Restez connectés avec nous

Ligue 1

Le trône de leader s’enfuit

En faisant match nul face à Bordeaux ce dimanche soir (1-1), le PSG n’est pas parvenu à reconquérir son fauteuil de leader du Championnat.

Malgré la défaite en Coupe de France face à Lyon mercredi dernier (1-3), Carlo Ancelotti décidait de rester fidèle à son « sapin de Noël ». Deux surprises à noter toutefois dans la composition de départ, au niveau des défenseurs latéraux : Saka Tiéné titularisé dans le couloir gauche en raison de l’absence de Maxwell (gêne musculaire) sur la feuille de match, tandis que Christophe Jallet occupait le flanc droit en lieu et place de Milan Bisevac, pourtant pressenti dans le onze.

Dès le début de la rencontre, les Girondins n’hésitaient pas à se livrer, en multipliant les permutations. Les Rouges et Bleus, trop souvent dans la réaction plutôt que dans l’action, faisaient preuve de trop de déchets techniques. Peu après le premier quart d’heure de jeu, Bordeaux dominait en terme de possession de balle (54%). Le jeu parisien penchait alors clairement à droite. Nene abandonnait même son côté gauche pour venir chercher des ballons dans l’axe ou côté droit. A la 29e minute de jeu, le PSG se procurait la plus grosse occasion depuis le début de la partie. Sur un coup franc situé côté gauche, Nene trouvait Alex aux six mètres, qui décroisait sa tête. Le défenseur brésilien ne trouvait pas le cadre alors que Carrasso était battu.

Dans les secondes qui suivaient, Trémoulinas débordait côté gauche et centrait en retrait pour Plasil qui reprenait en première intention. Sirigu sortait alors un arrêt dont il a le secret. Peu après la demi-heure de jeu, le Parc des Princes commençait à siffler son équipe. Le dernier quart d’heure n’y changera rien : comme trop souvent cette saison, le club de la capitale passait à côté ses 45 -tristes- premières minutes, ses individualités n’étant pas au rendez-vous.

Un Paris toujours à réaction

Au retour des vestiaires, Blaise Matuidi remplaçait Jérémy Ménez, victime de plusieurs mauvais coups, renforçant ainsi l’équilibre dans l’entrejeu. Momo Sissoko n’était pas loin de trouver le chemin des filets d’une demi-volée ras-de-terre, mais Carrasso se montrait vigilant en se détendant parfaitement (48e). Les joueurs de Francis Gillot commençaient alors à subir les assauts parisiens. Beaucoup plus agressif, le bloc rouge et bleu décidait de clairement prendre le jeu à son compte. Très solidaires, les Aquitains continuaient à faire déjouer les offensives franciliennes. Peu inspiré, Nene gâchait un coup franc bien placé en enroulant trop faiblement sa frappe, dont s’emparait aisément le portier bordelais (66e).

Guère performant à la récupération, Momo Sissoko cédait sa place à Mathieu Bodmer, dans un Parc des Princes peu enthousiaste ce soir (70e). Puis, c’était la grosse frayeur : à la réception d’un centre de Maurice-Belay, Plasil frappait du pied droit et allait battre Sirigu… finalement sauvé par sa barre transversale (73e). Et, malheureusement, ce qui devait arrivait arriva. Maurice-Belay se présentait seul face au portier italien, décalait Diabaté sur sa droite qui n’avait plus qu’à conclure du plat du pied (77ee). Quelques instants plus tard, Guillaume Hoarau égalisait d’une frappe du gauche, servi dos au but à l’entrée de la surface par Bodmer (80e). Dans les dix dernières minutes de la rencontre, les hommes d’Ancelotti ne parviendront pas à tirer leur épingle du jeu, concédant ainsi deux points à domicile.

Ce soir, le PSG n’aura pas récupéré sa place de leader, en se montrant trop fébrile et trop peu déterminé face à Bordeaux (1-1). Grâce à une meilleure différence de but (+26 contre +23), Montpellier se retrouve en tête de la Ligue 1 au terme de cette 29e journée.

Derniers articles

Autres articles présents dans Ligue 1