Restez connectés avec nous

Club

Sakho : « C’est une nouvelle page »

Publicités

Après une deuxième moitié de saison dernière difficile, Mamadou Sakho est de retour sur le devant de la scène, au PSG comme en équipe de France. Le défenseur parisien sait qu’il a désormais la confiant de Deschamps et Ancelotti.

D’ailleurs, il devrait être de nouveau titularisé ce soir face à l’Espagne et sait qu’il a désormais toutes les cartes en main pour s’imposer chez les Bleus. Surtout qu’il n’est plus le gamin qui fait ses premiers pas en sélection et qu’il peut désormais vêtir le costume d’un leader. « Là, tu te dis que c’est une nouvelle page, c’est évident. Mais je ne me mets pas de pression. C’est là que mes premières sélections à vingt ans m’ont aidé. C’est légitime, maintenant, de se lâcher un peu plus, de s’exprimer davantage sur le terrain. A vingt ans, quand on arrive en Bleu, on ne peut pas donner des ordres sur le terrain à des joueurs plus âgés. Même s’ils m’avaient demandé de le faire, c’était impossible. Tu es obligé d’expérimenter une phase d’apprentissage. (…) Si je parais déjà vieux ? C’est vrai, un peu. Il y a des gens, qui j’en suis sûr, quand on leur demande mon âge, doivent répondre vingt-cinq ou vingt-six. On leur dit vingt-deux et ils disent : « Mais il a joué avec Yepes, Rozehnal, Pauleta, des joueurs partis depuis un moment » », a déclaré le natif de Paris dans L’Equipe, lui qui a conscience d’avoir fait des progrès ces derniers mois. Certainement. Le fait d’évoluer à côté d’un joueur comme Maxwell, qui me parle beaucoup sur le placement, la lecture des trajectoires, c’est sûr que ça aide. Si je fais trop de fautes ? La saison dernière, j’en faisais beaucoup ? Je ne pense pas. C’est vrai que je suis un joueur physique, mais je n’ai pas le sentiment de commettre des fautes. Mais bon… »

Et s’il progresse à vue d’oeil, c’est tout simplement parce qu’il a la chance de côtoyer des joueurs de très haut niveau à l’entraînement, que ce soit au PSG ou en équipe de France. Zlatan Ibrahimovic en fait partie et il n’hésite pas à se mesurer à lui. « Eh bien, on y va, hein ! Il est puissant, technique, vif, grand, il a tout. Alors c’est sûr qu’un défenseur progresse à son contact. Comme je progresse lorsque je m’entraîne avec Benzema, Ribéry ou Giroud en sélection. Par rapport aux placements, aux appuis, ça fait progresser, a expliqué l’international français, qui continue à vivre foot en rentrant chez lui, tel un véritable passionné. Je regarde tout le temps le foot. Quand les jeunes du PSG font un tournoi à Dubaï, ça passe sur Eurosport à 18 heures, je suis devant ma télé, je regarde les matches de L2, je vais voir les jeunes au Camp des Loges. J’aime trop le foot. »

Enfin, Sakho est brièvement revenu sur les supposées déclarations de Thiago Silva selon lesquelles le Brésilien préférait jouer avec Alex. En assurant que cette histoire faisait désormais partie du passé. « Je n’ai pas lu l’article et je l’ai appris vers 18 heures, avant l’entraînement. C’est évident que, sur le coup, ça m’a fait un choc. Ce sont des choses qui ne se disent pas. Moi, je suis assez impulsif, j’ai le sang assez chaud et j’ai préféré aller en parler avec Claude (Makelele) au début. Dans le vestiaire, j’étais assis à côté de Thiago et je me suis déplacé, j’ai changé de place parce que…(Il se marre) Voilà, je suis comme ça. Thiago est ensuite venu me voir et m’a expliqué que c’était un malentendu. Tout est rentré dans l’ordre. »

Publicités

Vidéos football

 

Derniers articles

Autres articles présents dans Club