Clasico

Gameiro – Rémy : qui prendra le dessus ?

Publie le 24/11/2011 a 21:00



  • Un match dans le match. Voici ce qui attend les deux internationaux français pour la rencontre au sommet entre l’OM et le PSG. Même si leur style de jeu est assez différent, les deux joueurs ne manquent pas de points communs. A commencer par leurs récentes performances, plutôt décevantes. Mercredi soir, en Ligue des Champions, Loïc Rémy n’était pas dans une forme olympique face aux Grecs de l’Olympiakos (0-1). Peu servi par ses partenaires, il a souvent effectué de mauvais choix. Contre Nancy dimanche dernier en Championnat (0-1), Kevin Gameiro n’avait pas été plus en réussite. Malgré une multiplication d’appels et de courses, l’ancien Merlu n’était pas parvenu à tirer son épingle du jeu. Les deux hommes ont pourtant réalisé un bon début de saison avec leur club respectif. Le Marseillais a trouvé le chemin des filets à six reprises en Ligue 1 depuis le début de la saison (quatorze rencontres disputées), tandis que le Parisien a marqué deux buts de plus que celui-ci en autant de matches.

    Gameiro demeure un chasseur de buts

    Même si Kevin Gameiro connaît actuellement une baisse de régime, il figure toujours en tête du classement des buteurs, avec huit réalisations (à égalité avec le Montpelliérain Olivier Giroud). « Kevin est un gros bosseur, il est très concentré sur son métier. C’est une garantie qu’il cherche la solution, qu’il est en réflexion sur son jeu. Comme tous les attaquants, il peut avoir une période de fragilité, mais il a intégré qu’on pouvait passer du temps sans marquer tout en ayant une grosse influence dans l’équipe. A Lorient, il jouait dans les espaces mais il doit maintenant apprendre la stratégie face à des équipes qui défendent dans leurs 30 derniers mètres. De plus, il était habitué à jouer en 4-4-2, en binôme, mais maintenant, il se retrouve seul devant. Tout ça n’est qu’une question d’adaptation, d’automatismes avec Pastore, Menez, Nenê… Tout ça ira de mieux en mieux au fil des mois », explique son ancien entraîneur au RC Strasbourg, Jean-Marc Furlan, dans les colonnes du quotidien gratuit 20 Minutes.

    Benzema a son préféré

    Il faut remonter au 16 octobre dernier pour trouver la trace d’un but du natif de Senlis. Lors de la dixième journée de Ligue 1, celui-ci avait inscrit un triplé face à Ajaccio (1-3). Quant à Rémy, sa dernière réalisation est plus récente : elle date de la réception de Nice par l’OM, lors de la treizième journée. L’ancien Lyonnais avait alors marqué sur penalty. Son ancien entraîneur à Nice ne tarît pas d’éloges à son sujet. « C’est un joueur rare, car il allie la taille, la vitesse, la technique et la spontanéité. À chaque fois qu’il joue, il prouve. Quand on est décisif comme lui, c’est que l’on a les épaules pour être titulaire en sélection nationale », analysait Frédéric Antonetti dans Le Parisien, il y a une dizaine de jours. « À Marseille, il met pratiquement tous les buts. C’est quelqu’un que j’apprécie sur et en dehors du terrain. J’espère qu’il va continuer comme ça », commente pour sa part Karim Benzema.

    Rémy, « joueur de ruptures et d’espaces »

    Titulaire en équipe de France face aux États-Unis (1-0), Kevin Gameiro a multiplié les appels, sans parvenir à ses fins. A la 72e minute de cette rencontre amicale, c’est Loïc Rémy qui a délivré les Bleus, en marquant l’unique but des Bleus. Le Marseillais reste sur trois buts inscrits lors de ses cinq derniers matches avec l’équipe de France. Dans l’esprit de Blanc, il a même probablement pris une longueur d’avance sur Gameiro. « C’est un joueur de rupture et d’espaces (…) Plus il demande le ballon dans la profondeur, plus Rémy est dangereux pour l’adversaire », estime « le président ». Pour le moment, le numéro 19 du PSG assure ne pas être inquiet par son passage à vide en terme de buts. « Je vais  travailler à l’entrainement et pourquoi pas dès ce week-end marquer ce but face à Marseille, ce serait bien », imagine-t-il au micro d’Infosport+. Dimanche soir, l’un des deux hommes sera probablement décisif pour son équipe. Reste à savoir lequel.

