Archives

Djorkaeff: «Le Parc des Princes, c’est mon stade, c’est chez moi.»

Publie le 27/01/2011 a 14:22



  • « Une saison mais quelle saison! » 

    Lors d'une interview accordé à Surface Magazine , l'ex-milieu parisien Youri Djorkaeff revient avec émotion sur son unique saison dans la capitale, et comme il le dit: « Une saison mais quelle saison! » 

    Le Snake ne sera resté qu'une saison au PSG (1995-1996). Mais il en aura marqué l'histoire, au sein d'une équipe magique, avec à la clef de le seul trophée du club sur la scène européenne, « On avait une équipe très compétitive qui enchantait le Parc et avec laquelle on a gagné la Coupe d'Europe. J'ai mis des buts spectaculaires, on a fait de grands matches et tout roulait. », déclare t-il.

    Se faisant vite remarqué, le prodige parisien signera à la fin de la saison en la faveur de l'Inter de Milan mais avoue avoir envisagé de rester à vie dans la capitale, « À un moment donné, j'ai même envisagé de rester au PSG à vie , comme Maldini au Milan AC ou Bergomi à l'Inter Milan. ».

    « Je n'aurai jamais pu imaginer que ça se termine comme ça. »

    Pour terminer, Youri Djorkaeff se souvient de son dernier match au Parc des Princes, match disputé contre Bastia et gagné 5 à 1 avec un triplé du champion du monde, « Je n'aurai jamais pu imaginer que ça se termine comme ça. On recevait Bastia au Parc lors de la dernière journée de championnat. On gagne le match 5à1 et je marque trois buts. J'en n'ai mis un de plus, dévié et accordé à un défenseur corse. »

    « Le Parc des Princes, c'est mon stade, c'est chez moi. »

    Son plus beau, et paradoxalement son plus triste, souvenir de footballeur restera sans doute ce véritable hommage rendu par un Parc des Princes en feu au coup de sifflet final de ce PSG-Bastia:

    « Les supporters sont descendu sur la pelouse et m'ont porté en triomphe. Tout le monde hurlait: « Youri a Paris! » Aujourd'hui, dans la nuit, ça résonne encore dans ma tête. Si je n'avait pas déjà donné mon accord à l'inter, c'est sur que cette soirée aurait u un impact importent sur ma décision. Ce soir là, j'étais heureux et triste. Heureux de partir par la grande porte et triste de quitter des gens formidables. Le Parc des Princes, c'est mon stade, c'est chez moi. »

    Nous vous laissons le plaisir de lire l'intégralité des déclarations:

    « Une saison mais quelle saison! Quand je dis aux gens que je n'ai joué qu'un ans a Paris, personnes ne me croit. C'était une année extraordinaire. On avait une équipe très compétitive qui enchantait le Parc et avec laquelle on a gagné la Coupe d'Europe. J'ai mis des buts spectaculaires, on a fait de grands matches et tout roulait. Je suis resté une seule saison car j'ai eu de grosses propositions venues de grands clubs 0 la fin de l'année. J'avais évolué un moment en deuxième divisions avec Grenoble, j'avais ensuite bien connu la première division. À 26 ans, c'était le bon moment pour tenter l'aventure étrangère. Mais même si je ne suis resté qu'un ans a Paris, je suis très attachée à ce club. À un moment donné, j'ai même envisagé de rester au PSG à vie , comme Maldini au Milan AC ou Bergomi à l'Inter Milan. »

    « C'était un truc de fou. Je n'aurai jamais pu imaginer que ça se termine comme ça. On recevait Bastia au Parc lors de la dernière journée de championnat. On gagne le match 5à1 et je marque trois buts. J'en n'ai mis un de plus, dévié et accordé à un défenseur corse. Les supporters son descendu sur la pelouse et m'ont porté un triomphe. Tout le monde hurlait: « Youri a Paris! » Aujourd'hui, dans la nuit, ça résonne encore dans ma tête. Si je n'avait pas déjà donné mon accord à l'inter, c'est sur que cette soirée aurait u un impact importent sur ma décision. Ce soir là, j'étais heureux et triste. Heureux de partir par la grande porte et triste de quitter des gens formidables. Le Parc des Princes, c'est mon stade, c'est chez moi. »

    Publie le 27/01/2011 a 14:22

    Djorkaeff: «Le Parc des Princes, c’est mon stade, c’est chez moi.»

