Club

Riolo : « Etre en quart suffit amplement au PSG »

PSG - Riolo "attends les premiers mouvements" et avoue être "perplexe" devant le cas Cabaye
Publie le 07/03/2013 a 10:32



  • Daniel Riolo a livré son analyse sur le match de mercredi soir face entre le PSG et Valence. Conscient que les Parisiens n’ont pas fait un grand match, le journaliste sportif estime que le club de la capitale a rempli avec brio sa mission, à savoir aller le plus loin possible en Ligue des Champions.

    « Une qualification tranquille, sans stress, sans suspense, c’était la mission des Parisiens. Conforter l’impression du match aller. Qu’est-ce qui a poussé Ancelotti a changé d’approche, le résultat acquis à Mestalla ou le nombre d’absents ? Gameiro aurait pu remplacer Ibra, mais c’est finalement, comme annoncé la veille dans l’After, avec Lucas et Lavezzi devant et Chantôme au milieu que le PSG débute. En 442 sur la feuille de match, même si on sait que Chantôme n’est pas vraiment à l’aise dans le couloir droit. Les bonnes nouvelles, ce sont les présences de Motta et Silva. Le capitaine est associé à Alex. Sakho est bel et bien le n°3 au poste, mais on le savait déjà. Et puisque Valence doit marquer, Valence fait le jeu. Ça arrange Paris. Mais un peu comme à l’aller, Valence semble plutôt impuissant offensivement. L’implication du PSG est à la hauteur du match et les espaces sont rares pour les Espagnols. Sans être trop bas, le PSG contient son adversaire et accélère à chaque récupération. Le seul problème des Parisiens est peut-être le manque de profondeur. Il n’y a pas de vrai 9 et sur certains coups on ne peut pas s’empêcher de le penser. L’impression est que Paris est supérieur, mais les buts inscrits tôt il y a 3 semaines avaient rendu la sensation forcément plus nette. En gardant l’état d’esprit affiché durant la première période, il est assez difficile d’envisager Valence en mettre 2. Le seul bémol, c’est une tendance parisienne a parfois tarder dans les relances, à perdre quelques ballons dans ses 40 mètres. Le 0/0 à la pause est logique puisqu’on n’a presque pas vu d’occasion de but. Un 0/0 qui va très bien au PSG. Le doute concernant la gestion des 40 mètres prend forme très vite en seconde période. Valence n’est pas encore passé en mode « on lâche tout » que Chantôme rate une relance que Matuidi ne peut sauver. C’est banal de dire qu’à ce niveau-là ce genre de choses ne doit pas exister. Jonas en profite. A 1/0 pour Valence, le PSG n’est plus à l’abri d’une grosse claque. Ancelotti change Motta pour Gameiro. Le milieu va devoir assurer, d’autant que l’entrée de Banega à Valence a rendu l’adversaire plus consistant dans le jeu. Le coach de Valence sent le coup jouable et modifie ses plans peu à peu pour rendre son équipe toujours plus offensive. La qualification du PSG s’obtiendra à la « baston.» C’est d’ailleurs sur ce thème que Lavezzi arrache l’égalisation après un gros travail de Gameiro. C’est poussif, mais la volonté, la rage sont là. Le 2e but de Valence n’élimine plus Paris. Un PSG qui a surtout besoin de retrouver confiance et calme. Le « fameux » caractère, expression favorite d’Ancelotti, c’est maintenant qu’il faut le montrer. Dans le jeu, Valence ne progresse pas beaucoup. Mais à force de reculer, Paris offre des coups francs, des corners. A chaque fois, ce sont des situations de tensions. Incontestablement en vrai 442 avec Lucas à droite et Gameiro devant, Paris est mieux, plus équilibré. A un quart d’heure de la fin, Valence envoie « All-In ». Valdez vient pour creuser l’axe adverse. Paris ne tient plus un ballon au milieu et recule dangereusement. Les contres, quand ils existent, ne sont pas élaborés. Ce sont des longues « tatanes » devant. Il reste 10 minutes quand Ancelotti lance Sakho. C’est curieux. La défense, même bousculée tient très bien. Pourquoi changer un secteur aussi sensible ? Maxwell s’avance alors légèrement côté gauche. Paradoxalement, sur les dernières minutes Valence ne parvient pas à mettre le feu. Il reste un dernier corner à repousser. Le PSG tient ainsi sa qualification. Elle n’aura pas été tranquille, loin de là. Mais pour une première saison à ce niveau, être en quart suffit amplement aux Parisiens. Les mentions spéciales : La charnière et surtout Silva, un monstre. Matuidi, absolument stupéfiant. Lavezzi, comme d’habitude. L’entrée de Gameiro doit enfin être soulignée », a analysé Riolo sur son blog.

