Archives

PSG 0-0 Lens : Paris cède son fauteuil

Publie le 12/02/2011 a 21:30



  • Malgré une possession de balle largement supérieure et quelques occasions franches, Paris n’est pas parvenu à se défaire de Lens. Le club de la capitale laisse sa place de dauphin et rétrograde à la troisième place. 

     Après cinq matchs à l’extérieur (Montpellier, Agen, Arles-Avignon, Martigues et Rennes), le Paris Saint-Germain retrouvait ce soir le Parc des Princes et le RC Lens de László Bölöni, défait (0-2) au match aller en championnat et corrigé (5-1) en Coupe de France. Une rencontre entre deux équipes diamétralement opposées au classement (2e-18e) et qui avaient donc besoin de l'emporter pour grappiller des points sur leurs concurrents directs. 

    Face à ces Lensois qui ont paradoxalement pris un point de plus que les Parisiens lors des cinq derniers matchs de championnat, Antoine Kombouaré voulait voir ses joueurs assumer leur statut de favoris. Une consigne qu’ils n’ont pas eu de mal à respecter tellement le rythme de la première période a été élevé, la pelouse toute neuve du Parc n’y étant certainement pas étrangère. Paris a ainsi sorti les crocs dès les premières minutes puisqu’Erding (2e) et surtout Makélélé, de loin (5e), ont alerté Runje. Déterminés à rattraper les points perdus à Rennes, les Parisiens ont fait tourner le ballon a une vitesse phénoménale, que seule la sortie hasardeuse (et dangereuse) d’Edel à la 21e sur… Armand, a calmé. Les hostilités ont ensuite repris par l’intermédiaire d’Hoarau, qui a vu sa reprise sans contrôle s’envoler (18e), tout comme la tentative de Bodmer après une feinte de tir (34e). Mais le portier lensois n’a véritablement tremblé qu’à la 26e minute lorsqu’il n’a pu qu’admirer la détente et la tête d’Hoarau fracasser son poteau droit.

    Malgré 58 % de possession de balle, Paris n’a donc réussi qu’à cadrer un tir sur 9. Trop peu pour débloquer le tableau d’affichage. Les Parisiens ont essayé de corriger le tir (c’est le cas de le dire) en deuxième période mais la tête d’Hoarau était trop molle (47e). Du fait de la méforme de Nenê, incapable de créer le danger sur son côté gauche, les occasions sont venues de la droite. Mais Erding n’a pas été plus adroit et a même réussi, en une minute, à gâcher deux occasions (51e). Si le gardien lensois a parfaitement jailli dans ses pieds sur la première, le Turc a envoyé la seconde dans les nuages alors qu’il était à deux mètres du but.

    Un festival de fautes lensoises

    De la maladresse, les Lensois en ont aussi montré, notamment Maoulida, pourtant bien servi en retrait (55e), et Sertic (64e). Quand ils ont compris qu’ils ne réaliseraient pas le hold-up de cette 23e journée, les Sang et Or se sont regroupés derrière et ont arrêté comme ils le pouvaient (25 fautes !) des Parisiens pas assez tranchants. Et comme souvent dans ces cas-là, tout s’est joué sur coups de pied arrêtés. L’occasion pour Nenê de s’appliquer, et de déposer ce corner sur la tête (plongeante) de Sakho aux six mètres (75e). Mais Runje était décidément sur tous les ballons.

    Finalement, ce match nul ne satisfait personne puisque Lens, désormais 19e, ne sort pas de la zone rouge et que Paris cède son fauteuil de dauphin à l’OM, vainqueur à Sochaux (1-2). Les Parisiens pourraient même descendre du podium si Rennes s’impose demain face à Nice. Sale soirée…

    Publie le 12/02/2011 a 21:30

    PSG 0-0 Lens : Paris cède son fauteuil

    Malgré une possession de balle largement supérieure et quelques occasions franches, Paris n’est pas parvenu à se défaire de Lens. Le club de la capitale laisse sa place de dauphin et rétrograde à la troisième place. 

