Club

Riolo : « Pourquoi on n’a pas plus vu ce PSG là ? »

Anciens - Cayzac: Aulas, le "chasseur de têtes"
Publie le 05/12/2012 a 11:34



  • Face au FC Porto, mardi soir, le PSG a montré un beau visage, bien meilleur que celui affiché ces dernières semaines. Daniel Riolo l’a remarqué et espère désormais voir ce genre de matches un peu plus souvent.

    « Il devait changer. Changer de management. C’était les mots d’Ancelotti après la déroute niçoise. Et pour cette finale de poule de LDC, on peut dire que le coach italien nous a offert une nouvelle version du « changement, c’est maintenant ». Van der Wiel plutôt que Jallet, le chouchou Menez toujours là et donc Nene sur le banc, et surtout le choix d’un 442 avec Pastore et Lavezzi ! Mais 442 comment ? A plat ? Ça veut dire un côté droit occupé par le duo Pastore/Van der Wiel ? Le risque semble important. A moins que ce soit un 42… 4 avec Pastore derrière un trio Ibra, Menez, Lavezzi. Ou enfin, un 433 avec Pastore au milieu comme Ancelotti l’avait annoncé en début de saison. Ça ressemble, en tout cas, à une vraie petite révolution. Mais si ça ne marche pas, comment ne pas se dire qu’Ancelotti est paumé ? Mais n’anticipons pas et voyons ce fameux 442 au visage si offensif. Ça débute plutôt fort pour Paris avec rapidement une grosse occasion ratée par Ibra. Un classique, souvent rédhibitoire. Cet échec initial ne freine pas Paris qui livre un début de match comparable à celui fourni face à Kiev en début de compétition. Pendant 10 minutes, le pressing parisien est bon, l’implication parfaite. Mais 10 minutes, c’est très court. Porto respire enfin et montre vite qu’il n’est pas venu à Paris pour se faire manger par une équipe malade. Un malade qui fait toutefois belle impression. La pression est en effet constante. Paris essaye de jouer très vite devant. Un souci de verticalité évident. Pastore se montre à son avantage, Lavezzi travaille beaucoup et le duo Matuidi/Chantôme domine le milieu. Il manque juste Ibra dont on attend la finition. Et Menez ? Et bien comme d’habitude, on a rendez-vous avec le coup d’éclat, mais on ne sait jamais quand il va venir. C’est suite à l’une de ses accélérations que vient le coup franc du but. 1/0 et 30 minutes d’un très bon PSG. A ce moment-là, sans savoir ce qu’il adviendra du match, on peut quand même se demander pourquoi on n’a pas plus vu ce PSG là ? Tout le barnum actuel serait resté sous le chapiteau. L’égalisation de Porto ne change rien à la réflexion. En revanche, ce but pose la question de l’équilibre. Quand Porto attaque, c’est évidemment bien fait, mais c’est aussi face à une équipe en difficulté sur le repli. La transition entre les moments forts et faibles est moyenne et face à une telle équipe ça peut être vite compliqué. Le PSG fait un bon match, mais avec une maîtrise relative. Le « climat » met une pression palpable sur les joueurs. La tranquillité est en face, dans cette équipe de Porto qui semble pouvoir faire mal à tout moment et profiter de la fébrilité d’une équipe qui a du mal à dissimuler ses doutes. La seconde période débute sur un ton similaire. Le PSG continue de faire belle figure. Le pressing est moins intense et c’est dans une position plus basse que Paris attend Porto. Ce n’est pas forcément un « mal » sachant que les Parisiens peuvent être habiles en contre. Tout n’est pas parfait, mais l’état d’esprit est présent. Encore une fois, il faut souligner que rarement Paris a montré ce visage. Et si le but du 2/1 est heureux, il est néanmoins mérité. Une sorte de récompense pour efforts fournis. Menés les Portugais haussent le ton. Chaque mouvement collectif perturbe l’équilibre parisien. Pastore disparaît peu à peu. La tenue du ballon est pour Porto et le scenario s’écrit de façon claire : le PSG doit s’arracher pour tenir et éventuellement profiter d’un contre. Pour mettre un peu plus de maîtrise au milieu, Ancelotti fait entrer Verratti pour Lavezzi. Paris revient au 433. La fin de match tient à un fil. Le PSG n’exploite pas bien des situations intéressantes et reste menacé. Fébrile, voire peureux, Ancelotti lance Jallet pour Menez. Paradoxalement ça ne fait pas reculer Paris qui se crée encore une grosse occasion par Pastore puis Ibra. Le 2/1 est finalement suffisant. Paris s’impose devant une belle équipe, la meilleure affrontée depuis le début de cette saison. Reste maintenant à savoir où en est la crise… », a analysé le journaliste de RMC sur son blog.

