Restez connectés avec nous

Club

PSG-Brest : Les notes des Parisiens

Sirigu (6) : Auteur de quelques bonnes sorties devant les attaquants brestois, le portier italien n’a pas été très sollicité et n’a pas eu à s’employer sur sa ligne pour repousser les attaques bretonnes. Tranquille.

Ceara (6,5) : Le Brésilien a parfaitement géré l’équilibre attaque-défense et peu de mouvements adverses ont pu avoir lieu de son côté. On aurait cependant aimé qu’il apporte un peu plus offensivement, même si les consignes d’Antoine Kombouaré ne lui ont peut-être pas permis de trop se porter vers l’avant. Solide.

Lugano (5,5) : Omniprésent dans le jeu aérien, notamment sur les coups de pieds arrêtés, le défenseur uruguayen a fait preuve de solidité dans les duels mais s’est parfois trop jeté dans les pieds des attaquants brestois. Encourageant.

Camara (5) : Même si l’attaque adverse n’a pas trop inquiété la charnière centrale parisienne, le défenseur parisien n’a pas paru serein sur des ballons faciles, n’a pas toujours été précis dans sa relance et a rencontré beaucoup de difficultés dans ses duels avec Nolan Roux. Fébrile.

Tiéné (4,5) : Encore une fois, le latéral ivoirien n’a pas fait preuve d’une solidité à toute épreuve et beaucoup de percées bretonnes ont eu lieu de son côté. Son placement approximatif a parfois déséquilibré la défense parisienne et son apport offensif a frôlé le néant. Insuffisant.

Matuidi (7) : Très efficace en première mi-temps avec notamment un nombre de ballons récupérés incalculable et une relance efficace, l’ancien Stéphanois a légèrement peiné physiquement en deuxième période. Mais cela ne l’a pas empêché de dominer le milieu de terrain et d’abattre un travail défensif hors-norme. Faucheuse.

Bodmer (4,5) : En lieu et place de Clément Chantôme, l’ancien Lyonnais s’est beaucoup donné tout au long de la rencontre mais n’a pas été assez efficace sur les phases offensives, en étant assez maladroit dans ses transitions et ses tentatives face au but. Fade.

Nenê (3,5) : Le début de saison du N°10 parisien n’a rien à voir celui réalisé il y a un an. Le Brésilien manque de vitesse, de spontanéité, et donne l’impression de ne pas vouloir jouer simplement. A la peine dans les duels, il a ralentit le jeu parisien à plusieurs reprises et s’est même payé le luxe de ne pas se montrer efficace sur coups de pieds arrêtés. Médiocre.

Ménez (7) : A l’opposé de Nenê, l’international français s’est montré très percutant et beaucoup de décalages ont été provoqués par ses débordements. Avec une troisième passe décisive cette saison sur le but de Pastore, l’ancien Romain monte petit à petit en puissance, même si lui aussi manque parfois de simplicité dans son jeu. Incisif.

Pastore (8) : On attendait beaucoup de lui, et il n’a pas fallu longtemps pour que le meneur argentin enflamme le Parc des Princes. Auteur de gestes de grande classe, El Flaco s’est une nouvelle fois montré décisif en inscrivant le but de la victoire grâce à une balle piquée de toute beauté. Pas avare en replacements défensifs, le N°27 parisien transpire le football et semble de plus en plus disponible sur le terrain. Prodige.

Gameiro (5) : Installé à la pointe de l’attaque, l’attaquant français n’a pas eu beaucoup de ballons à se mettre sous la dent, en raison du manque de vitesse de l’attaque parisienne. Dans l’incapacité de se mettre en position de tir, l’ancien Lorientais est sorti de la pelouse sur sa faim. Frustré.

Derniers articles

Autres articles présents dans Club