Archives

Colony Capital, c’est la crise ?

Publie le 16/03/2011 a 16:23



  • A la veille d'un match capital pour l'avenir du PSG en Europa League, et à quelques jours d'un autre match, contre Marseille crucial pour les objectifs en Ligue 1, l'actionnaire majoritaire semble être dans prit dans un étau. Aucune nouvelle de la vente du club et de lourdes pertes financières.

    L'actionnaire majoritaire, Sébastien Bazin, ne cesse de répéter qu'il ne s'exprimera « que le jour où il aura des choses à dire ». Seulement, le fait qu'il garde le silence depuis le début de la saison commence sérieusement à soulever des interrogations.

    Le dossier le plus sensible ? L'arrivée d'un nouvel investisseur.

    Le 2 mai dernier, lendemain de la victoire du Paris Saint-Germain sur l'AS Monaco en finale de la Coupe de France, l'actionnaire déclarait « Je travaille beaucoup sur ce dossier depuis deux mois et demi. On va y arriver. ». Dix mois après cette déclaration le dossier semble ne pas avoir avancé d'un pouce. Selon l'Equipe, Sébastient Bazin aurait récemment laissé filtrer trois pistes, en privé. Soit l'actionnaire a décidé de prendre son temps sur le dossier, soit qatariens et américains se concurrencent farouchement pour entrer dans le capital ou, pour finir, Colony Capital va décider de passer la main tout en restant actionnaire minoritaire pour que la transition s'effectue mieux.

    Des proches du dossier pensent plutôt que le dossier patine, pour eux la piste américaine reste utopique. Et celle du Qatar Investment Authority (QIA) ralentie car il y aurait un désaccord sur le prix de vente, en effet, le Qatar n'aurait jamais proposé plus de 40 millions d'euros, deux fois moins que les pertes de Colony Capital.

    Alors que l'Élysée presserai gentiment Sébastien Bazin en faveur du QIA, la tendance du boss de Colony Capital, Tom Barrack, serait de ne pas s'éterniser au PSG. Sébastien Bazin lui ne cède pas à la précipitation espérant un billet pour la Champion's League pour vendre le club au meilleur prix.

    L'image de l'actionnaire reste celle d'un homme dos au mur avec une situation financière plus que fragile. Si le club ne décroche pas la Champion's League en fin de saison, les pertes devraient s'élever à 19 millions d'euros.

    Voici l'image actuelle du PSG qui peinerai à payer certains hôtels où le groupe effectue ses mises au vert et qui a du mal à verser les salaires de ses employés.

    Colony Capital est-il toujours en position de force devant d'éventuels investisseurs ?

    Publie le 16/03/2011 a 16:23

    Colony Capital, c’est la crise ?

    A la veille d'un match capital pour l'avenir du PSG en Europa League, et à quelques jours d'un autre match, contre Marseille crucial pour les objectifs en Ligue 1, l'actionnaire majoritaire semble être dans prit dans un étau. Aucune nouvelle de la vente du club et de lourdes pertes financières.

    L'actionnaire majoritaire, Sébastien Bazin, ne cesse de répéter qu'il ne s'exprimera « que le jour où il aura des choses à dire ». Seulement, le fait qu'il garde le silence depuis le début de la saison commence sérieusement à soulever des interrogations.

    Le dossier le plus sensible ? L'arrivée d'un nouvel investisseur.

    Le 2 mai dernier, lendemain de la victoire du Paris Saint-Germain sur l'AS Monaco en finale de la Coupe de France, l'actionnaire déclarait « Je travaille beaucoup sur ce dossier depuis deux mois et demi. On va y arriver. ». Dix mois après cette déclaration le dossier semble ne pas avoir avancé d'un pouce. Selon l'Equipe, Sébastient Bazin aurait récemment laissé filtrer trois pistes, en privé. Soit l'actionnaire a décidé de prendre son temps sur le dossier, soit qatariens et américains se concurrencent farouchement pour entrer dans le capital ou, pour finir, Colony Capital va décider de passer la main tout en restant actionnaire minoritaire pour que la transition s'effectue mieux.

    Des proches du dossier pensent plutôt que le dossier patine, pour eux la piste américaine reste utopique. Et celle du Qatar Investment Authority (QIA) ralentie car il y aurait un désaccord sur le prix de vente, en effet, le Qatar n'aurait jamais proposé plus de 40 millions d'euros, deux fois moins que les pertes de Colony Capital.