    Publie le 05/12/2012 a 11:34

    Riolo : « Pourquoi on n’a pas plus vu ce PSG là ? »

    Face au FC Porto, mardi soir, le PSG a montré un beau visage, bien meilleur que celui affiché ces dernières semaines. Daniel Riolo l’a remarqué et espère désormais voir ce genre de matches un peu plus souvent.

    « Il devait changer. Changer de management. C’était les mots d’Ancelotti après la déroute niçoise. Et pour cette finale de poule de LDC, on peut dire que le coach italien nous a offert une nouvelle version du « changement, c’est maintenant ». Van der Wiel plutôt que Jallet, le chouchou Menez toujours là et donc Nene sur le banc, et surtout le choix d’un 442 avec Pastore et Lavezzi ! Mais 442 comment ? A plat ? Ça veut dire un côté droit occupé par le duo Pastore/Van der Wiel ? Le risque semble important. A moins que ce soit un 42… 4 avec Pastore derrière un trio Ibra, Menez, Lavezzi. Ou enfin, un 433 avec Pastore au milieu comme Ancelotti l’avait annoncé en début de saison. Ça ressemble, en tout cas, à une vraie petite révolution. Mais si ça ne marche pas, comment ne pas se dire qu’Ancelotti est paumé ? Mais n’anticipons pas et voyons ce fameux 442 au visage si offensif. Ça débute plutôt fort pour Paris avec rapidement une grosse occasion ratée par Ibra. Un classique, souvent rédhibitoire. Cet échec initial ne freine pas Paris qui livre un début de match comparable à celui fourni face à Kiev en début de compétition. Pendant 10 minutes, le pressing parisien est bon, l’implication parfaite. Mais 10 minutes, c’est très court. Porto respire enfin et montre vite qu’il n’est pas venu à Paris pour se faire manger par une équipe malade. Un malade qui fait toutefois belle impression. La pression est en effet constante. Paris essaye de jouer très vite devant. Un souci de verticalité évident. Pastore se montre à son avantage, Lavezzi travaille beaucoup et le duo Matuidi/Chantôme domine le milieu. Il manque juste Ibra dont on attend la finition. Et Menez ? Et bien comme d’habitude, on a rendez-vous avec le coup d’éclat, mais on ne sait jamais quand il va venir. C’est suite à l’une de ses accélérations que vient le coup franc du but. 1/0 et 30 minutes d’un très bon PSG. A ce moment-là, sans savoir ce qu’il adviendra du match, on peut quand même se demander pourquoi on n’a pas plus vu ce PSG là ? Tout le barnum actuel serait resté sous le chapiteau. L’égalisation de Porto ne change rien à la réflexion. En revanche, ce but pose la question de l’équilibre. Quand Porto attaque, c’est évidemment bien fait, mais c’est aussi face à une équipe en difficulté sur le repli. La transition entre les moments forts et faibles est moyenne et face à une telle équipe ça peut être vite compliqué. Le PSG fait un bon match, mais avec une maîtrise relative. Le « climat » met une pression palpable sur les joueurs. La tranquillité est en face, dans cette équipe de Porto qui semble pouvoir faire mal à tout moment et profiter de la fébrilité d’une équipe qui a du mal à dissimuler ses doutes. La seconde période débute sur un ton similaire. Le PSG continue de faire belle figure. Le pressing est moins intense et c’est dans une position plus basse que Paris attend Porto. Ce n’est pas forcément un « mal » sachant que les Parisiens peuvent être habiles en contre. Tout n’est pas parfait, mais l’état d’esprit est présent. Encore une fois, il faut souligner que rarement Paris a montré ce visage. Et si le but du 2/1 est heureux, il est néanmoins mérité. Une sorte de récompense pour efforts fournis. Menés les Portugais haussent le ton. Chaque mouvement collectif perturbe l’équilibre parisien. Pastore disparaît peu à peu. La tenue du ballon est pour Porto et le scenario s’écrit de façon claire : le PSG doit s’arracher pour tenir et éventuellement profiter d’un contre. Pour mettre un peu plus de maîtrise au milieu, Ancelotti fait entrer Verratti pour Lavezzi. Paris revient au 433. La fin de match tient à un fil. Le PSG n’exploite pas bien des situations intéressantes et reste menacé. Fébrile, voire peureux, Ancelotti lance Jallet pour Menez. Paradoxalement ça ne fait pas reculer Paris qui se crée encore une grosse occasion par Pastore puis Ibra. Le 2/1 est finalement suffisant. Paris s’impose devant une belle équipe, la meilleure affrontée depuis le début de cette saison. Reste maintenant à savoir où en est la crise… », a analysé le journaliste de RMC sur son blog.




