Restez connectés avec nous
Hermant : Pour le PSG, Aulas "est dépassé", même si Al-Khelaïfi lui parlera certainement

Adversaires

Aulas avait « envie de pleurer » après PSG / OL et regrette d’être traité de « mauvais joueur »

L’Olympique Lyonnais s’est incliné mercredi au Parc des Princes en 8e de finale de Coupe de France 3-0. Une victoire du Paris Saint-Germain entachée d’un hors-jeu très léger sur le second but de Zlatan Ibrahimovic et un flagrant sur celui d’Adrien Rabiot, le 3e des Parisiens. Forcément, le président lyonnais Jean-Michel Aulas se plaint publiquement, sans oublier d’y aller fort et d’exagérer.

« L’Olympique lyonnais, jusqu’à la 65e minute a fait honneur, a mis en difficulté cette équipe de Paris, qui est très supérieur à Lyon. Le ballon sort, il est quand même dedans, deux buts hors-jeu sur trois et on continue d’acclamer sans que personne n’en parle.

L’année dernière le titre s’est joué à Lyon contre Paris et M. Turpin avait eu la bonne idée de refaire tirer un pénalty à Ibrahimovic, que Anthony Lopes avait arrêté. La victoire de Lyon qui aurait permis d’avoir 5 points d’avance s’était transformé en match nul.

En France, quand on essaye de s’opposer à la toute puissance, on se fait traiter de mauvais joueur. J’ai dit à M. Turpin à la fin de la rencontre mercredi que j’avais envie de pleurer. On fait le maximum pour arriver à délivrer une bonne qualité de jeu et le mauvais sort s’acharne sur nous et personne n’en parle », a-t-il déclaré sur Olympique et Lyonnais.

Déjà, il est important de souligner que tous ceux qui se plaignent de l’arbitrage ou du PSG  ne sont pas classés comme’ « mauvais joueur », mais Aulas a acquis ce statut en se plaignant régulièrement à propos de divers sujets (arbitres, différence de moyens, geste d’un Parisien, calendrier…).

D’ailleurs, il fait référence au match de l’an dernier, bien accroché à sa volonté de montrer que tout est injuste pour son OL (surtout depuis qu’il ne domine plus le championnat). Pourtant, il faut rappeler que la décision de l’arbitre était la bonne et c’est plutôt que la règle qui interdit aux joueurs de rentrer dans la surface avant le tir du penalty n’est pas assez respectée.

On peut comprendre qu’Aulas soit mécontent de prendre des buts hors-jeu. Cela est légitime. Comme cela l’était de s’énerver contre l’ouverture du score de Rabiot en Coupe de la Ligue (2-1). Ce qui est dommage c’est sa tendance à exagérer et se focaliser sur les points qui l’arrangent. Car le PSG n’est pas toujours aidé, loin de là. Il y a de nombreux hors-jeu sifflés à tord contre les hommes de Laurent Blanc, des fautes oubliées. Mais cela fait partie du football. Si Aulas n’est pas prêt à l’accepter, il devrait peut-être se concentrer sur autre chose. D’ailleurs, le 2e but d’brahimovic mercredi soir est « hors-jeu » d’un pied. Pas de quoi faire un scandale.

Si Aulas a voulu pleurer après la défaite, c’est peut-être plutôt à cause du difficile constat à faire pour son OL qui n’aura encore une fois aucun titre cette saison et est bien loin de l’époque où il dominait en France, mais c’est peut-être trop douloureux pour se l’avouer. Alors que se plaindre de l’arbitrage, où il y a des erreurs à chaque match, est tellement plus simple. Surtout que le président des Gones sait occulter les faits qui ne vont pas dans sa « démonstration ».

Vidéos football

 

Derniers articles

Autres articles présents dans Adversaires