Archives

Prestations Sochaux-PSG : Il faut sauver le soldat Erding

Publie le 30/08/2010 a 18:03



  • Pour la première fois de la saison, le Paris Saint-Germain est donc passé dans la deuxième moitié du classement de la L1 après cette cuisante défaite face à Sochaux (3-1). Premier après une journée, douzième après quatre matches, Paris s’englue de plus en plus dans un championnat où chacun de ses adversaires sait qu’un petit but suffira pour faire vaciller le club de la capitale. Récapitulatif des performances individuelles de ce Sochaux-PSG.

     Coupet : Il l’a reconnu, il n’est pas vraiment irréprochable sur le premier but sochalien lorsqu’il relâche cette frappe de Maurice-Belay dans les pieds de Maïga (13ème). Le problème, c’est qu’il n’est pas non plus inattaquable sur les deux autres buts doubistes, car il bouche mal son angle devant Ideye (21ème) et hésite à sortir sur la tête de Perquis (46ème). Il s’est tout de même rattrapé sur quelques beaux arrêts (40ème, 49ème, 58ème).

    Jallet : Pas vraiment dans son assiette face à Maurice-Belay, qu’il laisse s’échapper sur le deuxième but, il a peu apporté offensivement malgré un regain de forme en deuxième période. Remplacé par Armand à la 77ème.

    Camara : Plutôt efficace dans ses interventions (37ème, 71ème), il a été bon dans la relance et solide en fin de match. Avant, il s’était plusieurs fois fait avoir par les exagérations de Maïga sur ses fautes.

    Sakho : Avant de rejoindre le groupe France à Clairefontaine, il n’a pas vraiment pris de risque défensivement mais ne s’est pas laissé faire face à Ideye après s’être fait crocheté trop facilement sur le but (21ème). A fini le match en boitant.

    Cearà : Un peu moins à l’aise avec Sessègnon qu’avec Nenê, il a été l’auteur de bonnes interventions (57ème, 83ème) mais surtout de fautes de marquage impardonnables sur le premier et troisième but sochalien. Baladé de droite à gauche de la défense, il semble payer cher sa polyvalence.

    Makélélé : Comme d’habitude, le capitaine parisien a été présent dans l’entrejeu pour créer des ouvertures mais il a aussi perdu des ballons lorsqu’il a manqué de solutions et a commis des fautes inutiles (49ème, 53ème). Averti à la 53ème, il a été remplacé par Clément (63ème) qui, lui, n’a pas échappé au carton rouge (88ème).

    Bodmer : Globalement en difficulté face à la vivacité des milieux sochaliens, il a su apporter sa touche technique offensivement par des passes propres au sol et une combativité remarquée. Á noter cette belle action individuelle à la 40ème et cette tête claquée au-dessus par Dreyer à la 94ème.

    Giuly : Dommage que cette volée dès la 9ème n’est pas mise Paris sur les bons rails ! Par sa vivacité, l’ancien Barcelonais a su créer le danger sur son côté droit mais s’est logiquement éteint après l’heure de jeu. Remplacé par Luyindula (78ème), qui ne s’est pas plus montré que face à Tel-Aviv, si ce n’est par cette frappe en pivot (85ème).

    Sessègnon : Repositionné à gauche, il a eu moins de réussite dans ses passes même si elles étaient plus instinctives que d’ordinaire. Pas transcendant dans le jeu, il s’est donc plutôt illustré sur corners.

    Hoarau : Dans son duel face à Perquis, il a réussit à prendre le dessus plusieurs fois (une tête à côté à la 31ème, au-dessus à la 66ème et un dribble raté à la 47ème) sans pour autant concrétiser davantage que ce but à la 49ème minute.

    Erding : Face à son ancien club, il n’a pas vraiment été à son aise malgré deux bonnes frappes (14ème, 42ème) et une tête à côté sur corner (75ème). Sa conservation de balle a été moyenne et sa présence offensive discrète. Quoi qu’il en soit, si ceux qui ont osé critiquer sa détermination (qui entraine parfois quelques excès d’individualisme) faisaient la moitié de ce qu’il fait sur le terrain, Paris n’en serait peut-être pas là aujourd’hui.

    Le coup de gueule de Robin Leproux était certes légitime après le match, mais il renvoie malheureusement comme une impression de déjà-vu et n’augure rien de bon si on se souvient des matchs qui avaient suivi sa montée au créneau la saison dernière. À Paris, les saisons et les matchs se suivent et se ressemblent sans que personne ne puisse trouver la solution à cette fébrilité criante. Mais qui sauvera le soldat rouge et bleu ?

    Publie le 30/08/2010 a 18:03

    Prestations Sochaux-PSG : Il faut sauver le soldat Erding

    Pour la première fois de la saison, le Paris Saint-Germain est donc passé dans la deuxième moitié du classement de la L1 après cette cuisante défaite face à Sochaux (3-1). Premier après une journée, douzième après quatre matches, Paris s’englue de plus en plus dans un championnat où chacun de ses adversaires sait qu’un petit but suffira pour faire vaciller le club de la capitale. Récapitulatif des performances individuelles de ce Sochaux-PSG.