  • Toute l'actualité du PSG en vidéo
    Tags de l'article : ,
    Articles lies a ce sujet
    Espace communautaire
    • ZED00

      Ca y est Ancelotti est devenu bon alors qu il y a qq jours c etait une quiche ! Je ne partage pas tous ses choix – je lui en voudrais presque de ne pas avoir mis Sakho qui a du bouffer ses chaussures de rater Porto au Parc – mais de la a le prendre pour le premier venu surement pas ! Content qu il prenne les choses en main et tente autre chose au niveau tactique, le coach doit faire avec les joueurs qu il a pas imposer un shema a tout prix

    • RICOU

      riolo … vous mettez un « g » entre le i et le o et vous avez le personnage 

    • Certe les phrases sont tellement bien ecrite qu’on croirait qu’il a raison sur tout la ligne , mais moi je ne suis pas d’accord avec son analyse, loin delà…

      « Menez comme d’habitude à un coup d’éclat » : alors je ne sais pas ce qu’il a avec menez mais il est tout le temps en train de le critiquer. Menez pour moi a été le meilleur parisien du match, le seul qui peut dribbler tout une défense…

      « pourquoi on a pas plus vu ce psg est là » : alors meme si riolo a du mal a admettre qu’ancelloti a été nul depuis le debut de la saison. Sur ce match la on a joué en 4-4-2 et donc un meilleur equilbre/rendement de l’equipe. C’est le collectif qui a briller suite a cette tactique. Donc pour moi c’est a cause de la tactique d’ancelloti qu’on a pas vu ce psg jusqu’a aujourd’hui…

      « la question de l’equilibre » completement faux, le psg etait parfaitement equilibré, decidemmment j’crois qu’il n’a pas vu le meme match…

      « Pastore disparait peu a peu » :c’est juste en 2e periode qui monte en regime mais bon c’est pas grave

      Bref j’en passe encore de ses erreurs d’analyse, qu’est-ce qu’il est nul!!!

       

      • ZED00

        Quand y a eu des bons matchs et des remplacements gagnant, c etait a cause de la tactique d Ancelotti ou grace  a la tactique d Ancelotti ? difficile de juger l ami, apres on n a pas les latéraux pour son systeme tant aime et il faut qu il s adapte le Mister, on est d accord. J te trouve juste un peu dur sur ce point

    • resool

      Je comprends pas cet engouement dans les médias, c’était encore très faible.

      On a besoin d’un Porto qui ne joue pas, et d’une boulette monumentale du gardien, pour s’en sortir, et tout le monde sort le champagne pour ce PSG. 
      C’est vraiment la crise pour ce satisfaire de ce qu’on a vue hier.

      • ZED00

        Faut reconnaitre que les reactions autour du PSG n ont jamais ete tres logique, et maintenant que Paris a plus de fric que la France entiere c est encore pire. Apres ne fait pas attention a ceux qui s enflamment trop vite dans un sens ou dans l autre, z ont pas l habitude…

    • gagasta

      il a repris le dessus sur son vestiaire, j’avais peur qu’il en ai pas les moyens. IBRA ne c’est pas plait de la rencontre et surtout le replis défensif de tous!! J’attend de voir sur le long terme parce qu’il faudra en faire plus face à des équipes qui jouent a 10 derrière et qui ne motivera pas forcément certain joueurs comme l’a dit 
      T Silva! seul bemolle l’entré tardive de néné!!!   

