Archives

PSG 0-0 BATE : Qualifiés sans gagner

Publie le 24/02/2011 a 23:28



  • Au terme d’un match frustrant (0-0) pendant lequel les Biélorusses n’ont jamais fait preuve d’une réelle envie de se qualifier, Paris a obtenu son billet pour les huitièmes de finale de la Ligue Europa. Il y affrontera le Benfica.

     Une semaine après avoir été arracher le match nul (2-2) en Biélorussie sous un froid de canard, le PSG accueillait ce jeudi soir le BATE Borisov au Parc des Princes dans une ambiance beaucoup plus clémente. Invaincu depuis 13 matchs européens à domicile, il suffisait donc à Paris de gérer son avance pour entrevoir les huitièmes de finale. Et Antoine Kombouaré n’avait d’ailleurs pas de doute sur l’issue de ce match puisqu’il avait choisi de se passer de l’expérience de Claude Makélélé et de la percussion de Nenê et Giuly.

    Jallet et Hoarau, eux, ont eu le droit de s’asseoir sur le banc. Et c’est de là qu’ils ont pu apercevoir leurs remplaçants, Maurice et Luyindula, fouler la pelouse toute neuve du Parc pour le 150e match européen de l’histoire du club de la capitale. La première mi-temps n’a pourtant pas été à la hauteur de cet évènement. Seul Luyindula a réussi à se créer des demi-occasions, comme sur ces deux centres tendus d’Erding (11e) et Chantôme (20e) qu’il n’a pu dévier au fond des filets. Idem sur cette tête trop molle pour inquiéter Gutor sur une touche de Cearà (38e).

    « Et les Biélorusses ? », me direz-vous. Regroupés dans leur moitié de terrain, ils n’ont pas semblé vouloir rattraper leur retard puisque leur première frappe (complètement dévissée) a été l’œuvre de Bressan à la 35e minute seulement. La deuxième a, en revanche, davantage fait trembler le Parc lorsque Volodko a vu sa tête plongeante passer à côté à quelques secondes du retour aux vestiaires (45e).

    Kebano réveille le Parc

    Mais ce ne fût qu’une étincelle dans ce match crispant. Maurice aurait pu faire s’enflammer le Parc s’il avait mis plus de conviction dans ses centres et dans cette reprise de volée sur un centre de Tiéné (57e). Hoarau aussi a une l’opportunité d’ouvrir le score sur cet énorme cafouillage à un mètre du but (82e). Mais les Parisiens le savaient, ils avaient 80 % de chances de se qualifier après avoir marqué deux buts à l’extérieur. Alors ils ont simplement attendus que sortent les joueurs du BATE Borisov. En vain. Pire, ces derniers n’ont jamais été en mesure de priver les Parisiens des huitièmes de finale. Sauf peut-être sur ce dégagement raté de Camara qui a failli profiter à Bressan, qui a buté sur Edel (68e). Un frisson est passé dans les travées du Parc. Il n’y en a pas eu d’autre même si Kebano, pour le premier match européen de sa très jeune carrière, a allumé quelques mèches (79e, 88e) en fin de match, notamment sur ce petit pont (92e).

    Seul représentant français encore en course en Ligue Europa après l’élimination de Lille face au PSV Eindhoven (2-2, 3-1), Paris affrontera le Benfica Lisbonne en huitièmes, une équipe expérimentée et joueuse. Tout le contraire du BATE Borisov. Espérons que cette double confrontation sera radicalement opposée en termes de jeu et d’engagement.

    Publie le 24/02/2011 a 23:28

    PSG 0-0 BATE : Qualifiés sans gagner

    Au terme d’un match frustrant (0-0) pendant lequel les Biélorusses n’ont jamais fait preuve d’une réelle envie de se qualifier, Paris a obtenu son billet pour les huitièmes de finale de la Ligue Europa. Il y affrontera le Benfica.