    Arnaud Lapointe

    Publie le 24/11/2011 a 21:00

    Gameiro – Rémy : qui prendra le dessus ?

    Un match dans le match. Voici ce qui attend les deux internationaux français pour la rencontre au sommet entre l’OM et le PSG. Même si leur style de jeu est assez différent, les deux joueurs ne manquent pas de points communs. A commencer par leurs récentes performances, plutôt décevantes. Mercredi soir, en Ligue des Champions, Loïc Rémy n’était pas dans une forme olympique face aux Grecs de l’Olympiakos (0-1). Peu servi par ses partenaires, il a souvent effectué de mauvais choix. Contre Nancy dimanche dernier en Championnat (0-1), Kevin Gameiro n’avait pas été plus en réussite. Malgré une multiplication d’appels et de courses, l’ancien Merlu n’était pas parvenu à tirer son épingle du jeu. Les deux hommes ont pourtant réalisé un bon début de saison avec leur club respectif. Le Marseillais a trouvé le chemin des filets à six reprises en Ligue 1 depuis le début de la saison (quatorze rencontres disputées), tandis que le Parisien a marqué deux buts de plus que celui-ci en autant de matches.

    Gameiro demeure un chasseur de buts

    Même si Kevin Gameiro connaît actuellement une baisse de régime, il figure toujours en tête du classement des buteurs, avec huit réalisations (à égalité avec le Montpelliérain Olivier Giroud). « Kevin est un gros bosseur, il est très concentré sur son métier. C’est une garantie qu’il cherche la solution, qu’il est en réflexion sur son jeu. Comme tous les attaquants, il peut avoir une période de fragilité, mais il a intégré qu’on pouvait passer du temps sans marquer tout en ayant une grosse influence dans l’équipe. A Lorient, il jouait dans les espaces mais il doit maintenant apprendre la stratégie face à des équipes qui défendent dans leurs 30 derniers mètres. De plus, il était habitué à jouer en 4-4-2, en binôme, mais maintenant, il se retrouve seul devant. Tout ça n’est qu’une question d’adaptation, d’automatismes avec Pastore, Menez, Nenê… Tout ça ira de mieux en mieux au fil des mois », explique son ancien entraîneur au RC Strasbourg, Jean-Marc Furlan, dans les colonnes du quotidien gratuit 20 Minutes.

    Benzema a son préféré

    Il faut remonter au 16 octobre dernier pour trouver la trace d’un but du natif de Senlis. Lors de la dixième journée de Ligue 1, celui-ci avait inscrit un triplé face à Ajaccio (1-3). Quant à Rémy, sa dernière réalisation est plus récente : elle date de la réception de Nice par l’OM, lors de la treizième journée. L’ancien Lyonnais avait alors marqué sur penalty. Son ancien entraîneur à Nice ne tarît pas d’éloges à son sujet. « C’est un joueur rare, car il allie la taille, la vitesse, la technique et la spontanéité. À chaque fois qu’il joue, il prouve. Quand on est décisif comme lui, c’est que l’on a les épaules pour être titulaire en sélection nationale », analysait Frédéric Antonetti dans Le Parisien, il y a une dizaine de jours. « À Marseille, il met pratiquement tous les buts. C’est quelqu’un que j’apprécie sur et en dehors du terrain. J’espère qu’il va continuer comme ça », commente pour sa part Karim Benzema.