    • Gargantua75

      C’est sur qu’au niveau implication et implication c’était vraiment plaisant et on peut se dire que comme ça en championnat ça serait vraiment mieux.
      Maintenant il faut prendre en compte les équipes en face qui ne sont pas dans la même idée de jeu et surtout l’arbitrage L1 ! On a bien vu hier qu’on pouvait jouer physique et ne pas prendre un jaune sur sa première faute.
      C’est bête mais ça compte beaucoup.

      • magicnene

         tu as tout résumé,en ligue 1 tu peux pas mettre d’intensité vu que l’arbitre siffle au moindre micro accrochage.

    • Val2Meurtre

      Il a raison. c’est clair qu’en jouant comme hier soir jamais on perd contre st étienne, rennes et nice.
      Il va falloir se motiver samedi contre les montagnards !!

    • r0ckie00

      Moi jai pas vu ca comme un 442 jai vu plus 433 avec pastoré au milieu et lavezzi vmt un crannau dessus. Pastore titulaire on aura le droit ce samedi aussi, car veratti et matuidi sont suspendu. Donc le milieu sera composé de chantome matuidi et enfin motta? Jspr PSk Sissoko ça va pas du tout mais pas du tout cette année! Ou bodmer? En tout cas ce n’est pas les joueurs qui m’interessent pou samedi c’est leur état d’esprit et leur conscience de l’importance de la L1.
      Sinon riolo à parfaitement résumé le match.

      • ROrotoul

        Matuidi suspendu mon cher

        • r0ckie00

          À oui, dsl, chantome pastore*

          • majestik49

            rabiot chantome ca peut le faire aussi sauf si motta est la bien sur!

            • kapoeira64

               Moi je verrais maxwell motta chantome

            • BGx

              Non, il y en a marre de ce milieu à 3, et j’espère qu’on l’a enterré hier, du moins pour débuter les matchs et surtout au parc contre des équipes qui viennent défendre.
              Matuidi-Motta derrière 4 offensifs, Maxwell arrière gauche, point barre.

    Dernieres news

    Classement PSG Ligue 1

    # Equipe MJ V N D Pts
    1 Angers 0 0 0 0 0
    2 Bastia 0 0 0 0 0
    3 Girondins de Bordeaux 0 0 0 0 0
    4 Caen 0 0 0 0 0
    5 Dijon 0 0 0 0 0
    6 Guingamp 0 0 0 0 0
    7 LOSC Lille Métropole 0 0 0 0 0
    8 Lorient 0 0 0 0 0
    9 Metz 0 0 0 0 0
    10 Monaco 0 0 0 0 0

    Suivez-nous sur les reseaux



    # Equipe MJ V N D Pts
    1 Angers 0 0 0 0 0
    2 Bastia 0 0 0 0 0
    3 Girondins de Bordeaux 0 0 0 0 0
    4 Caen 0 0 0 0 0
    5 Dijon 0 0 0 0 0

    L'actualité européenne

    Meunier "on attendait Aurier à l’aéroport...il y a assez de qualités dans le groupe pour s'adapter aux forfaits

    T.Meunier « On a vu une première mi-temps excellente,un bloc aussi bien défensif qu’offensif »

    LDC

    Le Paris Saint-Germain s’est réveillé ce matin avec le sourire. Grâce au match nul acquis à ...

    Les dernières activités

    Fermer
    Activité récente
    Mikael Ba publié un new post."MHSC/PSG – Disponibilités et composition possible de l'équipe parisienne"
    1 hour ago
    Flavien Casinia publié un new post."Balbir: Cavani "Le buteur trace sa route et quelle route...les obstacles sont éliminés""
    9 hours ago

    Actualité Féminine

    Les parisiennes Cissoko et Geyoro en finale de la FIFA Coupe du Monde U20 féminine 2016

    Les Parisiennes Cissoko et Geyoro en finale de la FIFA Coupe du Monde U20 féminine 2016

    Actu Féminin

    Lundi, les Féminines de l’Equipe de France U20, avec les joueuses du Paris Saint-Germain Hawa Cissoko (défenseur) ...

    Vidéos PSG

    Riolo : « Pourquoi on n’a pas plus vu ce PSG là ? »

    Anciens - Cayzac: Aulas, le "chasseur de têtes" <Club , LDC

    Face au FC Porto, mardi soir, le PSG a montré un beau visage, bien meilleur que celui affiché ces dernières semaines. Daniel Riolo l’a remarqué et espère désormais voir ce genre de matches un peu plus souvent.

