Restez connectés avec nous

Club

Une addition corsée pour les Bastiais !

Le PSG vient de signer sa quatrième victoire consécutive, toutes compétitions confondues, en s’imposant largement à Bastia pour le compte de la sixième journée de Ligue 1 (4-0). Les Rouge et Bleu remontent provisoirement à la troisième place au classement, à trois longueurs de l’OM.

Pour ce troisième déplacement de la saison, Carlo Ancelotti effectuait plusieurs changements. Il titularisait Van der Wiel pour la première fois. Sakho récupérait sa place en charnière centrale, tandis qu’Armand remplaçait Maxwell dans le couloir gauche de la défense. Au poste de meneur de jeu, Nene était préféré à Pastore. Accueilli sous les sifflets et les insultes de Furiani, les joueurs franciliens étaient pris d’entrée à la gorge par les Corses, qui n’hésitaient pas à se lancer à l’assaut du but de Sirigu. Comme face  au Dynamo Kiev mardi dernier en Ligue des Champions, les Rouge et Bleu ouvraient rapidement le score. Sur un coup-franc excentré côté gauche, Nene trouvait Ibrahimovic au second poteau. Le Suédois remisait devant le but pour Ménez, qui trompait Novaes du droit à bout portant (1-0, 6e). Khazri décochait une frappe de 25 mètres, à ras de terre, qui obligeait Sirigu à boxer le cuir en corner (11e). Suite à un centre venu de la gauche d’Armand, Ibrahimovic remisait de la tête pour Matuidi. L’ancien Stéphanois reprenait instantanément du droit mais sa frappe passait largement au-dessus du but corse (17e).

Plus le temps passait, plus les hommes de Frédéric Hantz reculaient sur le terrain. Toutefois, le jeu francilien manquait de précision. A la demi-heure de jeu, Bastia obtenait un coup-franc bien placé. Khazri s’en chargeait directement, contraignant le portier francilien à effectuer une parade spectaculaire main opposée, pour écarter le danger (31e). Sakho écopait d’un carton jaune, après une altercation avec Cahuzac (33e). Servi légèrement dans son dos par Nene, Ibrahimovic se retourner, avant de frapper du talon. A côté (39e). Immédiatement après cette occasion, l’ancien Milanais trouvait le chemin des filets, en reprenant du bout du pied une passe en mini-louche de Verratti (2-0, 41e). Après ce sixième but de la saison pour le Suédois, les esprits s’échauffaient sur la pelouse de Furiani et Ibra était averti à son tour par Saïd Ennjimi (44e). A l’issue d’une première période bien maîtrisée, les Parisiens retraient au vestiaire avec un avantage non négligeable (2-0).

Solides et sérieux

A la pause, Ancelotti n’effectuait pas le moindre changement. Côté gauche, Ménez tentait de combiner avec Ibrahimovic mais son ballon en profondeur trouvait les gants de Novaes (50e). Suite à un geste d’humeur sur Rothen, Van der Wiel était sanctionné d’un carton jaune (54e). L’altercation réveillait les spectateurs de Furiani. D’une aile de pigeon, Ibra déviait pour Ménez, qui recevait le ballon légèrement dans le dos (58e). Après un coup-franc aux allures de mini-corner, Choplin devançait Matuidi mais sa tête trop décroisée filait de peu à côté du but parisien (62e). Les Corses se mettaient à récupérer le ballon beaucoup plus haut. Chantôme était à deux doigts de tripler la mise : parfaitement lancé par Ibra, le numéro 20 résistait au tacle de Palmieri mais ne parvenait pas à redresser son ballon (69e).

Sur un contre amorcé par Ménez, Nene contrôlait à droite de la surface insulaire, mais sa passe vers Ibrahimovic au second poteau était interceptée par Novaes (70e). Blaise Matuidi corsait l’addition d’un tir du pied droit, bien servi en profondeur au préalable par Nene (3-0, 72e). Ancelotti entamait alors sa série de changements : Gameiro remplaçait Ménez et Verratti cédait sa place à Bodmer. Ibra décalait Nene côté droit. Le Brésilien la jouait personnel, en enroulant sa frappe à l’angle droit de la surface adverse. Le gardien insulaire se couchait pour détourner la sphère en corner (81e). En fin de match, Sirigu privait Bastia d’une réduction du score, grâce à un arrêt réflexe de grande classe face à Maoulida (87e). Ibrahimovic accentuait encore l’avance au tableau d’affichage dans les ultimes minutes. Parti à la limite du hors-jeu, l’attaquant scandinave glissait facilement le ballon sous le ventre de Novaes (4-0, 89e).

Extrêmement réalistes en première période, les Parisiens ont parfaitement su gérer leur avance au tableau d’affichage en seconde mi-temps, avant d’aggraver le score. Solides défensivement, les Rouge et Bleu poursuivent sereinement leur montée en puissance. Après avoir disputé trois rencontres en l’espace de huit jours, les hommes d’Ancelotti vont pouvoir souffler un peu, avant d’accueillir Sochaux samedi prochain (17h30), pour le compte de la septième journée.

Derniers articles

Autres articles présents dans Club