Restez connectés avec nous
Anciens - Cayzac: Aulas, le "chasseur de têtes"

Club

Riolo : « Si le PSG affichait toujours cette même volonté »

Satisfait par le match du PSG de dimanche soir face à Nice, Daniel Riolo est lui aussi agacé par cette fâcheuse habitude des joueurs parisiens à ne pas toujours être à 100% dans l’abnégation.

« L’humiliante défaite à Evian et la petite crise de nerfs qui a suivi faisait de ce PSG/Nice, un match chargé d’une pression indéniable. Gagner pour ne pas vivre une fin de saison compliquée, faite de doutes et de stress. Ancelotti a affiché un visage pour le moins colérique depuis la déroute des Alpes et il a décidé d’envoyer une équipe légèrement modifiée pour le calmer. Tout le monde est là, (sauf Motta, une habitude) mais c’est avec Sakho, Menez et Van der Wiel qu’il débute. La mission est simple, faire un pas de plus vers le titre. Notons qu’au sujet de la compo, le flou a régné. Dans un premier temps, en effet, les trois joueurs précités étaient « officiellement » annoncés sur le banc. Imaginer un PSG attentiste, évoluant en contre paraît improbable tant Ancelotti a du insister sur sa volonté de voir un PSG positif. Les premières minutes sont excellentes. Une vraie pression, une récupération haute et des occasions. Mais surtout, surtout du mouvement !! Des joueurs techniques et du mouvement, c’est simple le foot. 10 minutes, 1/0, c’est logique et forcément on se dit que si le PSG affichait toujours cette même volonté de jouer… C’est néanmoins moins bien après le but. Paris semble avoir de la marge, mais il reprend toutefois une position plus basse. Ça laisse respirer Nice et ça lui donne même l’opportunité d’inquiéter Sirigu. La nature de ce PSG revient au galop. Le rythme baisse, Paris est déjà en mode gestion et comme d’habitude dans ces cas-là, on se dit que ça pourrait être tellement mieux. En seconde période, Paris est bon par séquences, parfois nonchalant aussi, quand il négocie mal les situations offensives. Ibra, Menez sont trop intermittents. Il faut une boulette d’Ospina (péno + carton rouge) pour que le match penche définitivement côté parisien. Relevons les très belles prestations de Silva, Matuidi, Verratti. L’abnégation de Lavezzi. Menez a lui, malgré son but, été exaspérant. 9 points d’avance alors qu’il en reste 15 à prendre… Le match face à Valenciennes dans deux semaines pourrait bien être celui du titre », a analysé le journaliste de RMC sur son blog.

Vidéos football

 

Derniers articles

Autres articles présents dans Club