LDC

LDC – L’analyse de la victoire du PSG contre le Celtic Glasgow

LDC - L'analyse de la victoire du PSG contre le Celtic Glasgow
Publie le 13/09/2017 a 12:30



  • Après un mercato enflammé, le Paris Saint-Germain était de retour en Ligue des Champions hier. Fort d’un succès 0-5 à Glasgow, l’équipe parisienne a prouvé la puissance de sa nouvelle ligne d’attaque. Analyse de la rencontre d’hier.

    Le PSG a démarré la rencontre tambour battant hier, ne laissant pas respirer les Ecossais. Pendant 45 minutes, le PSG a été étourdissant, avec un bloc jouant haut et une volonté constante de ressortir le ballon proprement, de se projeter très vite vers l’avant et d’être omniprésent à la récupération. L’ouverture du score en est la parfaite illustration: Adrien Rabiot qui remonte le ballon juste après que le PSG ait repris la balle et qui lance magnifiquement Neymar dans la profondeur, avant que le brésilien ne marque en force.

    Menant 3-0 à la pause, le PSG a ensuite ralenti, se contentant de contrôler la rencontre avant d’enfoncer le clou par 2 fois, avec notamment une sublime tête plongeante d’Edinson Cavani. Globalement, la rencontre a été maitrisée, avec de la gestion pour éviter les blessures.

    Rabiot au top, Verratti va mieux, l’attaque apprend à se connaître et Areola rassure.

    Positionné dans un poste de relais, qu’il demandait depuis 3 ans, Rabiot a étalé sa classe. Tranchant à la récupération, il a apporté cette touche technique que Blaise Matuidi ne possédait pas. Marco Verratti semble également digérer son été tumultueux et la ligne d’attaque a affiche plus de complémentarité que face à Metz. Dans le jeu sans ballon ou les combinaisons, Neymar et Mbappe se sont moins marché sur les pieds, ce qui se révélera précieux pour la suite.

    Enfin, Alphonse Areola a montré son caractère. Enfin soutenu publiquement par son coach, il a touché son premier ballon au bout de 19 minutes et n’a pas trop été mis sous pression. Mais il a fait ce qu’il fallait, il ne s’est pas endormi et a été rassurant. Apres sa boulette face à Metz, il s’est bien repris.

    Quelques enseignements sont à tirer de cette rencontre. Tout d’abord, le penalty provoqué et transforme par Cavani illustre bien la crainte que la MCN inspire : La défense fait faute sur Cavani alors que le ballon est totalement hors de portée. La panique créée par l’armada parisienne devrait permettre d’avoir régulièrement des situations de ce type.

    Tout n’est pourtant pas rose.

    Toutefois, malgré son doublé, que dire des approximations de Cavani? Oui, il améliore son total de buts, mais avec l’efficacité des « très grands » attaquants, il aurait pu finir la soirée avec un quadruplé, sans forcer! Sur le but de Mbappé, par exemple, il se troue complètement. Et lors des soirées européennes, les défenses adverses ne seront pas toujours aussi perméables pour permettre à un partenaire de reprendre les ballons qu’il rate. Hier il a semblé dépassé par le rythme, même s’il arrive parfois à participer aux enchaînements.

    Et puis il y a Layvin Kurzawa, qui semble oublier qu’il joue latéral. Contre le Celtic, ça n’a pas posé trop de problèmes, mais cela risque d’être beaucoup plus problématique face au Bayern dans 15 jours, ou face à Lyon ce dimanche. Kurzawa a la fâcheuse tendance de laisser des boulevards dans son dos, en s’octroyant de plus le luxe d’être inefficace devant. Et lorsque il est finalement face à son attaquant, on ne le voit pas souvent gagner le duel. Un latéral qui attaque moyennement et qui défend mal ? Yuri Berchiche risque d’avoir rapidement sa chance.

    Le résumé vidéo du match :

    Publie le 13/09/2017 a 12:30

    LDC – L’analyse de la victoire du PSG contre le Celtic Glasgow

    Après un mercato enflammé, le Paris Saint-Germain était de retour en Ligue des Champions hier. Fort d’un succès 0-5 à Glasgow, l’équipe parisienne a prouvé la puissance de sa nouvelle ligne d’attaque. Analyse de la rencontre d’hier.

    Le PSG a démarré la rencontre tambour battant hier, ne laissant pas respirer les Ecossais. Pendant 45 minutes, le PSG a été étourdissant, avec un bloc jouant haut et une volonté constante de ressortir le ballon proprement, de se projeter très vite vers l’avant et d’être omniprésent à la récupération. L’ouverture du score en est la parfaite illustration: Adrien Rabiot qui remonte le ballon juste après que le PSG ait repris la balle et qui lance magnifiquement Neymar dans la profondeur, avant que le brésilien ne marque en force.

