Club

Riolo : « La preuve que le PSG va dans le bon sens »

PSG - Riolo "attends les premiers mouvements" et avoue être "perplexe" devant le cas Cabaye
Publie le 11/04/2013 a 11:06



  • Daniel Riolo a livré son analyse du quart de finale retour de la Ligue des Champions entre le FC Barcelone et le PSG (1-1). S’il regrette évidemment l’élimination, le journaliste sportif estime que le club de la capitale a beaucoup d’avenir.

    « Y croire donc. Croire à l’exploit. Ça ne coûte rien et après tout, pourquoi ne pas se laisser aller à l’enthousiasme qui s’était manifesté un peu partout à l’approche du match. Mais, c’est surtout eux, les joueurs, qui devaient y croire. Ne pas finir avec de la frustration, des « on a failli ». Et si le Barça gagne, colle une raclée, où est le problème ? Parmi tous les adversaires qui sont venus souffrir au Camp Nou, combien auraient aimé ne pas voir Messi en face. Et bien cette chance, le PSG l’a. A Paris, Motta revient, mais on ne sait pas dans quel état. Il est associé à Verratti. Pour le reste, c’est classique. Les premières minutes indiquent que le PSG est fébrile. Défensivement, mais aussi offensivement quand Lavezzi part dans l’axe et conduit mal son ballon. La domination du Barça se met en place, peu à peu. Logiquement. On attend que le PSG relâche un peu de pression et cesse de rendre le ballon trop vite à son adversaire. Ça s’arrange autour du premier quart d’heure. Le match peut alors débuter. La sensation de voir un PSG consistant est réelle. Paris ne recule pas et accepte le jeu. Le PSG défend bien, mais n’est pas assez fort devant. Les situations de buts existent mais sont mal négociées. Dire que la première période est équilibrée n’est pas exagéré. Le PSG peut rivaliser, c’est une certitude. Un seul souci toutefois. Le Barça a clairement identifié que côté droit, Paris est faible. Et on ne peut que constater, comme lui, que Jallet est en-dessous. La première période est bonne. Etonnante. Le Barça n’arrive pas à développer son jeu. Au milieu, devant, aucun signe extérieur de supériorité notable. Il manque quoi ? Un peu de méchanceté devant, un Lavezzi plus lucide, moins confus. Toutes les bonnes sensations sont validées dès l’entame de la seconde période. Une sortie de balle énorme avec Verratti en vedette. Au bout, Pastore marque. Messi remonte ses chaussettes, le Barça a peur. Une évidence invraisemblable. Messi ne rentre pas et voit son Barça ne rien réussir de bon. Le PSG non seulement tient, mais monte même son niveau. Motta et Verratti bouclent le milieu et chaque ballon récupéré est bonifié. Il reste 30 minutes quand Messi entre. A lui d’éviter la déroute des siens. Très vite, il est face à une belle occasion, mais rate un contrôle. Ancelotti ne change toujours rien. On attend le siège du but de Sirigu, mais il tarde. Et au moment où partout, tout le monde croit à la performance, Messi met la passe qu’il faut. Pedro égalise et dorénavant Paris doit se livrer. Psychologiquement, Messi a fait mal en entrant et en mettant la passe qui a cassé la défense centrale parisienne. Le génie est entré pour ça, il l’a fait. Tirer son équipe de la mouise. C’était presque écrit. Il marche et ça suffit. Le PSG n’est pas en mesure de prendre le ballon et d’aller inquiéter Valdès. C’est un peu comme si Paris attendait les dernières minutes pour tout lâcher. L’entrée de Gameiro est-elle le signe d’un Paris qui va aller plus haut ? Il le faut. Beckham entre aussi. A la place de l’excellent Verratti. Un coup franc, un corner, on ne voit que ça pour justifier ce changement. Côté Barça, Villa laisse sa place à Song. Le Barça a visiblement besoin de solidité. Suite à l’égalisation, le PSG n’a pas su, pu insister. Deux matches nuls contre le Barça, voilà le lot de consolation. Maigre. C’est tout de même la preuve que le club va dans le bon sens. A un étudiant, on dirait : encourageant ! », a analysé Riolo sur son blog.

