Restez connectés avec nous

Club

Sissoko : « Je suis un joueur frustré »

Depuis son arrivée à Paris, Momo Sissoko n’a pas été verni en ce qui concerne les expulsions ou les blessures. De retour après plusieurs semaines d’absence, l’international malien a à coeur de prouver ce qu’il vaut sous le maillot du PSG.

« Je me sens très bien. Ma blessure au genou a traîné mais elle est guérie. Je veux être très clair : depuis que vous voyez mon nom sur les feuilles de match, cela veut dire que je ne suis plus blessé. Donc si je ne suis pas toujours titulaire, ce sont des choix d’entraîneur. Je joue moins souvent que l’année dernière, alors que j’ai besoin de retrouver le rythme. Il me faut de la compétition. Je suis un compétiteur, j’ai 27 ans et je suis un joueur frustré. C’est normal, non ? J’ai encore des choses à démontrer et mon expérience dans mes clubs précédents parle pour moi. J’espère que j’aurai l’opportunité de montrer ce que je sais faire à l’entraîneur. Ensuite, je suis certain que tout se remettra en place. Le bilan, je le ferai en fin de saison, mais je ne suis pas un joueur de banc, a prévenu Sissoko dans Le Parisien, lui qui devrait être titulaire ce mardi soir face au Dinamo Zagreb, face à un public forcément plus chaud qu’au match aller. C’était une rencontre vraiment bizarre. Je n’avais jamais connu ça en Ligue des champions (NDLR : les supporteurs locaux boudent cette compétition). C’était comme un match amical sans bruit. Maintenant, je m’attends à voir une équipe différente au Parc. Fatalement, Zagreb va vouloir arrêter de perdre tous ses matchs. Cette rencontre est un piège car tout le monde s’attend à ce qu’on gagne. On n’a pas le droit de lâcher le moindre point chez nous. Si on l’emporte, ce sera juste normal. Il faudra donc être sérieux et ne pas refaire les erreurs commises contre Saint-Etienne. »

Et que ce soit en championnat, en coupes ou en Ligue des Champions, le milieu de terrain du PSG n’a qu’un seul but : gagner des trophées, lui qui n’a plus rien remporté depuis 2006 et son passage à Liverpool. « J’ai un beau palmarès mais il est bloqué depuis six ans. Mon armoire à trophées n’a pas pris de poids depuis trop longtemps ! Cette année, il faut que ça s’arrête. Gagner, c’est une sensation énorme. C’est beau. Tu fais vibrer toute une ville et tu rends des gens heureux. Et j’ai envie de faire vibrer Paris. C’est ma ville. A 17 ans, avec Valence, j’ai gagné le Championnat d’Espagne, la Coupe du roi et la Coupe de l’UEFA. Je ne réalisais pas forcément que c’était énorme. Aujourd’hui, j’ai tellement faim de titres », a conclu Sissoko, qui a remporté, entre autres, un titre de champion d’Espagne et une coupe UEFA avec Valence en 2004 avant de gagner une Supercoupe d’Europe et une Coupe d’Angleterre avec Liverpool en 2005 et 2006.

Derniers articles

Autres articles présents dans Club