    Menant 3-0 à la pause, le PSG a ensuite ralenti, se contentant de contrôler la rencontre avant d’enfoncer le clou par 2 fois, avec notamment une sublime tête plongeante d’Edinson Cavani. Globalement, la rencontre a été maitrisée, avec de la gestion pour éviter les blessures.

    Rabiot au top, Verratti va mieux, l’attaque apprend à se connaître et Areola rassure.

    Positionné dans un poste de relais, qu’il demandait depuis 3 ans, Rabiot a étalé sa classe. Tranchant à la récupération, il a apporté cette touche technique que Blaise Matuidi ne possédait pas. Marco Verratti semble également digérer son été tumultueux et la ligne d’attaque a affiche plus de complémentarité que face à Metz. Dans le jeu sans ballon ou les combinaisons, Neymar et Mbappe se sont moins marché sur les pieds, ce qui se révélera précieux pour la suite.

    Enfin, Alphonse Areola a montré son caractère. Enfin soutenu publiquement par son coach, il a touché son premier ballon au bout de 19 minutes et n’a pas trop été mis sous pression. Mais il a fait ce qu’il fallait, il ne s’est pas endormi et a été rassurant. Apres sa boulette face à Metz, il s’est bien repris.

    Quelques enseignements sont à tirer de cette rencontre. Tout d’abord, le penalty provoqué et transforme par Cavani illustre bien la crainte que la MCN inspire : La défense fait faute sur Cavani alors que le ballon est totalement hors de portée. La panique créée par l’armada parisienne devrait permettre d’avoir régulièrement des situations de ce type.

    Tout n’est pourtant pas rose.

    Toutefois, malgré son doublé, que dire des approximations de Cavani? Oui, il améliore son total de buts, mais avec l’efficacité des « très grands » attaquants, il aurait pu finir la soirée avec un quadruplé, sans forcer! Sur le but de Mbappé, par exemple, il se troue complètement. Et lors des soirées européennes, les défenses adverses ne seront pas toujours aussi perméables pour permettre à un partenaire de reprendre les ballons qu’il rate. Hier il a semblé dépassé par le rythme, même s’il arrive parfois à participer aux enchaînements.

    Et puis il y a Layvin Kurzawa, qui semble oublier qu’il joue latéral. Contre le Celtic, ça n’a pas posé trop de problèmes, mais cela risque d’être beaucoup plus problématique face au Bayern dans 15 jours, ou face à Lyon ce dimanche. Kurzawa a la fâcheuse tendance de laisser des boulevards dans son dos, en s’octroyant de plus le luxe d’être inefficace devant. Et lorsque il est finalement face à son attaquant, on ne le voit pas souvent gagner le duel. Un latéral qui attaque moyennement et qui défend mal ? Yuri Berchiche risque d’avoir rapidement sa chance.

    Le résumé vidéo du match :




  • Tags de l'article : ,
    Articles lies a ce sujet
    Espace communautaire
    • Shadcfc

      Faut arrêter les critiques sur Cavani…
      Oui il vandange… Oui contre les grosses équipes il y a peu d’occasions…
      Mais ça va faire cinq ans qu’il est là, le mec te met 30 à 40 buts par saison comment on peut le critiquer !?
      Son jeu ne changera pas, soit tu l’acceptes soit faut arrêter de faire le faux cul, le critiquer constamment et l’applaudir quand il marque un but.

    • Non_ fa_una_grinza

      La vidéo est bloquée…

    • ben8

      Je comprend pas bien comment on peut encore critiquer Cavani, il en a raté deux et en mets deux. Neymar en raté deux toutes faites lui aussi, on en parle moins. Rare sont les attaquants qui plante 4 buts sur 4 tirs a chaque matchs, il vas finir largement devant Ibra en tant que meilleur buteur du club, viens de passer devant lui en LDC… je crois qu’on ne se rend pas bien compte de l’attaquant qu’on a. Rare sont les mecs qui tourne à +25/30 buts par saison, sans parler de la saison dernière…

      • zanzibar_009

        D’ailleurs le second loupé de Neymar est plus blâmable que les 2 loupés de Cavani, c’est de la critique pour critiquer.
        Et puis bon Cavani sur son second but, il m’a mis sur le cul,

        • panamemonamour

          de toute beauté
          au ralenti on voit tres bien la surface ballon/crâne (je sais pas si tu l’a remarqué)coté exterieure de la tête.
          et ça va là ou il veut le mettre
          Chapeau l’artiste

        • ben8

          Juste énorme cette tête …

    Dernieres news

    Suivez-nous sur les reseaux



    Live football scores . Current table, fixtures & results.

