Restez connectés avec nous

Adversaires

Amalfitano : « Je regrette mon geste »

Cinq jours après avoir giflé Blaise Matuidi lors du match entre l’OM et le PSG, Morgan Amalfitano s’est enfin exprimé sur cet incident. Le milieu de terrain marseillais regrette son geste et surtout l’ampleur médiatique prise par cette affaire.

« Je regrette mon geste et je n’en suis pas fier, mais en même temps, je me fais provoquer et j’ai réagi en fonction de ça. Je n’ai rien à rajouter à cela, j’assume ce que j’ai fait. Je sais que c’est regrettable et ce n’est pas ce que je voulais véhiculer par rapport au public et aux passionnés de sport. Ça arrive, c’est déjà arrivé et ça arrivera encore. On dirait que je suis le seul à avoir fait ce geste, mais il y en a beaucoup ! Je suis suffisamment lucide pour savoir ce que j’ai fait de bien ou pas. Ce n’est pas en voyant ces images qu’on peut tirer des conclusions définitives sur moi, dresser un portrait ou dire qui je suis. Ce ne sont pas les valeurs que l’on m’a inculquées, donc je ne peux pas accepter ces critiques. Mais c’est comme ça apparemment, ça fait partie du décor. Personne n’a à me dire ce que je dois faire. Surtout pas en se basant uniquement sur ce geste car, je le répète, ce n’est pas le seul du match. Il y a eu beaucoup d’autres exemples. Vous avez appris à me connaître, les gens qui sont autour de l’OM aussi. Je ne suis pas comme ça. Je ne suis pas un provocateur, je ne suis pas du genre à chercher les embrouilles. Je ne suis pas non plus un joueur violent. Comme je l’ai dit, j’ai plutôt réagi à des faits. Quand j’ai vu les propos de mes précédents entraîneurs, ça m’a fait du bien. Christian Gourcuff, José Pasqualetti et Serge Romano ont eu les mots justes pour me décrire parce qu’ils me connaissent. C’est simplement mon caractère impulsif qui m’a poussé à faire ça. Il y a des bons et des mauvais côtés dans mon caractère, mais c’est aussi ce qui m’a permis d’en arriver jusque-là. Vous savez, je subis beaucoup de fautes et pas mal de coups sur le terrain par rapport à mon poste, à mon jeu et à mes dribbles. Mais ça fait partie du jeu et du métier. Certaines fois, ces provocations me font sortir de mes gonds. À moi d’apprendre et de canaliser tout ça. M. Chapron a été pédagogue lors de l’entretien, il a très bien fait son job. Ses paroles ont été bénéfiques, ça nous a permis de reprendre la deuxième période dans de bonnes conditions. Et, à mon avis, la seconde mi-temps a été irréprochable sur ce plan-là,  expliqué Amalfitano dans la Provence, avant d’évoquer les possibles sanctions. Je n’ai rien à dire là-dessus. Il y a d’autres images, je les ai vues, et elles ne correspondent pas à celles qui ont été montrées en boucle le jour-J. J’espère juste que les décisions seront prises avec le plus d’égalité possible. José Anigo disait que l’OM avait des arguments à faire valoir, notamment des images. Et qu’il ne comprendrait pas, si jamais vous êtes sanctionné, que Jallet et Matuidi ne le soient pas… Je ne m’occupe pas des autres. Encore une fois, j’assume ce que j’ai fait. Mais il faut juste ne pas oublier les gestes qui ont été faits de l’autre côté. »

L’ancien Lorientais a conclu en expliquant les raisons de son mutisme depuis plusieurs jours. « J’ai voulu prendre du recul pour ne pas réagir à chaud, bien réfléchir. Les faits ne sont pas aussi graves qu’on veut le faire croire. Je ne change pas ma manière de vivre. Ma famille reste toujours très importante, dans les bons comme dans les mauvais moments d’une carrière. En plus, ce genre de polémiques est aussi regrettable car cela fait souvent plus mal aux proches et à l’entourage qu’à la personne concernée. Mais bon, maintenant il faut avancer. »

Derniers articles

Autres articles présents dans Adversaires