Restez connectés avec nous

EDF

Ménez, une évidence chez les Bleus ?

Battue par la Suède mardi soir, l’équipe de France a inquiété tous ses supporters après avoir montré des signes encourageants lors de ses précédentes prestations. Fébriles défensivement, lents dans la construction, sans percussion offensivement, les Bleus devront faire beaucoup mieux face à l’Espagne pour espérer aller loin dans cet Euro. Et Jérémy Ménez semble être indiscutable au sein de l’attaque française.

Titulaire et buteur lors du match le plus réussi de l’équipe de France dans cet Euro, face à l’Ukraine, le N°7 parisien a prouvé qu’il était avec Franck Ribéry le joueur le plus percutant et le plus incisif de l’effectif de Laurent Blanc. Hatem Ben Arfa a énormément déçu mardi soir sur la pelouse de l’Olympic Stadium de Kiev et l’ailier de Newcastle a sûrement enterré toutes ses chances de devenir un titulaire en puissance dans cette équipe de France. Il a toutefois fallu attendre un bon moment pour voir le sélectionneur des Bleus remplacer le joueur des Magpies par un Florent Malouda absolument catastrophique. Le coaching de Blanc a d’ailleurs surpris tout le monde, l’entrée du joueur de Chelsea étant forcément étonnante lorsqu’on sait qu’à ce moment du match, la France était menée d’un but et qu’elle se devait de montrer beaucoup plus de choses offensivement pour faire trembler le bloc suédois.

Laurent Blanc a toutefois eu la lumineuse idée de remplacer Samir Nasri, aussi transparent qu’agaçant, par Jérémy Ménez avant la fin du match. Mais ce changement tardif n’a pas permis à l’attaquant du PSG de montrer toute l’étendue de son talent face à une équipe suédoise bien regroupée. L’ancien joueur de la Roma a tout même réussi à se procurer une occasion franche en inquiétant Iskasson d’une frappe croisée du gauche. Mais 13 minutes pour faire la différence, c’est trop peu, et on se demande toujours pourquoi le sélectionneur français a mis autant de temps pour faire rentrer le Parisien.

En tout cas, une chose est sûre, la titularisation de Ménez devient de plus en plus évidente. D’autant plus qu’en quart de finale, l’adversaire des Bleus sera l’Espagne, une équipe habituée à tenir le ballon et à jouer très haut sur le terrain. La vitesse de l’ancien joueur de la Roma pourrait alors permettre à l’équipe de France de se montrer très dangereuse en contre et d’inquiéter une défense espagnole qui n’a pas apporté beaucoup de garanties dans ce domaine depuis le début de l’Euro. Face à un Jordi Alba très offensif, Ménez aura un gros coup à jouer sur son côté droit et Ribéry devrait en faire de même à gauche face à Alvaro Arbeloa, sûrement l’un des latéraux les plus surcotés du moment.

Si les deux ailiers français font également de gros efforts dans le repli défensif et que Laurent Blanc aligne un milieu de terrain compact (un Matuidi à 100% aurait pu être précieux dans ce contexte), capable de sortir le ballon rapidement, alors cette équipe de France pourra inquiéter une formation espagnole qui a montré des signes de fatigue face à la Croatie.


Vidéos football

 

Derniers articles

Autres articles présents dans EDF