     Après cinq matchs à l’extérieur (Montpellier, Agen, Arles-Avignon, Martigues et Rennes), le Paris Saint-Germain retrouvait ce soir le Parc des Princes et le RC Lens de László Bölöni, défait (0-2) au match aller en championnat et corrigé (5-1) en Coupe de France. Une rencontre entre deux équipes diamétralement opposées au classement (2e-18e) et qui avaient donc besoin de l'emporter pour grappiller des points sur leurs concurrents directs. 

    Face à ces Lensois qui ont paradoxalement pris un point de plus que les Parisiens lors des cinq derniers matchs de championnat, Antoine Kombouaré voulait voir ses joueurs assumer leur statut de favoris. Une consigne qu’ils n’ont pas eu de mal à respecter tellement le rythme de la première période a été élevé, la pelouse toute neuve du Parc n’y étant certainement pas étrangère. Paris a ainsi sorti les crocs dès les premières minutes puisqu’Erding (2e) et surtout Makélélé, de loin (5e), ont alerté Runje. Déterminés à rattraper les points perdus à Rennes, les Parisiens ont fait tourner le ballon a une vitesse phénoménale, que seule la sortie hasardeuse (et dangereuse) d’Edel à la 21e sur… Armand, a calmé. Les hostilités ont ensuite repris par l’intermédiaire d’Hoarau, qui a vu sa reprise sans contrôle s’envoler (18e), tout comme la tentative de Bodmer après une feinte de tir (34e). Mais le portier lensois n’a véritablement tremblé qu’à la 26e minute lorsqu’il n’a pu qu’admirer la détente et la tête d’Hoarau fracasser son poteau droit.

    Malgré 58 % de possession de balle, Paris n’a donc réussi qu’à cadrer un tir sur 9. Trop peu pour débloquer le tableau d’affichage. Les Parisiens ont essayé de corriger le tir (c’est le cas de le dire) en deuxième période mais la tête d’Hoarau était trop molle (47e). Du fait de la méforme de Nenê, incapable de créer le danger sur son côté gauche, les occasions sont venues de la droite. Mais Erding n’a pas été plus adroit et a même réussi, en une minute, à gâcher deux occasions (51e). Si le gardien lensois a parfaitement jailli dans ses pieds sur la première, le Turc a envoyé la seconde dans les nuages alors qu’il était à deux mètres du but.

    Un festival de fautes lensoises

    De la maladresse, les Lensois en ont aussi montré, notamment Maoulida, pourtant bien servi en retrait (55e), et Sertic (64e). Quand ils ont compris qu’ils ne réaliseraient pas le hold-up de cette 23e journée, les Sang et Or se sont regroupés derrière et ont arrêté comme ils le pouvaient (25 fautes !) des Parisiens pas assez tranchants. Et comme souvent dans ces cas-là, tout s’est joué sur coups de pied arrêtés. L’occasion pour Nenê de s’appliquer, et de déposer ce corner sur la tête (plongeante) de Sakho aux six mètres (75e). Mais Runje était décidément sur tous les ballons.

    Finalement, ce match nul ne satisfait personne puisque Lens, désormais 19e, ne sort pas de la zone rouge et que Paris cède son fauteuil de dauphin à l’OM, vainqueur à Sochaux (1-2). Les Parisiens pourraient même descendre du podium si Rennes s’impose demain face à Nice. Sale soirée…




  • Tags de l'article : , , , , , , , , , , ,
    Articles lies a ce sujet
    Espace communautaire

    Comments are closed.

    Dernieres news

    Suivez-nous sur les reseaux



    Live football scores . Current table, fixtures & results.

    L'actualité européenne

    Ancelotti La Ligue des Champions sera plus difficile, notamment avec Neymar au PSG

    Ancelotti : « La LDC sera plus difficile », notamment avec Neymar au PSG

    Adversaires

    Carlo Ancelotti, ancien entraîneur du Paris Saint-Germain aujourd’hui au Bayern Munich, a été interrogé en conférence ...