     Coupet : Il l’a reconnu, il n’est pas vraiment irréprochable sur le premier but sochalien lorsqu’il relâche cette frappe de Maurice-Belay dans les pieds de Maïga (13ème). Le problème, c’est qu’il n’est pas non plus inattaquable sur les deux autres buts doubistes, car il bouche mal son angle devant Ideye (21ème) et hésite à sortir sur la tête de Perquis (46ème). Il s’est tout de même rattrapé sur quelques beaux arrêts (40ème, 49ème, 58ème).

    Jallet : Pas vraiment dans son assiette face à Maurice-Belay, qu’il laisse s’échapper sur le deuxième but, il a peu apporté offensivement malgré un regain de forme en deuxième période. Remplacé par Armand à la 77ème.

    Camara : Plutôt efficace dans ses interventions (37ème, 71ème), il a été bon dans la relance et solide en fin de match. Avant, il s’était plusieurs fois fait avoir par les exagérations de Maïga sur ses fautes.

    Sakho : Avant de rejoindre le groupe France à Clairefontaine, il n’a pas vraiment pris de risque défensivement mais ne s’est pas laissé faire face à Ideye après s’être fait crocheté trop facilement sur le but (21ème). A fini le match en boitant.

    Cearà : Un peu moins à l’aise avec Sessègnon qu’avec Nenê, il a été l’auteur de bonnes interventions (57ème, 83ème) mais surtout de fautes de marquage impardonnables sur le premier et troisième but sochalien. Baladé de droite à gauche de la défense, il semble payer cher sa polyvalence.

    Makélélé : Comme d’habitude, le capitaine parisien a été présent dans l’entrejeu pour créer des ouvertures mais il a aussi perdu des ballons lorsqu’il a manqué de solutions et a commis des fautes inutiles (49ème, 53ème). Averti à la 53ème, il a été remplacé par Clément (63ème) qui, lui, n’a pas échappé au carton rouge (88ème).

    Bodmer : Globalement en difficulté face à la vivacité des milieux sochaliens, il a su apporter sa touche technique offensivement par des passes propres au sol et une combativité remarquée. Á noter cette belle action individuelle à la 40ème et cette tête claquée au-dessus par Dreyer à la 94ème.

    Giuly : Dommage que cette volée dès la 9ème n’est pas mise Paris sur les bons rails ! Par sa vivacité, l’ancien Barcelonais a su créer le danger sur son côté droit mais s’est logiquement éteint après l’heure de jeu. Remplacé par Luyindula (78ème), qui ne s’est pas plus montré que face à Tel-Aviv, si ce n’est par cette frappe en pivot (85ème).

    Sessègnon : Repositionné à gauche, il a eu moins de réussite dans ses passes même si elles étaient plus instinctives que d’ordinaire. Pas transcendant dans le jeu, il s’est donc plutôt illustré sur corners.

    Hoarau : Dans son duel face à Perquis, il a réussit à prendre le dessus plusieurs fois (une tête à côté à la 31ème, au-dessus à la 66ème et un dribble raté à la 47ème) sans pour autant concrétiser davantage que ce but à la 49ème minute.

    Erding : Face à son ancien club, il n’a pas vraiment été à son aise malgré deux bonnes frappes (14ème, 42ème) et une tête à côté sur corner (75ème). Sa conservation de balle a été moyenne et sa présence offensive discrète. Quoi qu’il en soit, si ceux qui ont osé critiquer sa détermination (qui entraine parfois quelques excès d’individualisme) faisaient la moitié de ce qu’il fait sur le terrain, Paris n’en serait peut-être pas là aujourd’hui.

    Le coup de gueule de Robin Leproux était certes légitime après le match, mais il renvoie malheureusement comme une impression de déjà-vu et n’augure rien de bon si on se souvient des matchs qui avaient suivi sa montée au créneau la saison dernière. À Paris, les saisons et les matchs se suivent et se ressemblent sans que personne ne puisse trouver la solution à cette fébrilité criante. Mais qui sauvera le soldat rouge et bleu ?




  • Tags de l'article : , , , , , , , , , , , , , , ,
    Articles lies a ce sujet
    Espace communautaire

    Comments are closed.

    Dernieres news

    Suivez-nous sur les reseaux



    Live football scores . Current table, fixtures & results.

    L'actualité européenne

    Ancelotti La Ligue des Champions sera plus difficile, notamment avec Neymar au PSG

    Ancelotti : « La LDC sera plus difficile », notamment avec Neymar au PSG

    Adversaires

    Carlo Ancelotti, ancien entraîneur du Paris Saint-Germain aujourd’hui au Bayern Munich, a été interrogé en conférence ...

