Restez connectés avec nous

Anciens

France Football établit son top 10 des pires recrues du PSG

France Football établit son top 10 des pires recrues du PSG

En attendant des arrivées cet été, France Football a publié cette semaine sa liste des 10 pires recrues de l’histoire du Paris Saint-Germain. L’occasion de rire (ou pleurer) un peu en se rappelant leurs exploits!

1- Mateja Kezman (Serbie, attaquant, au PSG 2008-2009). Par où commencer? Entre sa technique hasardeuse, sa maladresse face au but et son manque de combativité, il méritait déja de figurer dans ce classement. Ce qui a fait la différence pour le leadership, c’est surement l’affaire du maillot. Souvenez-vous: mécontent d’être remplacé face à Bordeaux, il jette son maillot sur la pelouse du Parc des Princes, ce qui lui vaudra une des pires broncas de l’histoire parisienne! Aussi mauvais techniquement que mentalement, le serbe aura permis à Luyindula de sembler brillant.

2- Everton Santos (Brésil, attaquant, au PSG en 2008). Arrivé dans les dernières heures du mercato hivernal, en compagnie de Souza (plus bas dans ce classement), il avait tout d’une erreur de casting « banale ». Sauf qu’il a fini par dire l’impensable: Il se compare à Robinho, annonçant qu’il « y a du Robinho dans mon jeu ». Quelques entrées hasardeuses plus tard, Auteuil le renomme « Jean-Claude Robignaud ».

3- Hakan Yakin (Suisse, milieu de terrain, au PSG en 2003). Une technique de velours, une excellente vision du jeu et une capacité à faire basculer les rencontres importantes. Oui, mais l’entraineur de l’époque est…Vahid Halilhodzic, qui met l’accent sur une condition physique irréprochable. Yakin arrive (très) enrobé fin juillet 2003. Quelques jours après, il décide de se faire opérer d’une pubalgie contre l’avis du PSG…qui annonce le 19 Août 2003 son renvoi. Il n’aura jamais porté le maillot parisien!

4- Sergueï Semak (Russe, milieu de terrain, au PSG 2005-2006). Il a fait tomber le PSG tout seul un soir maudit de 2004. Dernière journée de la phase de poules de la Ligue des Champions. Le PSG doit s’imposer au Parc pour rêver des huitièmes de finale. En face? Le CSKA Moscou. Ce soir là, pourtant, c’est Semak qui brille avec un triplé qui élimine le PSG…qui l’achète au mercato suivant. En 18 mois au PSG, le russe ne mettra qu’un seul but et repart rapidement en Russie. Ce match face au CSKA Moscou aura finalement coûté très cher au PSG!

5- Reinaldo (Brésil, attaquant au PSG 2001-2005). Rapide, mais c’est tout. Le brésilien fait partie de l’épopée 2003 qui voit le PSG terminer dauphin de l’intouchable Olympique Lyonnais, et marque 10 buts en 78 matchs. Un bilan très insuffisant pour un attaquant du PSG. Il restera cependant celui qui lance le contre victorieux du PSG qui arrache la victoire au Vélodrome face à l’ennemi marseillais!

6- Marino Helder (Portugal, défenseur, au PSG 2004-2005). On garde en mémoire ses bandeaux sur le crane, mais aussi sa lenteur de déplacement, ses marquages hasardeux et sa place au chaud sur le banc parisien. Il quitte le PSG après une seule saison, dans l’anonymat absolu.

7- Branko Boskovic (Serbie, milieu de terrain, au PSG 2003-2006). Un numéro 10 arrivé du froid pour faire rêver le PSG, tout juste orphelin de Ronaldinho. Si c’est le cas en coupe de la Ligue face à l’OM avec un doublé inoubliable, Boskovic verra Rothen et Pancrate être titularisés à ses dépens. Un joueur qui aurait sûrement mérité de jouer plus régulièrement!

8- Geraldao (Brésil, défenseur, au PSG 1001-1992). Arrivé au PSG en 1991, avec les légendaires Ricardo et Valdo, et il était le plus attendu ! Le défenseur central, titulaire et vainqueur de la Ligue des Champions avec Porto en 1987, était présenté comme le Ronald Koeman brésilien, et la légende disait qu’il inscrivait deux coups francs sur trois. Le public parisien n’aura vu que le troisième. De plus, il s’est montré très lent et approximatif techniquement. Il a ensuite quitté la France pour se refaire une santé au Mexique.

9- Willamis Souza (Brésil, milieu de terrain, au PSG 2008-2009). Le binôme d’Everton Santos débarque au PSG à l’hiver 2008. Le PSG traverse une des pires crises de son histoire, qui l’emmène jusqu’au bord de la relégation. Dans ce contexte, le brésilien n’a pas droit à la classique période d’adaptation, et ne parvient pas à s’imposer. Il est prêté dès juillet 2008, et ne reviendra plus au PSG.

10- Richard Niederbacher (Autriche, attaquant, au PSG 1984-1985). Auréolé du titre de meilleur buteur du championnat belge avec le KSV Waregem en 1983-84, l’Autrichien débarque au PSG la saison suivante. Son bilan est très contrasté (5 buts en 18 matchs) et il fait rapidement les frais des sifflets du Parc des Princes. Une chèvre, une vraie.

A noter qu’aucun joueur ne fait partie du projet parisien depuis 2011, pourtant il y avait des candidats (Lugano, Sissoko, Cabaye, Jesé, Ben Arfa, Krychowiak…)

Publicités

 

Articles récents

Autres articles présents dans Anciens