    « Une saison mais quelle saison! » 

    Lors d'une interview accordé à Surface Magazine , l'ex-milieu parisien Youri Djorkaeff revient avec émotion sur son unique saison dans la capitale, et comme il le dit: « Une saison mais quelle saison! » 

    Le Snake ne sera resté qu'une saison au PSG (1995-1996). Mais il en aura marqué l'histoire, au sein d'une équipe magique, avec à la clef de le seul trophée du club sur la scène européenne, « On avait une équipe très compétitive qui enchantait le Parc et avec laquelle on a gagné la Coupe d'Europe. J'ai mis des buts spectaculaires, on a fait de grands matches et tout roulait. », déclare t-il.

    Se faisant vite remarqué, le prodige parisien signera à la fin de la saison en la faveur de l'Inter de Milan mais avoue avoir envisagé de rester à vie dans la capitale, « À un moment donné, j'ai même envisagé de rester au PSG à vie , comme Maldini au Milan AC ou Bergomi à l'Inter Milan. ».

    « Je n'aurai jamais pu imaginer que ça se termine comme ça. »

    Pour terminer, Youri Djorkaeff se souvient de son dernier match au Parc des Princes, match disputé contre Bastia et gagné 5 à 1 avec un triplé du champion du monde, « Je n'aurai jamais pu imaginer que ça se termine comme ça. On recevait Bastia au Parc lors de la dernière journée de championnat. On gagne le match 5à1 et je marque trois buts. J'en n'ai mis un de plus, dévié et accordé à un défenseur corse. »

    « Le Parc des Princes, c'est mon stade, c'est chez moi. »

    Son plus beau, et paradoxalement son plus triste, souvenir de footballeur restera sans doute ce véritable hommage rendu par un Parc des Princes en feu au coup de sifflet final de ce PSG-Bastia:

    « Les supporters sont descendu sur la pelouse et m'ont porté en triomphe. Tout le monde hurlait: « Youri a Paris! » Aujourd'hui, dans la nuit, ça résonne encore dans ma tête. Si je n'avait pas déjà donné mon accord à l'inter, c'est sur que cette soirée aurait u un impact importent sur ma décision. Ce soir là, j'étais heureux et triste. Heureux de partir par la grande porte et triste de quitter des gens formidables. Le Parc des Princes, c'est mon stade, c'est chez moi. »

    Nous vous laissons le plaisir de lire l'intégralité des déclarations:

    « Une saison mais quelle saison! Quand je dis aux gens que je n'ai joué qu'un ans a Paris, personnes ne me croit. C'était une année extraordinaire. On avait une équipe très compétitive qui enchantait le Parc et avec laquelle on a gagné la Coupe d'Europe. J'ai mis des buts spectaculaires, on a fait de grands matches et tout roulait. Je suis resté une seule saison car j'ai eu de grosses propositions venues de grands clubs 0 la fin de l'année. J'avais évolué un moment en deuxième divisions avec Grenoble, j'avais ensuite bien connu la première division. À 26 ans, c'était le bon moment pour tenter l'aventure étrangère. Mais même si je ne suis resté qu'un ans a Paris, je suis très attachée à ce club. À un moment donné, j'ai même envisagé de rester au PSG à vie , comme Maldini au Milan AC ou Bergomi à l'Inter Milan. »

    « C'était un truc de fou. Je n'aurai jamais pu imaginer que ça se termine comme ça. On recevait Bastia au Parc lors de la dernière journée de championnat. On gagne le match 5à1 et je marque trois buts. J'en n'ai mis un de plus, dévié et accordé à un défenseur corse. Les supporters son descendu sur la pelouse et m'ont porté un triomphe. Tout le monde hurlait: « Youri a Paris! » Aujourd'hui, dans la nuit, ça résonne encore dans ma tête. Si je n'avait pas déjà donné mon accord à l'inter, c'est sur que cette soirée aurait u un impact importent sur ma décision. Ce soir là, j'étais heureux et triste. Heureux de partir par la grande porte et triste de quitter des gens formidables. Le Parc des Princes, c'est mon stade, c'est chez moi. »




  • Tags de l'article : , , ,
    Articles lies a ce sujet
    Espace communautaire

    Comments are closed.

    Dernieres news

    Suivez-nous sur les reseaux



    Live football scores . Current table, fixtures & results.

    L'actualité européenne

    LDC - Sergio Busquets sort sur une ciivère lors de Eibar/Barcelone

    LDC – Sergio Busquets sort sur une civère lors de Eibar/Barcelone

    Adversaires

    Titulaire pour le déplacement sur la pelouse d’Eibar, le milieu de terrain du Fc Barcelone de ...