    Publie le 11/04/2013 a 11:06

    Riolo : « La preuve que le PSG va dans le bon sens »

    Daniel Riolo a livré son analyse du quart de finale retour de la Ligue des Champions entre le FC Barcelone et le PSG (1-1). S’il regrette évidemment l’élimination, le journaliste sportif estime que le club de la capitale a beaucoup d’avenir.

    « Y croire donc. Croire à l’exploit. Ça ne coûte rien et après tout, pourquoi ne pas se laisser aller à l’enthousiasme qui s’était manifesté un peu partout à l’approche du match. Mais, c’est surtout eux, les joueurs, qui devaient y croire. Ne pas finir avec de la frustration, des « on a failli ». Et si le Barça gagne, colle une raclée, où est le problème ? Parmi tous les adversaires qui sont venus souffrir au Camp Nou, combien auraient aimé ne pas voir Messi en face. Et bien cette chance, le PSG l’a. A Paris, Motta revient, mais on ne sait pas dans quel état. Il est associé à Verratti. Pour le reste, c’est classique. Les premières minutes indiquent que le PSG est fébrile. Défensivement, mais aussi offensivement quand Lavezzi part dans l’axe et conduit mal son ballon. La domination du Barça se met en place, peu à peu. Logiquement. On attend que le PSG relâche un peu de pression et cesse de rendre le ballon trop vite à son adversaire. Ça s’arrange autour du premier quart d’heure. Le match peut alors débuter. La sensation de voir un PSG consistant est réelle. Paris ne recule pas et accepte le jeu. Le PSG défend bien, mais n’est pas assez fort devant. Les situations de buts existent mais sont mal négociées. Dire que la première période est équilibrée n’est pas exagéré. Le PSG peut rivaliser, c’est une certitude. Un seul souci toutefois. Le Barça a clairement identifié que côté droit, Paris est faible. Et on ne peut que constater, comme lui, que Jallet est en-dessous. La première période est bonne. Etonnante. Le Barça n’arrive pas à développer son jeu. Au milieu, devant, aucun signe extérieur de supériorité notable. Il manque quoi ? Un peu de méchanceté devant, un Lavezzi plus lucide, moins confus. Toutes les bonnes sensations sont validées dès l’entame de la seconde période. Une sortie de balle énorme avec Verratti en vedette. Au bout, Pastore marque. Messi remonte ses chaussettes, le Barça a peur. Une évidence invraisemblable. Messi ne rentre pas et voit son Barça ne rien réussir de bon. Le PSG non seulement tient, mais monte même son niveau. Motta et Verratti bouclent le milieu et chaque ballon récupéré est bonifié. Il reste 30 minutes quand Messi entre. A lui d’éviter la déroute des siens. Très vite, il est face à une belle occasion, mais rate un contrôle. Ancelotti ne change toujours rien. On attend le siège du but de Sirigu, mais il tarde. Et au moment où partout, tout le monde croit à la performance, Messi met la passe qu’il faut. Pedro égalise et dorénavant Paris doit se livrer. Psychologiquement, Messi a fait mal en entrant et en mettant la passe qui a cassé la défense centrale parisienne. Le génie est entré pour ça, il l’a fait. Tirer son équipe de la mouise. C’était presque écrit. Il marche et ça suffit. Le PSG n’est pas en mesure de prendre le ballon et d’aller inquiéter Valdès. C’est un peu comme si Paris attendait les dernières minutes pour tout lâcher. L’entrée de Gameiro est-elle le signe d’un Paris qui va aller plus haut ? Il le faut. Beckham entre aussi. A la place de l’excellent Verratti. Un coup franc, un corner, on ne voit que ça pour justifier ce changement. Côté Barça, Villa laisse sa place à Song. Le Barça a visiblement besoin de solidité. Suite à l’égalisation, le PSG n’a pas su, pu insister. Deux matches nuls contre le Barça, voilà le lot de consolation. Maigre. C’est tout de même la preuve que le club va dans le bon sens. A un étudiant, on dirait : encourageant ! », a analysé Riolo sur son blog.