    Publie le 07/03/2013 a 10:32

    Riolo : « Etre en quart suffit amplement au PSG »

    Daniel Riolo a livré son analyse sur le match de mercredi soir face entre le PSG et Valence. Conscient que les Parisiens n’ont pas fait un grand match, le journaliste sportif estime que le club de la capitale a rempli avec brio sa mission, à savoir aller le plus loin possible en Ligue des Champions.

    « Une qualification tranquille, sans stress, sans suspense, c’était la mission des Parisiens. Conforter l’impression du match aller. Qu’est-ce qui a poussé Ancelotti a changé d’approche, le résultat acquis à Mestalla ou le nombre d’absents ? Gameiro aurait pu remplacer Ibra, mais c’est finalement, comme annoncé la veille dans l’After, avec Lucas et Lavezzi devant et Chantôme au milieu que le PSG débute. En 442 sur la feuille de match, même si on sait que Chantôme n’est pas vraiment à l’aise dans le couloir droit. Les bonnes nouvelles, ce sont les présences de Motta et Silva. Le capitaine est associé à Alex. Sakho est bel et bien le n°3 au poste, mais on le savait déjà. Et puisque Valence doit marquer, Valence fait le jeu. Ça arrange Paris. Mais un peu comme à l’aller, Valence semble plutôt impuissant offensivement. L’implication du PSG est à la hauteur du match et les espaces sont rares pour les Espagnols. Sans être trop bas, le PSG contient son adversaire et accélère à chaque récupération. Le seul problème des Parisiens est peut-être le manque de profondeur. Il n’y a pas de vrai 9 et sur certains coups on ne peut pas s’empêcher de le penser. L’impression est que Paris est supérieur, mais les buts inscrits tôt il y a 3 semaines avaient rendu la sensation forcément plus nette. En gardant l’état d’esprit affiché durant la première période, il est assez difficile d’envisager Valence en mettre 2. Le seul bémol, c’est une tendance parisienne a parfois tarder dans les relances, à perdre quelques ballons dans ses 40 mètres. Le 0/0 à la pause est logique puisqu’on n’a presque pas vu d’occasion de but. Un 0/0 qui va très bien au PSG. Le doute concernant la gestion des 40 mètres prend forme très vite en seconde période. Valence n’est pas encore passé en mode « on lâche tout » que Chantôme rate une relance que Matuidi ne peut sauver. C’est banal de dire qu’à ce niveau-là ce genre de choses ne doit pas exister. Jonas en profite. A 1/0 pour Valence, le PSG n’est plus à l’abri d’une grosse claque. Ancelotti change Motta pour Gameiro. Le milieu va devoir assurer, d’autant que l’entrée de Banega à Valence a rendu l’adversaire plus consistant dans le jeu. Le coach de Valence sent le coup jouable et modifie ses plans peu à peu pour rendre son équipe toujours plus offensive. La qualification du PSG s’obtiendra à la « baston.» C’est d’ailleurs sur ce thème que Lavezzi arrache l’égalisation après un gros travail de Gameiro. C’est poussif, mais la volonté, la rage sont là. Le 2e but de Valence n’élimine plus Paris. Un PSG qui a surtout besoin de retrouver confiance et calme. Le « fameux » caractère, expression favorite d’Ancelotti, c’est maintenant qu’il faut le montrer. Dans le jeu, Valence ne progresse pas beaucoup. Mais à force de reculer, Paris offre des coups francs, des corners. A chaque fois, ce sont des situations de tensions. Incontestablement en vrai 442 avec Lucas à droite et Gameiro devant, Paris est mieux, plus équilibré. A un quart d’heure de la fin, Valence envoie « All-In ». Valdez vient pour creuser l’axe adverse. Paris ne tient plus un ballon au milieu et recule dangereusement. Les contres, quand ils existent, ne sont pas élaborés. Ce sont des longues « tatanes » devant. Il reste 10 minutes quand Ancelotti lance Sakho. C’est curieux. La défense, même bousculée tient très bien. Pourquoi changer un secteur aussi sensible ? Maxwell s’avance alors légèrement côté gauche. Paradoxalement, sur les dernières minutes Valence ne parvient pas à mettre le feu. Il reste un dernier corner à repousser. Le PSG tient ainsi sa qualification. Elle n’aura pas été tranquille, loin de là. Mais pour une première saison à ce niveau, être en quart suffit amplement aux Parisiens. Les mentions spéciales : La charnière et surtout Silva, un monstre. Matuidi, absolument stupéfiant. Lavezzi, comme d’habitude. L’entrée de Gameiro doit enfin être soulignée », a analysé Riolo sur son blog.