    Les dernières activités

    Fermer
    Activité récente
    Coralie Owczaruka mis à jour un post"FC Nantes/PSG - "Draxler, juste un coup" selon Unai Emery"
    1 day ago
    Coralie Owczaruka mis à jour un post"FC Nantes/PSG - "Draxler, juste un coup" selon Unai Emery"
    1 day ago

    Actualité Féminine

    Féminines - Lair Il va falloir continuer à y croire et réagir

    Féminines – Lair « Il va falloir continuer à y croire et réagir »

    Actu Féminin

    Ce weekend, l’équipe féminine du Paris Saint-Germain a concédé sa première défaite en championnat en s’inclinant ...

    Vidéos PSG

    Djorkaeff: «Le Parc des Princes, c’est mon stade, c’est chez moi.»

    <Archives

    « Une saison mais quelle saison! » 

    Lors d'une interview accordé à Surface Magazine , l'ex-milieu parisien Youri Djorkaeff revient avec émotion sur son unique saison dans la capitale, et comme il le dit: « Une saison mais quelle saison! » 

    Le Snake ne sera resté qu'une saison au PSG (1995-1996). Mais il en aura marqué l'histoire, au sein d'une équipe magique, avec à la clef de le seul trophée du club sur la scène européenne, « On avait une équipe très compétitive qui enchantait le Parc et avec laquelle on a gagné la Coupe d'Europe. J'ai mis des buts spectaculaires, on a fait de grands matches et tout roulait. », déclare t-il.

    Se faisant vite remarqué, le prodige parisien signera à la fin de la saison en la faveur de l'Inter de Milan mais avoue avoir envisagé de rester à vie dans la capitale, « À un moment donné, j'ai même envisagé de rester au PSG à vie , comme Maldini au Milan AC ou Bergomi à l'Inter Milan. ».

    « Je n'aurai jamais pu imaginer que ça se termine comme ça. »

    Pour terminer, Youri Djorkaeff se souvient de son dernier match au Parc des Princes, match disputé contre Bastia et gagné 5 à 1 avec un triplé du champion du monde, « Je n'aurai jamais pu imaginer que ça se termine comme ça. On recevait Bastia au Parc lors de la dernière journée de championnat. On gagne le match 5à1 et je marque trois buts. J'en n'ai mis un de plus, dévié et accordé à un défenseur corse. »

    « Le Parc des Princes, c'est mon stade, c'est chez moi. »

    Son plus beau, et paradoxalement son plus triste, souvenir de footballeur restera sans doute ce véritable hommage rendu par un Parc des Princes en feu au coup de sifflet final de ce PSG-Bastia:

    « Les supporters sont descendu sur la pelouse et m'ont porté en triomphe. Tout le monde hurlait: « Youri a Paris! » Aujourd'hui, dans la nuit, ça résonne encore dans ma tête. Si je n'avait pas déjà donné mon accord à l'inter, c'est sur que cette soirée aurait u un impact importent sur ma décision. Ce soir là, j'étais heureux et triste. Heureux de partir par la grande porte et triste de quitter des gens formidables. Le Parc des Princes, c'est mon stade, c'est chez moi. »

    Nous vous laissons le plaisir de lire l'intégralité des déclarations:

    « Une saison mais quelle saison! Quand je dis aux gens que je n'ai joué qu'un ans a Paris, personnes ne me croit. C'était une année extraordinaire. On avait une équipe très compétitive qui enchantait le Parc et avec laquelle on a gagné la Coupe d'Europe. J'ai mis des buts spectaculaires, on a fait de grands matches et tout roulait. Je suis resté une seule saison car j'ai eu de grosses propositions venues de grands clubs 0 la fin de l'année. J'avais évolué un moment en deuxième divisions avec Grenoble, j'avais ensuite bien connu la première division. À 26 ans, c'était le bon moment pour tenter l'aventure étrangère. Mais même si je ne suis resté qu'un ans a Paris, je suis très attachée à ce club. À un moment donné, j'ai même envisagé de rester au PSG à vie , comme Maldini au Milan AC ou Bergomi à l'Inter Milan. »

    « C'était un truc de fou. Je n'aurai jamais pu imaginer que ça se termine comme ça. On recevait Bastia au Parc lors de la dernière journée de championnat. On gagne le match 5à1 et je marque trois buts. J'en n'ai mis un de plus, dévié et accordé à un défenseur corse. Les supporters son descendu sur la pelouse et m'ont porté un triomphe. Tout le monde hurlait: « Youri a Paris! » Aujourd'hui, dans la nuit, ça résonne encore dans ma tête. Si je n'avait pas déjà donné mon accord à l'inter, c'est sur que cette soirée aurait u un impact importent sur ma décision. Ce soir là, j'étais heureux et triste. Heureux de partir par la grande porte et triste de quitter des gens formidables. Le Parc des Princes, c'est mon stade, c'est chez moi. »

    By
    @
    OTER ?>