Restez connectés avec nous
CM2014- Cavani et la Celeste renvoient les italiens du PSG chez eux, après un match (très) long

Coupe du Monde

CM2014- Cavani et la Celeste renvoient les italiens du PSG chez eux, après un match (très) long

  L’Italie tente de réagir après sa défaite, au terme d’une prestation très terne face au Costa Rica, et change sa composition pour passer en 3-5-2, un choix qui n’aura finalement pas eu les effets escomptés, puisque le match contre l’Uruguay était tout aussi ennuyeux et l’Italie est éliminée.

   Le match, 1ere mi-temps- Le débat commence fort, des duels âpres, même trop pour Mario Balotelli, qui se retrouve au sol après 2 min, touché au genou. Personne ne compte laisser le moindre centimètre et les fautes s’enchaînent dès le début, Luis Suarez et Gorgio Chielini allant tour à tour au sol après des chocs pour le moins musclés. D’ailleurs le premier carton du match arrive à la 22e minute, récolté par Super Mario, suspendu en cas de qualification. Peu étonnant donc de voir la première occasion venir d’un coup franc (11e minute), Andrea Pirlo à la baguette, il parvient à obtenir le corner en tirant de 30 mètres, la balle, flottante, ayant inquiétée Fernando Muslera. Malheureusement c’est la seule que l’on voit dans les 35 premières minutes. La première grosse occasion arrive finalement et elle est en faveur de l’Uruguay, alors que L. Suárez se retrouve face à Gianluigi Buffon après un une-deux avec Nicolas Lodeiro, mais c’est le portier qui gagne son duel, et repousse même la reprise de N. Lodero, qui avait bien suivis. Ensuite le match va péniblement arrivé à la mi-temps (0-0). Le combat attendu est bien là, mais sans le spectacle, 13 fautes italiennes (contre 10 de l’Uruguay), c’est plus que tous les tirs du matchs, 11.

   2e mi-temps- Le match reprend avec le remplacement de N. Lodeiro par Maximiliano Pereira, ainsi que M. Balotelli, très en dessous de son niveau, certainement pas aidé par les nombreux coups reçus, qui laisse sa place à Marco Parolo. Sur les 10 premières minute rien ne change, le match semble bloqué. Ce jusqu’à la 58e et un bel enchaînement initié par Cristian Rodriguez, il se retrouve face à G. Buffon mais manque complètement le cadre. Et presque comme si il n’y avait plus que ça pour animer le match, C. Marchisio met une semelle un peu bête sur M. Pereira et prend un carton rouge (60e minute). Forcément l’Uruguay devient un peu plus offensive avec la sortie d’Alvaro Pereira pour la rentré de Cristian Stuani, attaquant de la Celeste. Par la suite, il y a encore une grosse occasion Uruguayenne à la 65e minute, avec L. Suarez qui se présente face à G. Buffon, qui gagne encore son duel, mais clairement, l’Italie ne va pas bien. A. Pirlo commence à montrer des signes de fatigues, enchaînant le plutôt bon et le très mauvais. Et lorsque enfin il réalise une très belle passe pour son attaquant, celui-ci est peu inspiré. C’est pourquoi certainement C. Immobile est remplacé à la 72e minute par Antonio Cassano. Cependant, à nouveau, l’un des événements du match vient d’un vilain geste, de L. Suarez cette fois, qui mord,, un adversaire, G. Chiellini était cette fois la victime. Enfin à la 80e minute, un peu de “spectacle” dans ce match, avec l’ouverture du score sur corner de Diego Godin, du dos…Sur la fin de la rencontre, les italiens se procurent quelques situations grâce à de belles construction, dommage cependant de ne pas avoir joué comme cela plus tôt.

   Et finalement, après 5 minutes de temps additionnel, l’Uruguay s’impose 1-0 et se qualifie. Le match n’était pas à la hauteur des espérances et le grand geste de cette rencontre restera d’ailleurs la morsure de Luis Suárez qui échappe à la suspension, pour l’instant. l’Italie était peut-être encore plus décevante que le match en soit, il est temps de renouveler les joueurs et la stratégie, après deux Mondiaux où la Squadra Azzura ne sort pas des poules. Au passage, on peut donc noter que c’est finit pour le pronostique de Zlatan Ibrahimovic qui doit trouver un nouvel adversaire au Brésil en finale. Enfin, la petite bonne nouvelle pour le Paris-Saint Germain, les trois italiens seront disponibles plus tôt que prévu.

   Cavani- Peu en vue à l’entame de match, l’Uruguay n’ayant pas la balle. Malgré tout, il a faillis faire une passe décisive de la tete à la 15e minute, en essayant de lober la défense. Seulement, on espérait presque voir un enchaînement contrôle/ reprise de volée sur cette action. Il finit par redescendre beaucoup pour toucher le ballon et aider son équipe face au milieu de terrain en nombre de l’Italie. S’il le fait plutôt bien par moment, on aimerait forcément le voir évoluer face au but. Seulement, la seule fois où il touche la balle dans la surface, il loupe son contrôle et perd le ballon (40e). El Matador n’est toujours pas de retour et se met à perdre des balles dans la construction de l’action. En 2e mi-temps, il espère obtenir un penalty, mais était hors -jeu. Il enchaîne en faisant une main sur un ballon qui ne semblait pourtant pas compliqué, encore un match difficile pour le numéro 9 parisien. Il gâche même un contre à la 84e minute en loupant sa passe, dommage, l’Uruguay pouvait tuer le match. Il réussit enfin quelque chose à la 87e minute, en récupérant la balle avant de faire une jolie longue passe pour L. Suarez, mais c’était son tour de gâcher l’offensive. Heureusement ce match manqué de E. Cavani est sans conséquence, il dispose même d’au moins une autre opportunité de remontrer un niveau qui le fuit en 2014.

   Verratti: Dans le milieu de la Squadra Azzura, il tente de faire du jeu, ce qui n’est pas facile face à l’agressivité uruguayenne. On le voit par exemple en difficulté face à Cristian Rodriguez (20e), pas un problème d’envie, plutôt de puissance physique. Par contre il se montre à son meilleur niveau à la 27e minute avec un double contact pour laisser sur place son visà avant de crocheter tranquillement un deuxième joueur. Il sort ensuite une talonnade à la 31e minute pour ressortir proprement le ballon face à E. Cavani. Avec son travail à la récupération il s’impose comme le meilleur joueur de la mi-temps, on peut noter également qu’il a réussi 100% de ses passes. En 2e mi-temps on le voit moins, ne faisant que circuler la balle, sans rien créer, il faut dire que l’option défensive prise par l’Italie ne l’aide pas. Et la seule fois où l’on pense que l’attaque est possible, avec une belle ouverture de sa part, C. Immobile est hors-jeu. Malheureusement son match s’arrête à la 73e minute, sur blessure ( un coup reçu de la part de E. Cavani). Il quitte donc le terrain sur civière et laisse sa place à Thiago Motta.

   Thiago Motta- Pas grand chose à signaler, il a participé autant que possible au jeu de passes de son équipe pour amener des offensives, mais semble parfois dépassé par la vivacité uruguayenne, notamment sur contre. Les conditions dans lesquelles il est rentré, il faut le dire, n’était pas idéal. Il obtient le coup de franc de l’espoir, complètement loupé par A. Pirlo.

Publicités

Vidéos football

 

Derniers articles

Vidéos PSG

Autres articles présents dans Coupe du Monde