  • Toute l'actualité du PSG en vidéo
    Tags de l'article : , ,
    Articles lies a ce sujet
    Espace communautaire
    • On va bientôt nous dire que c’est le Barça qui a créé l’exploit . Sans blague , il comprend la situation ou pas du tout ? Un PSG de 20 mois qui maitrise et domine un Barça de 10 ans , c’est carrément exceptionnel . On devait prendre la branlée et au final c’est nous aurions dû la mettre . C’est pas ENCOURAGEANT, c’est MAGNIFIQUE , INCROYABLE . Le type il a plus trempé son froc devant PSG-Lyon que Barça-PSG …

    • ecthelion2

      je ne suis pas du tout d accord avec son analyse quand il dit que la première période est équilibré c est totalement faux on les a dominer au nombre d occasion je ne sais même pas si le barca a cadré une seul frappe en première période et puis pour finir dire que messi a apporter je suis un peu d accord mais de la a en faire le héros de la soirée je suis désolé mais hormis l avant dernière passe ( j insiste là-dessus ) sur le but de pedro on l a pas beaucoup vu alors il faut arrêter de lui lécher les fesses alors qu il n a pas fait grand chose

    • Soso Soso

      Et barton qui nous s…. c’est plus TS le trav

    • Soso Soso

      qui a lu le tweet de la journaliste espagnole concernant TS au barça?

      • VanderWiel38

        Non elle dit quoi ??

        • LauPSG

          en gros, que silva aurait l’accord de qsi pour rejoindre le barça après le mondial au brésil…

          • frakosun

            vous y croyez ?

            • LauPSG

              pas du tout! ^^

            • frakosun

              y’avait pas son agent là-bas récemment? Je le vois mal se barrer, mais bizarre si son agent était dans le coin, je suppose que c’était pas pour causer de la pluie et du beau temps.

            • LauPSG

              je sais pas. mais même si c’est le cas, son agent est l’agent de beaucoup d’autres joueurs…
              franchement, te prend pas la tête avec ces rumeurs bidons ;)

            • ecthelion2

              non pas un seul instant je vois mal le psg ce séparé d un de ces meilleur joueur

            • frakosun

              oki, me voilà soulagé, merci les gars je peux dormir tranquille ;)

          • emre_cwalk

            je viens de le lire c’est une rumeur qui ressemble même pas à une de mes crotte de nez les plus moche.
            Barça est dans une crise financière sans précédant. Aligner 40 M et assurer un salaire digne est juste improbable.
            Le prince veut la meilleure équipe possible un peu comme le Real à l’époque des Becks Zizou Roberto Carlos Ronaldo etc…
            TS est le meilleur sans égal !
            Cette rumeur est lancée car oui TS aime le Barça mais il finira par aimer plus le PSG.
            Ne vous laissez pas avoir par des on dit.

            Le secret est bien gardé au Qatar et toutes les décisions sont faites pour le bien du club.

    • VanderWiel38

      La preuve que Daniel va dans le mauvais sens.

    • une pensée à Cheyrou(OM) qui promettait l’enfer au PSG un 4-0 voire plus, cet analyse n’est pas digne d’un Riolo je dirais plus Rigolo ton analyse, le Barca, le Camp Nou a tremblé c’est rare de dire ça, j’ai vu un PSG que je n’avais jamais vu à l’exterieur, les supporters barcelonais qui etait habitué à une deculotté de la part de tous les adversaires en cas des grands rdv, a vu un barca qui doute un psg qui domine, je pense que c’est la premiere fois que le barca soit en danger au point d’etre soulagé que l’arbitre siffle la fin du match et pas l’adversaire

    • FlgCorp IronKeisyWear

      j’aime pas du tout son analyse on a dominer cette equipe du barca c’est faux de dire le contraire….

    • parisien28

      pas d’accord avec toi Mr riolo,tout le monde voyait la meme que contre le milan,meme la une de leur journaux le voyait comme ça,mais paris les a fait déchanté,meme messi sur le banc n’avait plus d’ongles tellement qu’il flippait…

    • LauPSG

      le mec nous promettait une manita au camp nou, au lieu de ça, on les domine quasiment de A à Z, on se procure les meilleurs occasions, on peut gagner le match en marquant 2 ou 3 buts, on fait déjouer complétement des joueurs tels que xavi, iniesta… (excusez moi du peu) et tout ce que ce rigolo trouve à dire c’est que c’est encourageant?

      je comprendrai jamais ce mec là qui est capable de nous sortir des analyses plus que pertinentes mais aussi capable de nous sortir de la merde pareille!

