Restez connectés avec nous
L'amende de l'AS Saint-Etienne pour les banderoles face au PSG réduite à 5000€

Adversaires

Les supporters des Verts font appel, leur communiqué pour dénoncer PSG et instances

Durant la rencontre de Ligue 1 entre l’AS Saint-Etienne et le Paris Saint-Germain (0-2), les supporters des Verts ont déployé des banderoles destinées aux dirigeants parisiens avec des sous-entendus qui ont déplu. Sanctionnés par la LFP et menacés par la FFF, les Stéphanois ont décidé de réagir en faisant appel. Ils expliquent leur point de vue au travers de ce communiqué.

« Il est temps pour nous d’expliquer au grand public, les différents tenants et aboutissants, d’une mascarade orchestrée par le PSG, et rendue possible par différents acteurs du football.

Le club Parisien n’en est pas à son coup d’essai, depuis 2010, le champion en titre n’a qu’une seule idée en tête en matière de supportérisme : l’éradication des Ultras. L’éradication de ceux qui disent la vérité, l’éradication d’un mode de vie, qui leur déplaise ou non continuera de perdurer avec ferveur et passion face à leurs millions.

Les agissements de ce club en connivence avec les instances, nous amènent à certaines interrogations  :

  • Comment un club de L1 peut-il demander à la préfecture de la Loire ou à la FFF, l’interdiction de toute banderole à Geoffroy Guichard ?
  • De quels droits se prévaut le PSG pour exiger la démission du personnel de notre propre club ?
  • En quoi ce club est-il légitime de donner à la presse (l’Equipe), les rapports d’une société de sécurité avant même que l’ASSE ne l’ait eu entre les mains ? Société de sécurité qui par ailleurs, a récemment passé un contrat avec le club de la capitale.
  • Mais surtout, en quoi le PSG, qui n’est pas une personne de puissance publique, peut en France restreindre la liberté des citoyens ?

En rien. Si le Paris-Saint-Germain est Charlie comme il le rappelle si souvent. Qu’il le prouve ! Mais malheureusement, cet esprit tyrannique serait rendu dans les actes impossibles, si les instances du football arrêtaient juste une seconde de se lubrifier par le seul prisme des intérêts économiques que représente ce club et ses pétro-dollars.

Tout d’abord, la décision de la FFF qui en menaçant de suspendre voire d’arrêter un match de Coupe de France, au seul grief d’une banderole dite « anti-PSG », est simplement absurde. D’ailleurs que ces différents cravateux revoient leur copie. On ne parle pas de banderoles « anti-PSG », mais de banderoles contre la répression, pour un supporterisme libre et bien sur pour que le droit de parole des Ultras à Paris comme à Saint-Etienne soit respecté. Par cette décision, tout comme l’amende infligée par la Ligue à notre club sont significatives, il n’y a plus de place pour la liberté d’expression dans les stades, et surtout quand on touche au grand seigneur Paris-Saint-Germain.

Nous avons donc pris acte, vendredi dernier, de la décision de l’ASSE de faire appel de cette amende injuste, qui s’apparente à un légal racket. Nous ne pouvons que soutenir une fois de plus notre club qui ne doit pas céder face à ces pratiques dictatoriales. Même une amende d’un seul euro symbolique aurait été excessive et contraire au droit humain.

Car oui, nous ne parlons pas de supportérisme, de football etc., nous parlons simplement de l’exercice d’un droit fondamental en France : celui de s’exprimer librement. N’en déplaise à tous ceux que nous venons de citer, nos bouches ne sont pas prêtes de se fermer. Nous continuerons à dénoncer l’exécrable comportement du PSG, le diktat des instances de football et l’oppression médiatique consécutive à ce « non-événement ». Tout ne se pardonne pas… »

Une affaire qui est loin d’être terminée et qui pourrait devenir un des piliers de la lutte des Ultras en France pour retrouver un peu de liberté.

Un cas très compliqué, comment souvent quand il s’agit de liberté d’expression. Bien sûr que les supporters doivent pouvoir s’exprimer, mais il faut qu’il y ait des limites, comme pour tous. D’ailleurs, si l’on peut comprendre la colère des supporters face au PSG, ils ne doivent pas oublier que les Parisiens ont été sanctionnés à cause des banderoles déployées en finale de Coupe de France face à Lens (il était question de « consanguins »). 

Paris a en effet limité des libertés au Parc des Princes et c’est regrettable. Mais cela n’est pas venu sans raison (et ce n’était pas le fait des Qataris). Et c’est un choix qui se généralise en France face à la violence.

Tout interdire n’est pas la solution, mais il les stades (ainsi que les alentours) ne doivent pas être des lieux où la violence est présente. Des discussions et des compromis sont à trouver. Il faudra des efforts de toutes les parties.

Vidéos football

 

Derniers articles

Autres articles présents dans Adversaires