Restez connectés avec nous

Club

Sissoko : « Tout casser cette saison »

Lors d’un entretien publié sur son site officiel, Momo Sissoko s’est exprimé sur son état de forme, son retour prochain à la compétition et la concurrence à laquelle il sera soumis au milieu de terrain.

Touché au genou lors du match de préparation face au CSKA Moscou, Momo Sissoko a fait récemment son retour à l’entraînement. Il revient sur sa longue période de guérison et notamment son séjour au centre Aspetar de Doha. « Je reviens avec énormément d’envie et de plaisir, parce que c’est vrai qu’au début de saison quand tu es blessé et que tu vois tes coéquipiers s’entrainer, et que toi tu es aux soins, ce n’est jamais évident. Mais là, par la grâce de Dieu, je vais beaucoup mieux. Maintenant, c’est juste une question de rythme. Je pense que quand tout se sera remis en place, je pourrai reprendre la compétition. Mon genou ? Oui ça s’est remis. Entre le début de la préparation et maintenant, je sens une grosse différence. Pour moi comme vous avez pu le voir, j’ai le sourire parce que c’est vrai qu’au début c’était frustrant, j’étais vraiment pas bien et je l’ai fait savoir au docteur. J’ai suivi un traitement qui a été efficace et ça va, donc je suis content. A Doha, il y a un kiné du club qui m’a suivi là-bas. Entre le kiné du Paris Saint-Germain et les docteurs du Qatar, ils ont trouvé une bonne cohésion. On savait sur quoi il fallait travailler, c’est ce qu’on a fait et là j’ai récupéré toute la force que j’avais avant. Le centre Aspetar, je pense que c’est ce qui se fait de mieux dans le monde entier grâce aux infrastructures et aux médecins comme le Docteur Saillant. Avec eux, tu ne peux que progresser et les choses sont claires dans ta tête », a raconté l’international malien, qui se sent donc prêt à revenir à la compétition. S’il était en tribunes face à Lille, il pourrait retrouver du temps de jeu face à Toulouse.

« Je pense. J’ai assisté au match contre Lille, c’est bien de se mettre au vert avec tes coéquipiers. Maintenant j’ai 10 jours pour me préparer. Je sais que je ne suis pas encore à 100%, mais avec 2 ou 3 matchs dans les jambes, je pourrai véritablement retrouver mon état de forme. Avec le coach, on n’en a pas encore discuté, mais moi je ne vais pas brûler les étapes. On va faire les choses step by step, en enchainant le plus de matchs possible. C’est le coach qui décidera. Dans l’idéal, c’est de monter progressivement et de tout casser cette saison, a lâché l’ancien joueur de la Juve, qui sait qu’il faudra être très efficace pour retrouver sa place de titulaire. Je ne me prends pas la tête plus que ça. Cette année c’est vrai qu’il y a énormément de concurrence, mais moi la concurrence ça ne me fait pas peur, ça fait toujours avancer. Dans mes précédents clubs, j’ai connu la concurrence avec des joueurs comme Steven Gerrard ou Xabi Alonso. Là, il y a de la concurrence au Paris Saint-Germain, ça permet à l’équipe de jouer sur tous les tableaux. Moi je n’ai pas peur, je vais tout donner pour jouer le plus de matchs possible et donner le meilleur de moi-même. »

Et évidemment, Momo Sissoko est très ambitieux à l’aube d’une saison où le PSG jouera sur tous les tableaux et notamment en Ligue des Champions.« Ça fait un moment que je n’ai pas joué la Ligue des Champions. A la Juve, je l’ai jouée la première saison, la deuxième on l’a pas jouée. Y revenir et ne serait-ce qu’entendre la musique de la Ligue des Champions, ça fait toujours chaud au cœur. Donc retrouver cette compétition, c’est pour moi quelque chose de très important. J’espère véritablement qu’on va aller le plus loin possible et donner une bonne image du Paris Saint-Germain. (…) Je pense qu’il ne faut pas s’enflammer. Il faut déjà être patron dans le championnat, et après voir en coupe d’Europe. Beaucoup de gens disent que c’est un tirage favorable et facile, moi je dirais que c’est un tirage très compliqué parce que ce sont des équipes qui sont méconnues sur la scène européenne, mais qui sont toujours là et embêtantes à jouer. On sait comment prendre les matchs, on va tout donner pour aller le plus loin possible, a confié le milieu défensif parisien, qui vise tous les titres et qui ne donne pas trop d’importance au brassard de capitaine qu’il pourrait être amené à porter. Je n’y pense pas plus que ça. Pour moi le brassard, c’est juste un truc rouge que tu mets autour du bras, moi je suis capitaine dans l’âme. Donc même si je n’ai pas le brassard de capitaine, ça ne m’embête pas. Le plus important pour moi c’est de retrouver toutes mes conditions, de me faire plaisir cette année parce que c’est vrai qu’on a des échéances très importantes que ce soit en Ligue des Champions, en championnat et en coupes. Ça fait longtemps que je n’ai pas remporté de titres, donc j’espère qu’on va conquérir tous les titres cette saison. »

Derniers articles

Autres articles présents dans Club