Restez connectés avec nous

Europa League

EL : Paris réussit son entrée

Ce PSG a-t-il le potentiel pour bien figurer sur la scène européenne ? Tandis que Paris entamait ce soir son épopée vers les seizièmes de finale de l’Europa League, cette question était sur toutes les lèvres. Difficile en effet de se faire une idée après l’échauffement offert par les amateurs de Differdange au tour précédent. Cette rencontre face au leader invaincu du championnat autrichien s’avérait en revanche particulièrement révélatrice des ambitions parisiennes.

Ils l’avaient annoncé. Ils l’ont prouvé. «Pas impressionnés» par cette équipe parisienne «Made in Qatar», les Autrichiens ont tout de suite mis la pression sur Douchez, titulaire pour l’occasion. Sans complexes, Leitgeb (2e), Leonardo (3e), Maierhofer (12e) et Lindgren (23e) ont notamment fait passer quelques frissons dans les travées du Parc. Mais il en fallait plus pour tromper la vigilance d’une défense pourtant remaniée suite aux retours d’Armand et Jallet.

L’attaque parisienne, elle, dispose d’individualités qui lui permettent aisément de faire la différence. À l’image de Ménez. L’ancien Romain a en effet débloqué le match à la 34e en tentant une accélérant plein axe. Fauché par Schiemer, il a obtenu un pénalty que Nenê a converti sans problème (1-0, 35e). Dans la foulée, Pastore y est également allé de son festival en pleine surface autrichienne mais il n’a pu doubler la mise (39e). Au meilleur des moments possibles, Bodmer ne s’est cependant pas fait prier pour catapulter un centre millimétré d’Erding dans le petit filet de Gustafsson, médusé par la reprise de volée limpide du capitaine parisien (2-0, 45e).

Mais ils sont où les Autrichiens ?

Ces deux buts d’avance, les Parisiens les ont conservés sans souci jusqu’à la 67e minute. Profitant d’une passe en retrait mal ajustée, Ménez a dribblé son adversaire direct et crucifié le gardien autrichien (3-0, 67e). Des «Olé» ont alors commencé à descendre des tribunes au fur et à mesure que les Autrichiens lâchaient prise physiquement.

Côté parisien, Kebano et Gameiro sont entrés pour asseoir un peu plus la victoire parisienne. L’ancien Lorientais aurait d’ailleurs pu alourdir la marque s’il avait profité d’une nouvelle erreur autrichienne (67e). Finalement, c’est Sekagya qui a fait évoluer le tableau d’affichage en trompant Douchez de la tête en fin de match (3-1, 87e). Malgré cette belle victoire, il est donc encore trop tôt pour faire du PSG un favori de la compétition. Mais le club de la capitale a déjà l’étoffe d’un très bel outsider.

Derniers articles

Autres articles présents dans Europa League