    Rémy, « joueur de ruptures et d’espaces »

    Titulaire en équipe de France face aux États-Unis (1-0), Kevin Gameiro a multiplié les appels, sans parvenir à ses fins. A la 72e minute de cette rencontre amicale, c’est Loïc Rémy qui a délivré les Bleus, en marquant l’unique but des Bleus. Le Marseillais reste sur trois buts inscrits lors de ses cinq derniers matches avec l’équipe de France. Dans l’esprit de Blanc, il a même probablement pris une longueur d’avance sur Gameiro. « C’est un joueur de rupture et d’espaces (…) Plus il demande le ballon dans la profondeur, plus Rémy est dangereux pour l’adversaire », estime « le président ». Pour le moment, le numéro 19 du PSG assure ne pas être inquiet par son passage à vide en terme de buts. « Je vais  travailler à l’entrainement et pourquoi pas dès ce week-end marquer ce but face à Marseille, ce serait bien », imagine-t-il au micro d’Infosport+. Dimanche soir, l’un des deux hommes sera probablement décisif pour son équipe. Reste à savoir lequel.

    Arnaud Lapointe




  • Toute l'actualité du PSG en vidéo
    Tags de l'article : , ,
    Articles lies a ce sujet
    Espace communautaire
    • Yann le Goff

      gameigoal

    • Le BroX

      Aura le dessus celui marquera un but d plus que l’autre

    • SoPSG

      Il faut quand même avouer que Remy est plutôt bon depuis le début de saison surtout en EDF, il apporte de l’impact. J’aime bien ce joueur. Il faut juste que Gameiro ai des ballons. On peut remarquer que le pauvre Gameiro n’est JAMAIS envoyé dans l’espace par ses partenaires. Il a rarement eu un un contre un a negocier contre un goal. Les buts de Gameiro sont des buts de renards de surface, il est placé au bon endroit au bon moment c’est ce qui fait sa force mais on oublie trop souvent sa vitesse et sa précision devant le but.
      Seulement Remy a plus d’impact dans le jeu de l’équipe. Ils n’ont pas le même profil mais mon préféré reste Gameiro tout de même.

      • paris

        fo dire kon repose preske ke sur lui or ka paris ya des solutions si tenleve remy a marseille il pleure a paris ce domage mmais sinn voila 

      • L’aigle des Açores

        Peut être que j’vais dire une connerie mais je pense que Gameiro niveau finition est bien meilleur que Remy. Par contre Remy, en plus du fait qu’il prend les espaces en profondeurs, il sait surtout mieux provoquer une défense pour créer le danger (a l’image de Henry), alors que Gameiro il faut lui mettre la passe milimétré sur lui ou en profondeur.

        • Inaya60

          R »my est un très bon joueur, mais qu’est-ce qui loupe desfois c incroyable!

      • Paris77

        en meme temps a marseille il n’ont que lui pour marquer 10 chevres qui joue pour lui c’est normal a part lui A.ayew et mandanda sa pue le rat a l’om c’est normal qu’il est plus d’impact 

    • Gameiro!

    Dernieres news

    Suivez-nous sur les reseaux



    L'actualité européenne

    LDC – Lukoki « ils ne communiquaient pas entre eux…ils ne jouaient pas en équipe »

    Adversaires

    Jody Lukoki, ailier droit de 24 ans de Ludogorets, a été interrogé par L’Equipe à propos du match ...

    Les dernières activités

    Fermer
    Activité récente
    Flavien Casinia publié un new post."Mercato - Lucas Alario, cible du PSG selon RMC"
    23 hours ago
    Flavien Casinia publié un new post."Dugarry: Ben Arfa "Comment on peut avoir aussi peu d’intelligence footballistique ?""
    24 hours ago

    Actualité Féminine

    Féminines - Lair "On veut gagner ce match pour jouer une petite finale face à l'Olympique Lyonnais"

    Féminines – Lair « On veut gagner ce match pour jouer une petite finale face à l’Olympique Lyonnais »

    Actu Féminin

    Ce samedi 10 décembre, l’équipe féminine du Paris Saint-Germain reçoit Juvisy à Saint-Germain-en-Laye dans le cadre ...

    Vidéos PSG

    Gameiro – Rémy : qui prendra le dessus ?

