Restez connectés avec nous

Europa League

EL : Paris réussit son entrée

Après l’Ouest avec Lorient et Rennes, cap à l’Est, et plus précisément au Luxembourg pour le Paris-SG. Opposés aux modestes amateurs de Differdange, repêchés après avoir été sévèrement battus (3-0, 0-3) par l’Olympiakos Volos, disqualifié depuis, les hommes d’Antoine Kombouaré se voyaient offrir ce soir l’occasion de peaufiner un peu plus leurs automatismes.

Pour Clément Chantôme notamment, l’idée était déjà «d’assurer la qualification» pour le prochain tour. Leonardo avait d’ailleurs fait le déplacement pour s’assurer que Paris ne fasse pas de contre-performance. C’est peut-être ce qui a légèrement crispé les Parisiens dès l’entame du match. Fébriles, Pastore et consorts ont attendus un quart d’heure pour se mettre réellement en route. Mais après plusieurs une-deux entre Ménez et l’Argentin, c’est Gameiro qui a trouvé la faille, consécutivement à une frappe contrée de Matuidi (0-1, 17e).

Comme souvent dans ces matchs pièges, il est coutume de dire que Paris avait fait le plus dur. D’autant que Ménez (20e) et surtout Gameiro (29e, 33e, 40e), ont maintenu une pression constante sur les buts de Weber. Et que Sirigu a fait le boulot sur cette frappe de Bettmer (36e), la seule véritable occasion luxembourgeoise de la première période. La seconde est repartie sur un rythme un brin plus élevé mais les Parisiens ont connu plus de déchet technique et de pertes de balle. À l’image de cette reprise du gauche de Jänisch, une nouvelle fois claquée par Sirigu (46e). Ou de cette passe (presque) décisive de Bodmer pour… Caron, qui a heureusement manqué son contrôle (53e).

Première réussie pour Pastore

Les Parisiens ont ensuite été à l’assaut du but adverse mais se sont souvent heurtés à une forêt de jambes luxembourgeoises à l’entrée de la surface de Weber. Le gardien du FDC03 a d’ailleurs été impeccable lorsque sa défense a laissé passer Ménez (59e) ou Gameiro (66e). Le deuxième but parisien est ensuite logiquement venu d’une frappe de Ménez, pas vraiment récompensé de ses efforts jusqu’alors, reprise par Bahebeck, qui a eu le bon réflexe (0-2, 71e). Dans la foulée, Pastore a eu l’opportunité de marquer son premier but avec le PSG mais Weber s’est une nouvelle fois interposé (73e). Il s’est rattrapé en servant Cearà, qui a triplé la mise (0-3, 90e) et Ménez, qui a crocheté son défenseur avant de frapper en force (0-4, 92e).

«Le PSG est-il vraiment si magique ?», se demandait ce matin la presse luxembourgeoise. Pas encore, serait-on tenté de répondre. Mais les Parisiens ont en tout cas été assez sérieux ce soir pour aborder avec sérénité le barrage retour au Parc des Princes.

Derniers articles

Autres articles présents dans Europa League