     Une semaine après avoir été arracher le match nul (2-2) en Biélorussie sous un froid de canard, le PSG accueillait ce jeudi soir le BATE Borisov au Parc des Princes dans une ambiance beaucoup plus clémente. Invaincu depuis 13 matchs européens à domicile, il suffisait donc à Paris de gérer son avance pour entrevoir les huitièmes de finale. Et Antoine Kombouaré n’avait d’ailleurs pas de doute sur l’issue de ce match puisqu’il avait choisi de se passer de l’expérience de Claude Makélélé et de la percussion de Nenê et Giuly.

    Jallet et Hoarau, eux, ont eu le droit de s’asseoir sur le banc. Et c’est de là qu’ils ont pu apercevoir leurs remplaçants, Maurice et Luyindula, fouler la pelouse toute neuve du Parc pour le 150e match européen de l’histoire du club de la capitale. La première mi-temps n’a pourtant pas été à la hauteur de cet évènement. Seul Luyindula a réussi à se créer des demi-occasions, comme sur ces deux centres tendus d’Erding (11e) et Chantôme (20e) qu’il n’a pu dévier au fond des filets. Idem sur cette tête trop molle pour inquiéter Gutor sur une touche de Cearà (38e).

    « Et les Biélorusses ? », me direz-vous. Regroupés dans leur moitié de terrain, ils n’ont pas semblé vouloir rattraper leur retard puisque leur première frappe (complètement dévissée) a été l’œuvre de Bressan à la 35e minute seulement. La deuxième a, en revanche, davantage fait trembler le Parc lorsque Volodko a vu sa tête plongeante passer à côté à quelques secondes du retour aux vestiaires (45e).

    Kebano réveille le Parc

    Mais ce ne fût qu’une étincelle dans ce match crispant. Maurice aurait pu faire s’enflammer le Parc s’il avait mis plus de conviction dans ses centres et dans cette reprise de volée sur un centre de Tiéné (57e). Hoarau aussi a une l’opportunité d’ouvrir le score sur cet énorme cafouillage à un mètre du but (82e). Mais les Parisiens le savaient, ils avaient 80 % de chances de se qualifier après avoir marqué deux buts à l’extérieur. Alors ils ont simplement attendus que sortent les joueurs du BATE Borisov. En vain. Pire, ces derniers n’ont jamais été en mesure de priver les Parisiens des huitièmes de finale. Sauf peut-être sur ce dégagement raté de Camara qui a failli profiter à Bressan, qui a buté sur Edel (68e). Un frisson est passé dans les travées du Parc. Il n’y en a pas eu d’autre même si Kebano, pour le premier match européen de sa très jeune carrière, a allumé quelques mèches (79e, 88e) en fin de match, notamment sur ce petit pont (92e).

    Seul représentant français encore en course en Ligue Europa après l’élimination de Lille face au PSV Eindhoven (2-2, 3-1), Paris affrontera le Benfica Lisbonne en huitièmes, une équipe expérimentée et joueuse. Tout le contraire du BATE Borisov. Espérons que cette double confrontation sera radicalement opposée en termes de jeu et d’engagement.




  • Tags de l'article : , , , , , , , , , , ,
    Articles lies a ce sujet
    Espace communautaire

    Comments are closed.

    Dernieres news

    Suivez-nous sur les reseaux



    Live football scores . Current table, fixtures & results.

    L'actualité européenne

    LDC - Bernard Lacombe Le Real c'est jouable car Paris c’est vraiment du très haut niveau

    LDC – Bernard Lacombe « Le Real c’est jouable car Paris c’est vraiment du très haut niveau

    Autour du PSG

    Le Real Madrid contre le Paris Saint-Germain en 8e de finale de Ligue des Champions, l’affiche ...