    Alors que l'Élysée presserai gentiment Sébastien Bazin en faveur du QIA, la tendance du boss de Colony Capital, Tom Barrack, serait de ne pas s'éterniser au PSG. Sébastien Bazin lui ne cède pas à la précipitation espérant un billet pour la Champion's League pour vendre le club au meilleur prix.

    L'image de l'actionnaire reste celle d'un homme dos au mur avec une situation financière plus que fragile. Si le club ne décroche pas la Champion's League en fin de saison, les pertes devraient s'élever à 19 millions d'euros.

    Voici l'image actuelle du PSG qui peinerai à payer certains hôtels où le groupe effectue ses mises au vert et qui a du mal à verser les salaires de ses employés.

    Colony Capital est-il toujours en position de force devant d'éventuels investisseurs ?




  • Tags de l'article : , ,
    Articles lies a ce sujet
    Espace communautaire

    Comments are closed.

    Dernieres news

    Suivez-nous sur les reseaux



    Live football scores . Current table, fixtures & results.

    L'actualité européenne

    Verratti «Nous ne sommes pas au niveau du Bayern, du Barça et du Real»

    Verratti «Nous ne sommes pas au niveau du Bayern, du Barça et du Real»

    LDC

     Lors d’un entretien accordé à Rai Sport, le milieu du Paris Saint-Germain, Marco Verratti, est revenu ...

    Les dernières activités

    Fermer
    Activité récente
    Flavien Casinia mis à jour un post"Mercato - Un échange Diego Costa / Pastore cet été ?"
    19 hours ago
    Flavien Casinia publié un new post."Mercato - Un échange Diego Costa / Pastore cet été ?"
    19 hours ago

    Actualité Féminine

    Féminines - Aulas 'il faut aussi faire attention à cette équipe parisienne"

    Féminines – Aulas ‘il faut aussi faire attention à cette équipe parisienne »

    Actu Féminin

    C’est fait, la section féminine du Paris Saint-Germain s’est qualifiée pour les demi-finale de la Champions ...

    Vidéos PSG

    Colony Capital, c’est la crise ?

    <Archives

    A la veille d'un match capital pour l'avenir du PSG en Europa League, et à quelques jours d'un autre match, contre Marseille crucial pour les objectifs en Ligue 1, l'actionnaire majoritaire semble être dans prit dans un étau. Aucune nouvelle de la vente du club et de lourdes pertes financières.

    L'actionnaire majoritaire, Sébastien Bazin, ne cesse de répéter qu'il ne s'exprimera « que le jour où il aura des choses à dire ». Seulement, le fait qu'il garde le silence depuis le début de la saison commence sérieusement à soulever des interrogations.

    Le dossier le plus sensible ? L'arrivée d'un nouvel investisseur.

    Le 2 mai dernier, lendemain de la victoire du Paris Saint-Germain sur l'AS Monaco en finale de la Coupe de France, l'actionnaire déclarait « Je travaille beaucoup sur ce dossier depuis deux mois et demi. On va y arriver. ». Dix mois après cette déclaration le dossier semble ne pas avoir avancé d'un pouce. Selon l'Equipe, Sébastient Bazin aurait récemment laissé filtrer trois pistes, en privé. Soit l'actionnaire a décidé de prendre son temps sur le dossier, soit qatariens et américains se concurrencent farouchement pour entrer dans le capital ou, pour finir, Colony Capital va décider de passer la main tout en restant actionnaire minoritaire pour que la transition s'effectue mieux.

    Des proches du dossier pensent plutôt que le dossier patine, pour eux la piste américaine reste utopique. Et celle du Qatar Investment Authority (QIA) ralentie car il y aurait un désaccord sur le prix de vente, en effet, le Qatar n'aurait jamais proposé plus de 40 millions d'euros, deux fois moins que les pertes de Colony Capital.

    Alors que l'Élysée presserai gentiment Sébastien Bazin en faveur du QIA, la tendance du boss de Colony Capital, Tom Barrack, serait de ne pas s'éterniser au PSG. Sébastien Bazin lui ne cède pas à la précipitation espérant un billet pour la Champion's League pour vendre le club au meilleur prix.

    L'image de l'actionnaire reste celle d'un homme dos au mur avec une situation financière plus que fragile. Si le club ne décroche pas la Champion's League en fin de saison, les pertes devraient s'élever à 19 millions d'euros.

    Voici l'image actuelle du PSG qui peinerai à payer certains hôtels où le groupe effectue ses mises au vert et qui a du mal à verser les salaires de ses employés.

    Colony Capital est-il toujours en position de force devant d'éventuels investisseurs ?

    By
    @
    OTER ?>