    <Clasico , Editos , Ligue 1 , Une

    Un match dans le match. Voici ce qui attend les deux internationaux français pour la rencontre au sommet entre l’OM et le PSG. Même si leur style de jeu est assez différent, les deux joueurs ne manquent pas de points communs. A commencer par leurs récentes performances, plutôt décevantes. Mercredi soir, en Ligue des Champions, Loïc Rémy n’était pas dans une forme olympique face aux Grecs de l’Olympiakos (0-1). Peu servi par ses partenaires, il a souvent effectué de mauvais choix. Contre Nancy dimanche dernier en Championnat (0-1), Kevin Gameiro n’avait pas été plus en réussite. Malgré une multiplication d’appels et de courses, l’ancien Merlu n’était pas parvenu à tirer son épingle du jeu. Les deux hommes ont pourtant réalisé un bon début de saison avec leur club respectif. Le Marseillais a trouvé le chemin des filets à six reprises en Ligue 1 depuis le début de la saison (quatorze rencontres disputées), tandis que le Parisien a marqué deux buts de plus que celui-ci en autant de matches.

    Gameiro demeure un chasseur de buts

    Même si Kevin Gameiro connaît actuellement une baisse de régime, il figure toujours en tête du classement des buteurs, avec huit réalisations (à égalité avec le Montpelliérain Olivier Giroud). « Kevin est un gros bosseur, il est très concentré sur son métier. C’est une garantie qu’il cherche la solution, qu’il est en réflexion sur son jeu. Comme tous les attaquants, il peut avoir une période de fragilité, mais il a intégré qu’on pouvait passer du temps sans marquer tout en ayant une grosse influence dans l’équipe. A Lorient, il jouait dans les espaces mais il doit maintenant apprendre la stratégie face à des équipes qui défendent dans leurs 30 derniers mètres. De plus, il était habitué à jouer en 4-4-2, en binôme, mais maintenant, il se retrouve seul devant. Tout ça n’est qu’une question d’adaptation, d’automatismes avec Pastore, Menez, Nenê… Tout ça ira de mieux en mieux au fil des mois », explique son ancien entraîneur au RC Strasbourg, Jean-Marc Furlan, dans les colonnes du quotidien gratuit 20 Minutes.

    Benzema a son préféré

    Il faut remonter au 16 octobre dernier pour trouver la trace d’un but du natif de Senlis. Lors de la dixième journée de Ligue 1, celui-ci avait inscrit un triplé face à Ajaccio (1-3). Quant à Rémy, sa dernière réalisation est plus récente : elle date de la réception de Nice par l’OM, lors de la treizième journée. L’ancien Lyonnais avait alors marqué sur penalty. Son ancien entraîneur à Nice ne tarît pas d’éloges à son sujet. « C’est un joueur rare, car il allie la taille, la vitesse, la technique et la spontanéité. À chaque fois qu’il joue, il prouve. Quand on est décisif comme lui, c’est que l’on a les épaules pour être titulaire en sélection nationale », analysait Frédéric Antonetti dans Le Parisien, il y a une dizaine de jours. « À Marseille, il met pratiquement tous les buts. C’est quelqu’un que j’apprécie sur et en dehors du terrain. J’espère qu’il va continuer comme ça », commente pour sa part Karim Benzema.

    Rémy, « joueur de ruptures et d’espaces »

    Titulaire en équipe de France face aux États-Unis (1-0), Kevin Gameiro a multiplié les appels, sans parvenir à ses fins. A la 72e minute de cette rencontre amicale, c’est Loïc Rémy qui a délivré les Bleus, en marquant l’unique but des Bleus. Le Marseillais reste sur trois buts inscrits lors de ses cinq derniers matches avec l’équipe de France. Dans l’esprit de Blanc, il a même probablement pris une longueur d’avance sur Gameiro. « C’est un joueur de rupture et d’espaces (…) Plus il demande le ballon dans la profondeur, plus Rémy est dangereux pour l’adversaire », estime « le président ». Pour le moment, le numéro 19 du PSG assure ne pas être inquiet par son passage à vide en terme de buts. « Je vais  travailler à l’entrainement et pourquoi pas dès ce week-end marquer ce but face à Marseille, ce serait bien », imagine-t-il au micro d’Infosport+. Dimanche soir, l’un des deux hommes sera probablement décisif pour son équipe. Reste à savoir lequel.

    Arnaud Lapointe

    By
    @
    OTER ?>