    Les dernières activités

    Fermer
    Activité récente
    Flavien Casinia publié un new post."Amian "On va essayer de tenir et mettre un but, tout est possible""
    2 days ago
    NicolasBa mis à jour un post"Guingamp/PSG - Sorbon "Paris est très fort. Mais cela sert à apprendre""
    6 days ago

    Actualité Féminine

    Féminines - Lair "Paris c’est le seul club en France qui peut gagner la Coupe d’Europe chez les filles et les garçons"

    Féminines – Lair « Paris c’est le seul club en France qui peut gagner la Coupe d’Europe chez les filles et les garçons »

    Actu Féminin

    Patrice Lair, entraîneur de 56 ans de l’équipe féminine du Paris Saint-Germain, s’est confié auprès de Ouest ...

    Vidéos PSG

    Prestations Sochaux-PSG : Il faut sauver le soldat Erding

    <Archives

    Pour la première fois de la saison, le Paris Saint-Germain est donc passé dans la deuxième moitié du classement de la L1 après cette cuisante défaite face à Sochaux (3-1). Premier après une journée, douzième après quatre matches, Paris s’englue de plus en plus dans un championnat où chacun de ses adversaires sait qu’un petit but suffira pour faire vaciller le club de la capitale. Récapitulatif des performances individuelles de ce Sochaux-PSG.

     Coupet : Il l’a reconnu, il n’est pas vraiment irréprochable sur le premier but sochalien lorsqu’il relâche cette frappe de Maurice-Belay dans les pieds de Maïga (13ème). Le problème, c’est qu’il n’est pas non plus inattaquable sur les deux autres buts doubistes, car il bouche mal son angle devant Ideye (21ème) et hésite à sortir sur la tête de Perquis (46ème). Il s’est tout de même rattrapé sur quelques beaux arrêts (40ème, 49ème, 58ème).

    Jallet : Pas vraiment dans son assiette face à Maurice-Belay, qu’il laisse s’échapper sur le deuxième but, il a peu apporté offensivement malgré un regain de forme en deuxième période. Remplacé par Armand à la 77ème.

    Camara : Plutôt efficace dans ses interventions (37ème, 71ème), il a été bon dans la relance et solide en fin de match. Avant, il s’était plusieurs fois fait avoir par les exagérations de Maïga sur ses fautes.

    Sakho : Avant de rejoindre le groupe France à Clairefontaine, il n’a pas vraiment pris de risque défensivement mais ne s’est pas laissé faire face à Ideye après s’être fait crocheté trop facilement sur le but (21ème). A fini le match en boitant.

    Cearà : Un peu moins à l’aise avec Sessègnon qu’avec Nenê, il a été l’auteur de bonnes interventions (57ème, 83ème) mais surtout de fautes de marquage impardonnables sur le premier et troisième but sochalien. Baladé de droite à gauche de la défense, il semble payer cher sa polyvalence.

    Makélélé : Comme d’habitude, le capitaine parisien a été présent dans l’entrejeu pour créer des ouvertures mais il a aussi perdu des ballons lorsqu’il a manqué de solutions et a commis des fautes inutiles (49ème, 53ème). Averti à la 53ème, il a été remplacé par Clément (63ème) qui, lui, n’a pas échappé au carton rouge (88ème).

    Bodmer : Globalement en difficulté face à la vivacité des milieux sochaliens, il a su apporter sa touche technique offensivement par des passes propres au sol et une combativité remarquée. Á noter cette belle action individuelle à la 40ème et cette tête claquée au-dessus par Dreyer à la 94ème.

    Giuly : Dommage que cette volée dès la 9ème n’est pas mise Paris sur les bons rails ! Par sa vivacité, l’ancien Barcelonais a su créer le danger sur son côté droit mais s’est logiquement éteint après l’heure de jeu. Remplacé par Luyindula (78ème), qui ne s’est pas plus montré que face à Tel-Aviv, si ce n’est par cette frappe en pivot (85ème).

    Sessègnon : Repositionné à gauche, il a eu moins de réussite dans ses passes même si elles étaient plus instinctives que d’ordinaire. Pas transcendant dans le jeu, il s’est donc plutôt illustré sur corners.

    Hoarau : Dans son duel face à Perquis, il a réussit à prendre le dessus plusieurs fois (une tête à côté à la 31ème, au-dessus à la 66ème et un dribble raté à la 47ème) sans pour autant concrétiser davantage que ce but à la 49ème minute.

    Erding : Face à son ancien club, il n’a pas vraiment été à son aise malgré deux bonnes frappes (14ème, 42ème) et une tête à côté sur corner (75ème). Sa conservation de balle a été moyenne et sa présence offensive discrète. Quoi qu’il en soit, si ceux qui ont osé critiquer sa détermination (qui entraine parfois quelques excès d’individualisme) faisaient la moitié de ce qu’il fait sur le terrain, Paris n’en serait peut-être pas là aujourd’hui.

    Le coup de gueule de Robin Leproux était certes légitime après le match, mais il renvoie malheureusement comme une impression de déjà-vu et n’augure rien de bon si on se souvient des matchs qui avaient suivi sa montée au créneau la saison dernière. À Paris, les saisons et les matchs se suivent et se ressemblent sans que personne ne puisse trouver la solution à cette fébrilité criante. Mais qui sauvera le soldat rouge et bleu ?

    By
    @
    OTER ?>