  • Toute l'actualité du PSG en vidéo
    Tags de l'article : , , ,
    Articles lies a ce sujet
    Espace communautaire
    • parisien91120

      HS : suis je le seul a avoir voulu pendre leguen au milieu du parc hier, en compagnie des 2 commentateur de merde

    • magicnene

      je constate aussi que riolo n’ aps vu un grand match de pastore
      hier les mecs qui ont été bons c’est ts derrière pas à 100% mais tellement facile,matuidi monstrueux et lavezzi décisif et insaisissable sans oublier l’entrée de gameiro qui a tout changé

      • Olmecinho

        Pastore a été très pressiers hier, surtout de la tête sur les corners défensif, après offensivement il se retrouvais souvent seul lors des rush, Lavezzi et Lucas retournais défendre trop bas malgré les demandes de Carlo pour que l’un reste en pointe, on peut comprendre là pourquoi Ibra ne défend pas trop

        • magicnene

          pastore a fait un gros match défensif je suis ok mais qu’on me dise que ça était un des meilleurs non,c’est pas un mdf

    • Shadcfc

      Une bonne analyse de Riolo.

    • PSG_Paris

      Perso j’aime pas ses analyses . Mais là il a cas même fait une bonne analyse. Allez Paris!

    • Olmecinho

      A tous ceux qui se plaignent du jeu pratiqué hier, redescendez sur terre les mecs, on parle d’une équipe qui n’a pas joué la LDC depuis près de 8 ans, Man. City ne passe pas les poul en 2 ans après plus de 5 ans d’investissement masseuse en recrutement (au moins 5 fois les sommes déjà investi par QSI) et je suis sûre que leur supporter aimerait être à Notre place. Pensez vous que les supporters du Réal se plaigne de leur qualification plus laborieuse que la notre, ou que les supporter de Man. U se contente d’avoir été eliminé en pratiquant un beau jeu. Ne prenez pas trop la grosse tête en si peu de temps, vous donnez raison a tous ceux qui déteste le PSG pour l’arrogance de ces supporters.
      Le match de hier soir annule déjà pour vous la prestation contre Porto, Kiev, Valence à l’allé. A mon avis il est trop tôt pour vouloir déjà passer des tours en Ligue des champion avec la manière. Les supporters de Chelsea se sont pas plein du jeu pratiqué la saison dernière, malgré le Milliard investi en 10ans en recrutement, ils ont simplement jubilé à chaque tour passé

      • Pixie21

        Absolument. Profitons.

      • magicnene

        je me plains pas du jeu mais pour avoir été au parc hier soir,j’ai eu très peur et je trouve que la compo de carlo au départ n’était pas bonne du tout

        • Olmecinho

          Est tu sûre qu’une autre compos aurait assuré une meilleur qualification ? Le but du match de hier n’était pas de gagner, mais de se qualifier, on ne peut pas comparer à la Juve qui avait gagner 3-0 à l’aller ou à Dortmund qui ne devais surtout pas perdre, on avait une marge mais pas suffisante pour prendre des risques, pour moi tactiquement c’est bien joué, avec Ibra, on aurait sûrement joué autrement

          • magicnene

            perso j’aurais laissé lucas à droite,soit en jouant sans pointe avec pastore lucas et lavezzi qui permutent comme nene pastore menez l’an dernier,ou alors j’aurais titularisé gameiro car on avait sans surprise personne en pointe pour prendre la profondeur ou encore ne point de fixation

            lucas son poste c’est à droite,la seule fois ou il est passé c’est à droite je comprends pourquoi changer quelque chose qui marche,à l’aller on avait vu

            quand gameiro est entré,valence ne pouvait plus ressortir tranquillement et ils ont souffert face aux appels e,la grinta de gameiro illustrée par le but ou li s’arrache pour récupérer dans les pieds de parejo et ensuite avec de la réussite,la ballon arrive à lavezzi qui en 2temps marque du genou

            • parisien91120

              donc pour un match aussi capital tu aurais chambouler tout le shema tactique??? c pas une bonne idee jpense…on peux esperer une autre compo, on le fait tous, mais voila on ne voit pas se qui se passe a l’entrainement…je suis le 1er a etre decu d’une compo mais nous n’avons pas toutes les carte en main

