Restez connectés avec nous

Club

PSG – ASSE : Les notes des Parisiens

Homme du mach – Camara (7) : Difficile de désigner un homme du match tant la plupart des joueurs parisiens ont livré un bon match. Mais la défense, qui n’a pas encaissé de buts pour la première fois depuis le 15 février dernier, a été très solide et le retour de Camara n’y est pas étranger. Car si on avait peur de son manque de rythme, Papus nous a rapidement rassuré en étant à la fois serein et solide et en maîtrisant parfaitement les attaquants stéphanois. Mis à part une petite erreur de placement en fin de match, il a prouvé qu’il avait autant sa place que n’importe quel autre défenseur. Sa première moitié de saison nous l’avait déjà démontré et il prouve que les anciens du club sont toujours là pour aider l’équipe, même s’ils passent la plupart de leur temps sur le banc des remplaçants. Un bel exemple.

Sirigu (5,5) : Le portier italien a passé une soirée plutôt calme. Il s’est limité à quelques sorties et c’est justement à ce niveau-là qu’il a encore quelques progrès à faire. Car sur quelques ballons aériens menaçants, il pouvait s’imposer un peu plus pour soulager sa défense.

Jallet (7) : Dans la lignée de ses récentes prestations, le capitaine du PSG a confirmé son statut de titulaire indiscutable sur son flanc droit. Efficace défensivement, il a aussi beaucoup apporté offensivement, notamment en délivrant une passe décisive à Pastore.

Alex (7) : Plus il joue, plus le défenseur brésilien paraît solide. Associé à Camara pour la première fois depuis son arrivée, l’ancien joueur de Chelsea s’est imposé dans les airs tout au long du match en plus d’avoir été très propre dans la relance.

Camara (7) : Voir plus haut.

Armand (7) : Costaud sur son côté gauche, le latéral parisien a fait le travail défensivement, malgré une erreur de marquage sur Nicolita en début de seconde période. Il a moins apporté que Jallet offensivement mais ses nombreuses montées ont souvent forcé le bloc stéphanois à jouer très bas. Et comme son coéquipier Camara, il a prouvé que les anciens avaient toujours les qualités pour dépanner, voire plus.

Motta (6,5) : Comme à son habitude placé devant la défense, l’international italien a parfaitement régulé le jeu parisien grâce à sa qualité de passe légendaire. S’il a une nouvelle fois été averti d’un carton jaune, il a toutefois été propre dans ses interventions.

Maxwell (5,5) : Titularisé au milieu de terrain pour la première fois depuis son arrivée, le Brésilien a eu du mal à se lancer dans le match. Son retour de blessure n’y est sûrement pas étranger mais heureusement, il s’est imposé au fil des minutes en créant des brèches en attaques, notamment en lançant Nenê à plusieurs reprises dans la profondeur. Remplacé par Matuidi (74e).

Bodmer (6,5) : Souvent placé très bas sur le terrain afin d’organiser le jeu, le milieu de terrain parisien a du coup été peu actif offensivement. On pourra tout de même retenir cette magnifique reprise acrobatique juste avant la pause suite à un festival de Pastore et Nenê. Ca rentrait, c’était le but de l’année ! Remplacé par Sissoko (65eme), qui nous a offert quelques rushs intéressants et un impact physique important.

Ménez (6) : Le feu follet parisien a encore donné du fil à retordre à ses vis-à-vis grâce à ses accélérations et ses crochets de feu. S’il a provoqué le penalty de l’ouverture du score, il n’a pas toujours fait les bons choix, notamment en deuxième période quand il a préféré frapper au but au lieu de la donner à ses coéquipiers pourtant nombreux dans la surface. Il aurait aussi pu inscrire son 7e but de la saison si sa frappe du gauche n’avait pas rencontré le poteau de Ruffier.

Nenê (6) : Une nouvelle fois buteur sur penalty, ce qui lui a permis d’inscrire son 17e but de la saison, le N°10 parisien a été omniprésent en première période. Mais il s’est éteint au fil des minutes, sûrement à cause de la fatigue engendrée par l’enchaînement des matches. Remplacé par Hoarau (80e), qui a eu le temps d’inquiéter Ruffier et de lancer Jallet sur le deuxième but parisien.

Pastore (5,5) : Mis à part un dribble réussie sur l’action conclu par la reprise acrobatique de Bodmer, El Flaco n’a quasiment rien apporté en première période. Heureusement, il s’est réveillé après la pause et même s’il a eu beaucoup de déchet dans son jeu, il a encore une fois été décisif en inscrivant le but du KO et du même coup son 12e but de la saison.

Derniers articles

Autres articles présents dans Club