    Les dernières activités

    Fermer
    Activité récente
    Pierre-Antoine Gauberta publié un new post."PSG-Toulouse : Neymar "Je suis content que l'équipe a fait un bon match...""
    3 days ago
    Flavien Casinia publié un new post."Amian "On va essayer de tenir et mettre un but, tout est possible""
    5 days ago

    Actualité Féminine

    Féminines - Lair "Paris c’est le seul club en France qui peut gagner la Coupe d’Europe chez les filles et les garçons"

    Féminines – Lair « Paris c’est le seul club en France qui peut gagner la Coupe d’Europe chez les filles et les garçons »

    Actu Féminin

    Patrice Lair, entraîneur de 56 ans de l’équipe féminine du Paris Saint-Germain, s’est confié auprès de Ouest ...

    Vidéos PSG

    PSG 0-0 Lens : Paris cède son fauteuil

    <Archives

    Malgré une possession de balle largement supérieure et quelques occasions franches, Paris n’est pas parvenu à se défaire de Lens. Le club de la capitale laisse sa place de dauphin et rétrograde à la troisième place. 

     Après cinq matchs à l’extérieur (Montpellier, Agen, Arles-Avignon, Martigues et Rennes), le Paris Saint-Germain retrouvait ce soir le Parc des Princes et le RC Lens de László Bölöni, défait (0-2) au match aller en championnat et corrigé (5-1) en Coupe de France. Une rencontre entre deux équipes diamétralement opposées au classement (2e-18e) et qui avaient donc besoin de l'emporter pour grappiller des points sur leurs concurrents directs. 

    Face à ces Lensois qui ont paradoxalement pris un point de plus que les Parisiens lors des cinq derniers matchs de championnat, Antoine Kombouaré voulait voir ses joueurs assumer leur statut de favoris. Une consigne qu’ils n’ont pas eu de mal à respecter tellement le rythme de la première période a été élevé, la pelouse toute neuve du Parc n’y étant certainement pas étrangère. Paris a ainsi sorti les crocs dès les premières minutes puisqu’Erding (2e) et surtout Makélélé, de loin (5e), ont alerté Runje. Déterminés à rattraper les points perdus à Rennes, les Parisiens ont fait tourner le ballon a une vitesse phénoménale, que seule la sortie hasardeuse (et dangereuse) d’Edel à la 21e sur… Armand, a calmé. Les hostilités ont ensuite repris par l’intermédiaire d’Hoarau, qui a vu sa reprise sans contrôle s’envoler (18e), tout comme la tentative de Bodmer après une feinte de tir (34e). Mais le portier lensois n’a véritablement tremblé qu’à la 26e minute lorsqu’il n’a pu qu’admirer la détente et la tête d’Hoarau fracasser son poteau droit.

    Malgré 58 % de possession de balle, Paris n’a donc réussi qu’à cadrer un tir sur 9. Trop peu pour débloquer le tableau d’affichage. Les Parisiens ont essayé de corriger le tir (c’est le cas de le dire) en deuxième période mais la tête d’Hoarau était trop molle (47e). Du fait de la méforme de Nenê, incapable de créer le danger sur son côté gauche, les occasions sont venues de la droite. Mais Erding n’a pas été plus adroit et a même réussi, en une minute, à gâcher deux occasions (51e). Si le gardien lensois a parfaitement jailli dans ses pieds sur la première, le Turc a envoyé la seconde dans les nuages alors qu’il était à deux mètres du but.

    Un festival de fautes lensoises

    De la maladresse, les Lensois en ont aussi montré, notamment Maoulida, pourtant bien servi en retrait (55e), et Sertic (64e). Quand ils ont compris qu’ils ne réaliseraient pas le hold-up de cette 23e journée, les Sang et Or se sont regroupés derrière et ont arrêté comme ils le pouvaient (25 fautes !) des Parisiens pas assez tranchants. Et comme souvent dans ces cas-là, tout s’est joué sur coups de pied arrêtés. L’occasion pour Nenê de s’appliquer, et de déposer ce corner sur la tête (plongeante) de Sakho aux six mètres (75e). Mais Runje était décidément sur tous les ballons.

    Finalement, ce match nul ne satisfait personne puisque Lens, désormais 19e, ne sort pas de la zone rouge et que Paris cède son fauteuil de dauphin à l’OM, vainqueur à Sochaux (1-2). Les Parisiens pourraient même descendre du podium si Rennes s’impose demain face à Nice. Sale soirée…

    By
    @
    OTER ?>