      • 1.christiannie

        D’avoir réussi à se qualifier dans la douleur n’a rien de dégradant, car à ce niveau on joue comme les circonstances et l’adversaire l’autorisent…Pour preuve, il s’est passé ce à quoi l’on pouvait s’attendre de la part de VALENCE, qui, en bonne habituée des joutes européennes et malgrè une cuvée 2012/2013 légèrement en dessous de ce qu’elle produit depuis toujours en L1, n’a pas raté deux matches de suite et a su donner à la rencontre l’impulsion qu’il lui fallait, afin de mettre un PSG moins en jambes qu’à l’aller, sur le reculoir…Que dans ces conditions ça soit passé est même très encourageant…Les seuls regrêts que j’ai exprimé de suite après la rencontre, étant que Carlo a un peu joué avec les allumettes en titularisant d’emblée MOTTA à un poste clé du milieu, alors que momentanément je l’espère, il ne semble plus avoir la santé pour évoluer à ce niveau…En comparaison, BECKHAM m’aurait bien plus rassuré, tant physiquement que dans sa capacité à propulser avec précision le jeu vers nos flêches de l’attaque…De plus, au cours des prochains jours, il faudra surveiller de près l’état physique de LUCAS, qui a beaucoup donné depuis janvier et qui aurait sûrement besoin de retrouver un peu de fraicheur…à ces deux réserves près, la soirée d’hier ne m’a pas du tout déçu…Tout au plus mis sous tension, jusqu’à 3 à 4 heures après la rencontre

      • footcrix

        J’ai rien à rajouter. Tu as tout dit. Manchester city, chelsea sont bien placé pour le savoir. Mais bon on peut toujours la jouer pleureuse comme pascal Praud. Déjà qu’il y a un club français qi est en 1/4 soyons heureux, personne n’aurait vraiment donné paris à ce stade de la compétition après son retour en LDC.

    • vu la compo on pouvait pas espérer mieux niveau jeu.
      mais on été présent et volontaire jusqu’au bout.
      Et comme le dit notre ami Slash la rentrée de gameiro est vraiment à souligner.

    • nana_80

      enfin une analyse positif….
      seul club français en 1/4 de LdC et tous ces pseudo consultants ne trouvent que des choses négatives; certes c’était pas terrible ms là seul le résultat compte. on gagne avec des valeurs de courage et d’abnégation. .. on ns le reproche assez souvent pr ne pas ns en féliciter aujourd’hui (si c’était une autre équipe de L1 il en aurait été autrement…)

      • footcrix

        C’est aussi ce que je pense. C’est juste dingue toute cette antipathie envers notre club sur tout et n’importe quoi. Et pour autant ils ne peuvent se passer du PSG pour assurer leur audience sur tout et n’importe quoi.

    • Slash1276

      La charnière et surtout Silva, un monstre. Matuidi,
      absolument stupéfiant. Lavezzi, comme d’habitude. L’entrée de Gameiro
      doit enfin être soulignée

      On a tous vu la même chose! ouf!

      • majestik49

        je rajouterais l importance de pastore pr ressortir les ballons que ce soit avec la tete ou avec des passes, en particulier en milieu de seconde periode, puis a l entree de sakho , en position plus offensive ou il a la aussi permis de garder plus le ballon, en etant aussi présent dans la surface

    Dernieres news

    Suivez-nous sur les reseaux



    L'actualité européenne

    LDC – Lukoki « ils ne communiquaient pas entre eux…ils ne jouaient pas en équipe »

    Adversaires

    Jody Lukoki, ailier droit de 24 ans de Ludogorets, a été interrogé par L’Equipe à propos du match ...

    Les dernières activités

    Fermer
    Activité récente
    NicolasBa publié un new post."Mercato - Le PSG aurait fait une offre à Luan Vieira"
    9 minutes ago
    NicolasBa publié un new post."PSG/Nice - Guérin: si Paris ne gagne pas "Ça va ébranler le club tout entier""
    1 hour ago

    Actualité Féminine

    Féminines - Delannoy "On espère qu’il y aura du monde pour nous soutenir au Stade Georges Lefèvre"

    Féminines – Delannoy « On espère qu’il y aura du monde pour nous soutenir au Stade Georges Lefèvre »

    Actu Féminin

    Demain après-midi, le Paris Saint Germain et Juvisy se retrouvent à nouveau en Division 1 féminine, ...