    Les dernières activités

    Fermer
    Activité récente
    NicolasBa publié un new post."PSG/LOSC - Amadou "On a des regrets, on les a trop respectés en première mi-temps""
    2 days ago
    NicolasBa publié un new post."PSG/LOSC - Marquinhos "On restait sur deux défaites de suite et on ne voulait pas que ça continue""
    2 days ago

    Actualité Féminine

    Féminines - Le PSG s'incline à Lyon, qui file vers le titre

    Féminines – Le PSG s’incline à Lyon, qui file vers le titre

    Actu Féminin

    Ce lundi soir, l’équipe féminine du Paris Saint-Germain avait un déplacement particulièrement difficile : l’affrontement avec ...

    Vidéos PSG

    PSG 0-0 BATE : Qualifiés sans gagner

    <Archives

    Au terme d’un match frustrant (0-0) pendant lequel les Biélorusses n’ont jamais fait preuve d’une réelle envie de se qualifier, Paris a obtenu son billet pour les huitièmes de finale de la Ligue Europa. Il y affrontera le Benfica.

     Une semaine après avoir été arracher le match nul (2-2) en Biélorussie sous un froid de canard, le PSG accueillait ce jeudi soir le BATE Borisov au Parc des Princes dans une ambiance beaucoup plus clémente. Invaincu depuis 13 matchs européens à domicile, il suffisait donc à Paris de gérer son avance pour entrevoir les huitièmes de finale. Et Antoine Kombouaré n’avait d’ailleurs pas de doute sur l’issue de ce match puisqu’il avait choisi de se passer de l’expérience de Claude Makélélé et de la percussion de Nenê et Giuly.

    Jallet et Hoarau, eux, ont eu le droit de s’asseoir sur le banc. Et c’est de là qu’ils ont pu apercevoir leurs remplaçants, Maurice et Luyindula, fouler la pelouse toute neuve du Parc pour le 150e match européen de l’histoire du club de la capitale. La première mi-temps n’a pourtant pas été à la hauteur de cet évènement. Seul Luyindula a réussi à se créer des demi-occasions, comme sur ces deux centres tendus d’Erding (11e) et Chantôme (20e) qu’il n’a pu dévier au fond des filets. Idem sur cette tête trop molle pour inquiéter Gutor sur une touche de Cearà (38e).

    « Et les Biélorusses ? », me direz-vous. Regroupés dans leur moitié de terrain, ils n’ont pas semblé vouloir rattraper leur retard puisque leur première frappe (complètement dévissée) a été l’œuvre de Bressan à la 35e minute seulement. La deuxième a, en revanche, davantage fait trembler le Parc lorsque Volodko a vu sa tête plongeante passer à côté à quelques secondes du retour aux vestiaires (45e).

    Kebano réveille le Parc

    Mais ce ne fût qu’une étincelle dans ce match crispant. Maurice aurait pu faire s’enflammer le Parc s’il avait mis plus de conviction dans ses centres et dans cette reprise de volée sur un centre de Tiéné (57e). Hoarau aussi a une l’opportunité d’ouvrir le score sur cet énorme cafouillage à un mètre du but (82e). Mais les Parisiens le savaient, ils avaient 80 % de chances de se qualifier après avoir marqué deux buts à l’extérieur. Alors ils ont simplement attendus que sortent les joueurs du BATE Borisov. En vain. Pire, ces derniers n’ont jamais été en mesure de priver les Parisiens des huitièmes de finale. Sauf peut-être sur ce dégagement raté de Camara qui a failli profiter à Bressan, qui a buté sur Edel (68e). Un frisson est passé dans les travées du Parc. Il n’y en a pas eu d’autre même si Kebano, pour le premier match européen de sa très jeune carrière, a allumé quelques mèches (79e, 88e) en fin de match, notamment sur ce petit pont (92e).

    Seul représentant français encore en course en Ligue Europa après l’élimination de Lille face au PSV Eindhoven (2-2, 3-1), Paris affrontera le Benfica Lisbonne en huitièmes, une équipe expérimentée et joueuse. Tout le contraire du BATE Borisov. Espérons que cette double confrontation sera radicalement opposée en termes de jeu et d’engagement.

    By
    @
    OTER ?>