller de la Ligue des Champions face au FC Barcelone. Le milieu de terrain argentin voit cette rencontre comme une aubaine et attend avec impatience de se confronter à Lionel Messi.

« Un rêve ou un cauchemar ? Un rêve, même si le Barça est favori. Mais c’est le genre de matchs qu’on ne joue pas tous les mardis. Franchement, c’est vraiment une grande joie d’être l’adversaire de Barcelone. Si la pression sera sur eux ? Oui car, sur le papier, ils sont plus forts que nous. Leur qualification serait logique pour tout le monde. Mais on peut créer la surprise, a assuré El Flaco dans Le Parisien, avant d’expliquer pourquoi Lionel Messi est le meilleur joueur du monde. Parce qu’il le démontre tous les jours ! Il n’est jamais moyen. A chaque match, il est au-dessus des autres. Je dis bien à chaque match. Et cela, un footballeur normal en est incapable. Je l’ai seulement affronté en match amical cet été au Parc. Mais, dans un match officiel, ce sera une première. J’ai hâte. On ne s’est pas appelé mais, juste avant le match, on se dira quelques mots dans le couloir. Ce sera très sympa comme à chaque fois qu’on se croise. Je l’ai vu faire des choses lors des entraînements avec la sélection argentine que je n’arriverais même pas à décrire. Ce sont des gestes qui n’existent que chez lui. Des gestes de Messi. Il a une relation étrange et particulière avec le foot. On dirait que le ballon est amoureux de lui. Dans l’histoire, il y a quelques joueurs qui sont dans leur propre monde. Maradona, Pelé, Zidane par exemple. Et moi, j’ai la chance de côtoyer l’un d’eux, Leo Messi. L’affronter en Ligue des champions, c’est magnifique. En dehors des terrains ? Il est presque trop gentil et très timide. Vraiment, il donne l’impression de n’avoir rien à dire et reste dans son coin. C’est sur la pelouse qu’il aime s’exprimer. Ce contraste est très impressionnant. S’il est le Pape du foot ?  Il ne faut pas exagérer quand même ! Mais, si c’est le pape du foot, j’ai encore plus envie d’aller à l’église et de prier ! »

A titre personnel, Pastore réalisé une saison plutôt honorable, surtout qu’il a dû s’adapter à un poste inhabituel. « Je ne vais pas vous mentir et dire que j’ai toujours été bon. Mais je vous rappelle que, en début d’année, j’ai changé de rôle sur le terrain et je suis allé sur le côté gauche. Il m’a fallu un peu de temps pour m’habituer. Ce n’était pas qu’un problème tactique mais aussi physique car les efforts sont différents. Avec cette explication, reconnaissez qu’il est un peu logique d’avoir eu des moments un peu compliqués, a expliqué le N°27 parisien, qui sait qu’il est parfois difficile d’avoir la même motivation en Ligue 1 qu’en Ligue des Champions. Le niveau est plus élevé et la concentration vient toute seule en Ligue des champions. On est très bons dans ces rencontres. En L1, on s’est mis parfois au niveau de l’adversaire et ce n’est pas bon. Mais je vous promets que personne ne choisit ses matchs. Il est trop important pour nous de gagner le championnat avec force et puissance. Après, c’est vrai que la motivation est parfois plus compliquée sur quelques matchs de L1. Mais nous la trouvons quand même. »

Derniers articles

Autres articles présents dans Club