      • VanderWiel38

        Entièrement d’accord…

      • Shadcfc

        Oui Paris a dominé les débats.
        Manque un tueur en attaque et un arrière droit sur.

      • footcrix

        J’ai ecouté le podcast de l’after hier il était déjà meilleur dans la façon de le dire enfin surtout d’encourager les propos de leo, que j’encourage à écouter car très pertinents dans l’ensemble. Mais riolo reste sur l’entrée de messi qui a tout changé, il oubli de dire à quel point le barça peureux a changé. C’est pas tellement paris qui a reculé mais le barça entier psychologiquement a retrouvé un souffle psychologique à voir messi entrer comme l’a dit un autre consultant que je n’aime pas mais hier soir il a dit de bonnes choses sur le club : fred hermel. Bref, peut-être que si messi avait débuté ça aurait un autre match mais pas forcément perdant car si on maintient après coup cette peur l’effet banc n’aurait plus existé pour le barça. En tous cas je reste persuadé que paris n’aura pas plus peur à l’avenir de vouloir jouer son jeu que messi soit là ou pas.

      • 1.christiannie

        Il a un maxi-melon le freluquet !…Quoiqu’il ait sorti avant un match, il arrive toujours à nous raconter qu’il avait tout annoncé à l’avance…Et avec çà, il est méprisant à l’encontre de ses interlocuteurs (auditeurs ou chroniqueurs), comme un p’tit coquelet en train de s’égosiller sur son tas de fumier pour faire croire que plus on a de la gueule, plus on en a sous les plumes

      • frakosun

        un guignol ce Riolo

      • Lutece éternelle

        Riolo privilégie parfois le style et la pose auteuriste au détriment de l’analyse critique , il cherche trop à se démarquer à l’aide de sa plume et de sa prose …c’est pourquoi de temps en temps il tombe dans une approximation infatuée …il fait du riolo quoi …

      • Jusdete91

        Ils.en veut a Leo et Carlo pcqu’ il se fait rétirer ses privileges au parc des princes et c’ est la Rage qui parle.

    • VanderWiel38

      La première période est parisienne et pas équilibrée ! 5 tirs cadrées pour Paris 0 pour Barcelone !

    Dernieres news

    Classement PSG Ligue 1

    # Equipe MJ V N D Pts
    1 Angers 0 0 0 0 0
    2 Bastia 0 0 0 0 0
    3 Girondins de Bordeaux 0 0 0 0 0
    4 Caen 0 0 0 0 0
    5 Dijon 0 0 0 0 0
    6 Guingamp 0 0 0 0 0
    7 LOSC Lille Métropole 0 0 0 0 0
    8 Lorient 0 0 0 0 0
    9 Metz 0 0 0 0 0
    10 Monaco 0 0 0 0 0

    Suivez-nous sur les reseaux



    # Equipe MJ V N D Pts
    1 Angers 0 0 0 0 0
    2 Bastia 0 0 0 0 0
    3 Girondins de Bordeaux 0 0 0 0 0
    4 Caen 0 0 0 0 0
    5 Dijon 0 0 0 0 0

    L'actualité européenne

    Meunier "on attendait Aurier à l’aéroport...il y a assez de qualités dans le groupe pour s'adapter aux forfaits

    T.Meunier « On a vu une première mi-temps excellente,un bloc aussi bien défensif qu’offensif »

    LDC

    Le Paris Saint-Germain s’est réveillé ce matin avec le sourire. Grâce au match nul acquis à ...

    Les dernières activités

    Fermer
    Activité récente
    NicolasBa publié un new post."Mercato - Thiago Maia pourrait finalement signer à Saint-Pétersbourg pour remplacer Alex Witsel"
    21 hours ago
    Emjeïsa publié un new post."Lizarazu "Monaco est un prétendant au titre...Le PSG n'a pas beaucoup de marge""
    1 day ago

    Actualité Féminine

    Les parisiennes Cissoko et Geyoro en finale de la FIFA Coupe du Monde U20 féminine 2016

    Les Parisiennes Cissoko et Geyoro en finale de la FIFA Coupe du Monde U20 féminine 2016

    Actu Féminin

    Lundi, les Féminines de l’Equipe de France U20, avec les joueuses du Paris Saint-Germain Hawa Cissoko (défenseur) ...

