Restez connectés avec nous

Ligue 1

PSG 2-2 Lille : Paris entretient l’espoir

Publicités

Qu’il semble loin le temps où le PSG et Lille concédaient frileusement le match nul (0-0), un soir de 15 août 2010, pour le compte de la deuxième journée de championnat. Les 22 acteurs avaient annoncé un match plus ouvert que la finale de la Coupe de France. Ils n’ont pas tardé à le prouver. Dès la 5e minute, Obraniak, encore lui, a trouvé les filets de Coupet, au premier poteau cette fois (0-1, 5e). Paris venait de se faire cueillir à froid mais n’a pas mis longtemps à réagir. L’homme de cette première mi-temps ? Guillaume Hoarau. Après une tête dans les bras de Landreau sur un centre de Nenê (7e), le Réunionnais a tenté un retourné qui a frôlé le poteau droit (11e) !

Le LOSC peut décidément compter sur un portier à la hauteur de ses ambitions. L’ancien gardien parisien a encore écœuré Hoarau à la 12e avant de repousser une frappe puissante de Tiéné (34e). Ludovic Giuly a bien réussi à le battre à la 25e mais sa frappe contrée par Emerson a été repoussée par la barre ! La délivrance est intervenue au bout du temps additionnel de cette première période. Malin et précis, Nenê a tiré rapidement un coup franc lointain qu’Hoarau a pu contrôler et frapper pour battre (enfin) Landreau (1-1, 48e).

Les larmes d’Hoarau

Sa soif de vaincre, Paris l’a entretenue dès les premiers instants de la seconde période. Sauf que M. Jaffredo, bien secoué par les Lillois avant la pause pour avoir fait durer le temps additionnel et avoir validé le but d’Hoarau alors que Bodmer et Giuly étaient hors-jeu (jusque-là rien d’anormal), en a décidé autrement. Sur la première incursion d’Hoarau dans la défense lilloise, le Réunionnais tente d’obtenir un coup franc. L’arbitre estime qu’il y a simulation et sort un deuxième carton jaune (46e). En pleurs à sa sortie du terrain, le numéro 9 croise Antoine Kombouaré qui revient en retard des vestiaires, comme d’habitude. Hors de lui (mais poli), le Kanak est aussi renvoyé en tribunes par M. Jaffredo, sur les conseils d’un quatrième arbitre qui s’est pris pour un autre (53e).

Sous les yeux d’un Parc médusé qui acclame son entraîneur, les Lillois ont, en plus, réussi à reprendre l’avantage par Sow (1-2, 59e). La fin de match a donc été tendue mais rythmée. Giuly a vu son centre-tir raser la ligne et heurter le poteau (70e). Puis Bodmer a fini par égaliser, au mental, après une feinte de frappe à l’entrée de la surface (2-2, 73e).

Le Parc retrouvera de la voix mais Paris ne reviendra pas. Avec une réussite phénoménale (2 tirs cadrés, 2 buts), Lille obtient le point qu’il lui manquait pour réaliser le doublé Coupe-Championnat. Mais Paris peut encore croire à la Ligue des Champions. Lyon, tenu en échec face à Caen (0-0), est toujours à deux points.

Publicités

Vidéos football

 

Derniers articles

Autres articles présents dans Ligue 1