    Vidéos PSG

    Riolo : « Etre en quart suffit amplement au PSG »

    PSG - Riolo "attends les premiers mouvements" et avoue être "perplexe" devant le cas Cabaye <Club , LDC

    Daniel Riolo a livré son analyse sur le match de mercredi soir face entre le PSG et Valence. Conscient que les Parisiens n’ont pas fait un grand match, le journaliste sportif estime que le club de la capitale a rempli avec brio sa mission, à savoir aller le plus loin possible en Ligue des Champions.

    « Une qualification tranquille, sans stress, sans suspense, c’était la mission des Parisiens. Conforter l’impression du match aller. Qu’est-ce qui a poussé Ancelotti a changé d’approche, le résultat acquis à Mestalla ou le nombre d’absents ? Gameiro aurait pu remplacer Ibra, mais c’est finalement, comme annoncé la veille dans l’After, avec Lucas et Lavezzi devant et Chantôme au milieu que le PSG débute. En 442 sur la feuille de match, même si on sait que Chantôme n’est pas vraiment à l’aise dans le couloir droit. Les bonnes nouvelles, ce sont les présences de Motta et Silva. Le capitaine est associé à Alex. Sakho est bel et bien le n°3 au poste, mais on le savait déjà. Et puisque Valence doit marquer, Valence fait le jeu. Ça arrange Paris. Mais un peu comme à l’aller, Valence semble plutôt impuissant offensivement. L’implication du PSG est à la hauteur du match et les espaces sont rares pour les Espagnols. Sans être trop bas, le PSG contient son adversaire et accélère à chaque récupération. Le seul problème des Parisiens est peut-être le manque de profondeur. Il n’y a pas de vrai 9 et sur certains coups on ne peut pas s’empêcher de le penser. L’impression est que Paris est supérieur, mais les buts inscrits tôt il y a 3 semaines avaient rendu la sensation forcément plus nette. En gardant l’état d’esprit affiché durant la première période, il est assez difficile d’envisager Valence en mettre 2. Le seul bémol, c’est une tendance parisienne a parfois tarder dans les relances, à perdre quelques ballons dans ses 40 mètres. Le 0/0 à la pause est logique puisqu’on n’a presque pas vu d’occasion de but. Un 0/0 qui va très bien au PSG. Le doute concernant la gestion des 40 mètres prend forme très vite en seconde période. Valence n’est pas encore passé en mode « on lâche tout » que Chantôme rate une relance que Matuidi ne peut sauver. C’est banal de dire qu’à ce niveau-là ce genre de choses ne doit pas exister. Jonas en profite. A 1/0 pour Valence, le PSG n’est plus à l’abri d’une grosse claque. Ancelotti change Motta pour Gameiro. Le milieu va devoir assurer, d’autant que l’entrée de Banega à Valence a rendu l’adversaire plus consistant dans le jeu. Le coach de Valence sent le coup jouable et modifie ses plans peu à peu pour rendre son équipe toujours plus offensive. La qualification du PSG s’obtiendra à la « baston.» C’est d’ailleurs sur ce thème que Lavezzi arrache l’égalisation après un gros travail de Gameiro. C’est poussif, mais la volonté, la rage sont là. Le 2e but de Valence n’élimine plus Paris. Un PSG qui a surtout besoin de retrouver confiance et calme. Le « fameux » caractère, expression favorite d’Ancelotti, c’est maintenant qu’il faut le montrer. Dans le jeu, Valence ne progresse pas beaucoup. Mais à force de reculer, Paris offre des coups francs, des corners. A chaque fois, ce sont des situations de tensions. Incontestablement en vrai 442 avec Lucas à droite et Gameiro devant, Paris est mieux, plus équilibré. A un quart d’heure de la fin, Valence envoie « All-In ». Valdez vient pour creuser l’axe adverse. Paris ne tient plus un ballon au milieu et recule dangereusement. Les contres, quand ils existent, ne sont pas élaborés. Ce sont des longues « tatanes » devant. Il reste 10 minutes quand Ancelotti lance Sakho. C’est curieux. La défense, même bousculée tient très bien. Pourquoi changer un secteur aussi sensible ? Maxwell s’avance alors légèrement côté gauche. Paradoxalement, sur les dernières minutes Valence ne parvient pas à mettre le feu. Il reste un dernier corner à repousser. Le PSG tient ainsi sa qualification. Elle n’aura pas été tranquille, loin de là. Mais pour une première saison à ce niveau, être en quart suffit amplement aux Parisiens. Les mentions spéciales : La charnière et surtout Silva, un monstre. Matuidi, absolument stupéfiant. Lavezzi, comme d’habitude. L’entrée de Gameiro doit enfin être soulignée », a analysé Riolo sur son blog.

    By
    @
    OTER ?>