    L'actualité européenne

    LDC – Inquiétude pour Corentin Tolisso, sorti sur blessure lors de la victoire du Bayern

    Adversaires

    Hier soir, le Bayern Munich affrontait Schalke 04 lors de la 5e journée de Bundesliga. Une ...

    Les dernières activités

    Fermer
    Activité récente
    NicolasBa mis à jour un post"Cavani "Neymar ? Je ne sais pas pourquoi on crée ces histoires...il n'y a aucun problème""
    2 days ago
    Flavien Casinia mis à jour un post"Moulin «la différence entre les deux équipes : deux tirs cadrés pour eux, deux buts»"
    3 days ago

    Actualité Féminine

    Katarzyna Kiedrzynek prolonge au PSG jusqu'en 2020, c'est officiel !

    Katarzyna Kiedrzynek prolonge au PSG jusqu’en 2020, c’est officiel !

    Actu Féminin

    En cette première journée de Ligue des Champions pour le Paris Saint-Germain (ce soir contre le ...

    Vidéos PSG

    LDC – L’analyse de la victoire du PSG contre le Celtic Glasgow

    LDC - L'analyse de la victoire du PSG contre le Celtic Glasgow <LDC , Une

    Après un mercato enflammé, le Paris Saint-Germain était de retour en Ligue des Champions hier. Fort d’un succès 0-5 à Glasgow, l’équipe parisienne a prouvé la puissance de sa nouvelle ligne d’attaque. Analyse de la rencontre d’hier.

    Le PSG a démarré la rencontre tambour battant hier, ne laissant pas respirer les Ecossais. Pendant 45 minutes, le PSG a été étourdissant, avec un bloc jouant haut et une volonté constante de ressortir le ballon proprement, de se projeter très vite vers l’avant et d’être omniprésent à la récupération. L’ouverture du score en est la parfaite illustration: Adrien Rabiot qui remonte le ballon juste après que le PSG ait repris la balle et qui lance magnifiquement Neymar dans la profondeur, avant que le brésilien ne marque en force.

    Menant 3-0 à la pause, le PSG a ensuite ralenti, se contentant de contrôler la rencontre avant d’enfoncer le clou par 2 fois, avec notamment une sublime tête plongeante d’Edinson Cavani. Globalement, la rencontre a été maitrisée, avec de la gestion pour éviter les blessures.

    Rabiot au top, Verratti va mieux, l’attaque apprend à se connaître et Areola rassure.

    Positionné dans un poste de relais, qu’il demandait depuis 3 ans, Rabiot a étalé sa classe. Tranchant à la récupération, il a apporté cette touche technique que Blaise Matuidi ne possédait pas. Marco Verratti semble également digérer son été tumultueux et la ligne d’attaque a affiche plus de complémentarité que face à Metz. Dans le jeu sans ballon ou les combinaisons, Neymar et Mbappe se sont moins marché sur les pieds, ce qui se révélera précieux pour la suite.

    Enfin, Alphonse Areola a montré son caractère. Enfin soutenu publiquement par son coach, il a touché son premier ballon au bout de 19 minutes et n’a pas trop été mis sous pression. Mais il a fait ce qu’il fallait, il ne s’est pas endormi et a été rassurant. Apres sa boulette face à Metz, il s’est bien repris.

    Quelques enseignements sont à tirer de cette rencontre. Tout d’abord, le penalty provoqué et transforme par Cavani illustre bien la crainte que la MCN inspire : La défense fait faute sur Cavani alors que le ballon est totalement hors de portée. La panique créée par l’armada parisienne devrait permettre d’avoir régulièrement des situations de ce type.

    Tout n’est pourtant pas rose.

    Toutefois, malgré son doublé, que dire des approximations de Cavani? Oui, il améliore son total de buts, mais avec l’efficacité des « très grands » attaquants, il aurait pu finir la soirée avec un quadruplé, sans forcer! Sur le but de Mbappé, par exemple, il se troue complètement. Et lors des soirées européennes, les défenses adverses ne seront pas toujours aussi perméables pour permettre à un partenaire de reprendre les ballons qu’il rate. Hier il a semblé dépassé par le rythme, même s’il arrive parfois à participer aux enchaînements.

    Et puis il y a Layvin Kurzawa, qui semble oublier qu’il joue latéral. Contre le Celtic, ça n’a pas posé trop de problèmes, mais cela risque d’être beaucoup plus problématique face au Bayern dans 15 jours, ou face à Lyon ce dimanche. Kurzawa a la fâcheuse tendance de laisser des boulevards dans son dos, en s’octroyant de plus le luxe d’être inefficace devant. Et lorsque il est finalement face à son attaquant, on ne le voit pas souvent gagner le duel. Un latéral qui attaque moyennement et qui défend mal ? Yuri Berchiche risque d’avoir rapidement sa chance.

    Le résumé vidéo du match :

    By
    @
    OTER ?>