    Vidéos PSG

    Riolo : « La preuve que le PSG va dans le bon sens »

    PSG - Riolo "attends les premiers mouvements" et avoue être "perplexe" devant le cas Cabaye <Club , LDC

    Daniel Riolo a livré son analyse du quart de finale retour de la Ligue des Champions entre le FC Barcelone et le PSG (1-1). S’il regrette évidemment l’élimination, le journaliste sportif estime que le club de la capitale a beaucoup d’avenir.

    « Y croire donc. Croire à l’exploit. Ça ne coûte rien et après tout, pourquoi ne pas se laisser aller à l’enthousiasme qui s’était manifesté un peu partout à l’approche du match. Mais, c’est surtout eux, les joueurs, qui devaient y croire. Ne pas finir avec de la frustration, des « on a failli ». Et si le Barça gagne, colle une raclée, où est le problème ? Parmi tous les adversaires qui sont venus souffrir au Camp Nou, combien auraient aimé ne pas voir Messi en face. Et bien cette chance, le PSG l’a. A Paris, Motta revient, mais on ne sait pas dans quel état. Il est associé à Verratti. Pour le reste, c’est classique. Les premières minutes indiquent que le PSG est fébrile. Défensivement, mais aussi offensivement quand Lavezzi part dans l’axe et conduit mal son ballon. La domination du Barça se met en place, peu à peu. Logiquement. On attend que le PSG relâche un peu de pression et cesse de rendre le ballon trop vite à son adversaire. Ça s’arrange autour du premier quart d’heure. Le match peut alors débuter. La sensation de voir un PSG consistant est réelle. Paris ne recule pas et accepte le jeu. Le PSG défend bien, mais n’est pas assez fort devant. Les situations de buts existent mais sont mal négociées. Dire que la première période est équilibrée n’est pas exagéré. Le PSG peut rivaliser, c’est une certitude. Un seul souci toutefois. Le Barça a clairement identifié que côté droit, Paris est faible. Et on ne peut que constater, comme lui, que Jallet est en-dessous. La première période est bonne. Etonnante. Le Barça n’arrive pas à développer son jeu. Au milieu, devant, aucun signe extérieur de supériorité notable. Il manque quoi ? Un peu de méchanceté devant, un Lavezzi plus lucide, moins confus. Toutes les bonnes sensations sont validées dès l’entame de la seconde période. Une sortie de balle énorme avec Verratti en vedette. Au bout, Pastore marque. Messi remonte ses chaussettes, le Barça a peur. Une évidence invraisemblable. Messi ne rentre pas et voit son Barça ne rien réussir de bon. Le PSG non seulement tient, mais monte même son niveau. Motta et Verratti bouclent le milieu et chaque ballon récupéré est bonifié. Il reste 30 minutes quand Messi entre. A lui d’éviter la déroute des siens. Très vite, il est face à une belle occasion, mais rate un contrôle. Ancelotti ne change toujours rien. On attend le siège du but de Sirigu, mais il tarde. Et au moment où partout, tout le monde croit à la performance, Messi met la passe qu’il faut. Pedro égalise et dorénavant Paris doit se livrer. Psychologiquement, Messi a fait mal en entrant et en mettant la passe qui a cassé la défense centrale parisienne. Le génie est entré pour ça, il l’a fait. Tirer son équipe de la mouise. C’était presque écrit. Il marche et ça suffit. Le PSG n’est pas en mesure de prendre le ballon et d’aller inquiéter Valdès. C’est un peu comme si Paris attendait les dernières minutes pour tout lâcher. L’entrée de Gameiro est-elle le signe d’un Paris qui va aller plus haut ? Il le faut. Beckham entre aussi. A la place de l’excellent Verratti. Un coup franc, un corner, on ne voit que ça pour justifier ce changement. Côté Barça, Villa laisse sa place à Song. Le Barça a visiblement besoin de solidité. Suite à l’égalisation, le PSG n’a pas su, pu insister. Deux matches nuls contre le Barça, voilà le lot de consolation. Maigre. C’est tout de même la preuve que le club va dans le bon sens. A un étudiant, on dirait : encourageant ! », a analysé Riolo sur son blog.

    By
    @
    OTER ?>