    « Il devait changer. Changer de management. C’était les mots d’Ancelotti après la déroute niçoise. Et pour cette finale de poule de LDC, on peut dire que le coach italien nous a offert une nouvelle version du « changement, c’est maintenant ». Van der Wiel plutôt que Jallet, le chouchou Menez toujours là et donc Nene sur le banc, et surtout le choix d’un 442 avec Pastore et Lavezzi ! Mais 442 comment ? A plat ? Ça veut dire un côté droit occupé par le duo Pastore/Van der Wiel ? Le risque semble important. A moins que ce soit un 42… 4 avec Pastore derrière un trio Ibra, Menez, Lavezzi. Ou enfin, un 433 avec Pastore au milieu comme Ancelotti l’avait annoncé en début de saison. Ça ressemble, en tout cas, à une vraie petite révolution. Mais si ça ne marche pas, comment ne pas se dire qu’Ancelotti est paumé ? Mais n’anticipons pas et voyons ce fameux 442 au visage si offensif. Ça débute plutôt fort pour Paris avec rapidement une grosse occasion ratée par Ibra. Un classique, souvent rédhibitoire. Cet échec initial ne freine pas Paris qui livre un début de match comparable à celui fourni face à Kiev en début de compétition. Pendant 10 minutes, le pressing parisien est bon, l’implication parfaite. Mais 10 minutes, c’est très court. Porto respire enfin et montre vite qu’il n’est pas venu à Paris pour se faire manger par une équipe malade. Un malade qui fait toutefois belle impression. La pression est en effet constante. Paris essaye de jouer très vite devant. Un souci de verticalité évident. Pastore se montre à son avantage, Lavezzi travaille beaucoup et le duo Matuidi/Chantôme domine le milieu. Il manque juste Ibra dont on attend la finition. Et Menez ? Et bien comme d’habitude, on a rendez-vous avec le coup d’éclat, mais on ne sait jamais quand il va venir. C’est suite à l’une de ses accélérations que vient le coup franc du but. 1/0 et 30 minutes d’un très bon PSG. A ce moment-là, sans savoir ce qu’il adviendra du match, on peut quand même se demander pourquoi on n’a pas plus vu ce PSG là ? Tout le barnum actuel serait resté sous le chapiteau. L’égalisation de Porto ne change rien à la réflexion. En revanche, ce but pose la question de l’équilibre. Quand Porto attaque, c’est évidemment bien fait, mais c’est aussi face à une équipe en difficulté sur le repli. La transition entre les moments forts et faibles est moyenne et face à une telle équipe ça peut être vite compliqué. Le PSG fait un bon match, mais avec une maîtrise relative. Le « climat » met une pression palpable sur les joueurs. La tranquillité est en face, dans cette équipe de Porto qui semble pouvoir faire mal à tout moment et profiter de la fébrilité d’une équipe qui a du mal à dissimuler ses doutes. La seconde période débute sur un ton similaire. Le PSG continue de faire belle figure. Le pressing est moins intense et c’est dans une position plus basse que Paris attend Porto. Ce n’est pas forcément un « mal » sachant que les Parisiens peuvent être habiles en contre. Tout n’est pas parfait, mais l’état d’esprit est présent. Encore une fois, il faut souligner que rarement Paris a montré ce visage. Et si le but du 2/1 est heureux, il est néanmoins mérité. Une sorte de récompense pour efforts fournis. Menés les Portugais haussent le ton. Chaque mouvement collectif perturbe l’équilibre parisien. Pastore disparaît peu à peu. La tenue du ballon est pour Porto et le scenario s’écrit de façon claire : le PSG doit s’arracher pour tenir et éventuellement profiter d’un contre. Pour mettre un peu plus de maîtrise au milieu, Ancelotti fait entrer Verratti pour Lavezzi. Paris revient au 433. La fin de match tient à un fil. Le PSG n’exploite pas bien des situations intéressantes et reste menacé. Fébrile, voire peureux, Ancelotti lance Jallet pour Menez. Paradoxalement ça ne fait pas reculer Paris qui se crée encore une grosse occasion par Pastore puis Ibra. Le 2/1 est finalement suffisant. Paris s’impose devant une belle équipe, la meilleure affrontée depuis le début de cette saison. Reste maintenant à savoir où en est la crise… », a analysé le journaliste de RMC sur son blog.

    By
    @
    OTER ?>