Restez connectés avec nous

Club

Sirigu : « Paris est une équipe puissante »

Malgré un début de saison poussif du PSG, Salvatore Sirigu semble plutôt confiant en ce qui concerne le potentiel de son équipe. Le gardien de but parisien rappelle que rien n’est facile pour personne en Ligue 1 et que lui et ses coéquipiers donneront tout pour atteindre leurs objectifs.

« On méritait de gagner contre Lorient. Le Parc était hyper content. Même si on a raté beaucoup d’occasions, nous avons montré que Paris était une équipe puissante. A Ajaccio, on a eu des soucis. Surtout en première période. C’était aussi un problème mental. Mais il faut positiver et se dire qu’on a ramené un point. Il faut aussi éliminer les choses qui peuvent être des obstacles. La difficulté pour Paris est de faire du jeu contre des équipes qui vont tout donner contre nous. Surtout avec toute la force médiatique qui nous regarde. Tout le monde s’attend à ce que ce soit trop facile pour le PSG. Alors qu’il n’est jamais facile d’atteindre ses objectifs, même pour la personne la plus douée au monde. La victoire n’est jamais facile. Il y a un grand potentiel, mais il faut bien le gérer et rester concentré sur notre route. Il y a encore 36 matchs à jouer le mieux possible. Il y a tellement de gens qui portent des jugements et font des procès qui ne servent à rien après 2 matchs, a observé l’international italien dans Le Parisien, avant d’assurer que le PSG visera uniquement la victoire à chaque match et qu’il y avait beaucoup de choses positives à tirer des deux premiers matches contre Lorient et Ajaccio. On doit jouer quatre-vingt-quinze minutes pour la victoire. Après, s’il y a un nul, on ne peut pas tout jeter . Bien sûr, il y a des choses à améliorer. Mais il y a du positif. Contre Lorient, on revient après avoir été menés 2-0. A Ajaccio, après une expulsion et dans une ambiance hostile, il y avait le risque d’avoir d’autres cartons rouges et de perdre. Nous avons bien géré cette situation. Il est obligatoire de chercher la victoire. Mais je ne peux pas la promettre. Je ne fais jamais ça. La mentalité de Paris sera une mentalité de gagnant. On ne gagnera peut-être pas tous nos matchs, mais parfois, il faut regarder les étoiles pour arriver jusqu’à la lune. »

L’ancien portier de Palerme a également raconté la façon dont il a appris le transfert de Zlatan Ibrahimovic au PSG. « Sur la plage. Un mec me dit : « Vous avez pris Ibra. » Et c’était vrai ! Là, j’ai pensé : « Il va mettre le bordel ! » Plus sérieusement, c’est la démonstration que le PSG fait tout pour s’imposer dans toutes les compétitions. Le projet du club a pris une autre dimension. Il ne m’a pas frappé pour le moment ! (sourires) Il est tranquille. On dirait qu’il vit dans son monde et que ce qui se dit en dehors ne le touche pas. C’est un joueur passionné par le foot. C’est normal qu’on me parle beaucoup de lui. Même mes amis m’ont demandé comment il était. J’ai dit : « Grand avec des cheveux longs. » Blague à part, ce n’est pas un extraterrestre », a conclu Sirigu, après avoir nommé les boute-en-train du vestiaire. Guillaume Hoarau. Il y a aussi Lavezzi que j’ai découvert. Lui aussi, c’est un « petit con » (rires). Diego Lugano aussi. Sylvain Armand est un élément positif, qui nous fait rigoler. Le plus sérieux, c’est Papus (Camara). En fait, il fait croire qu’il est sérieux. »

Derniers articles

Autres articles présents dans Club