Archives

PSG 0-0 Nice : Dominer n’est pas gagner…

Publie le 03/10/2010 a 22:14



  • …Et Paris l’a appris à ses dépens. Dominateurs tout au long de la rencontre, les Parisiens ont constamment buté sur un Ludovic Ospina en état de grâce et ratent l’occasion de monter sur le podium de la Ligue 1.

    Les Niçois d’Éric Roy se rendaient donc au Parc des Princes en ce dimanche après-midi pour y affronter le club de la capitale, invaincu depuis 5 matches et dont la cage est inviolée depuis le 11 septembre dernier. De quoi refroidir les ardeurs d’une des bêtes noires du PSG (8 victoires en 25 matchs au Parc), engluée dans le ventre mou du classement après trois défaites consécutives.

     Ce match, Paris l’a dont logiquement et copieusement dominé, notamment offensivement grâce à son quatuor d’attaque Giuly-Nenê-Hoarau-Erding, qui s’est procuré la plupart des 19 tirs tentés par les Parisiens (à l’exception de cette frappe puissante de Jallet à la 11e) et des 12 corners concédés par les Azuréens. Sauf que dans le but niçois, il y avait Ospina. Impeccable sur la frappe tendue à ras-de-terre d’Hoarau après un centre de Giuly habilement décalé par une talonnade de Nenê (27e) et sur les têtes de l’ancien Havrais (33e) et d’Erding dans la foulée (34e), le Colombien l’a été jusqu’au bout en contrant ce tacle rageur de Nenê en fin de match (86e). Et c’est encore lui qui a sauté plus haut que tout le monde sur le corner de la dernière chance au bout du temps additionnel (94e). Entre temps, Ljuboja (9e) et Faé (49e) avaient fait passer quelques frissons dans un Parc à moitié plein…ou à moitié vide (22 595 spectateurs).

    Si Paris a conservé son invincibilité défensive et si l’entrée de Stéphane Sessègnon a fait du bien devant (77e, 87e), Antoine Kombouaré et les Parisiens ont tout de même perdus 2 points à domicile. Le Kanak doit avoir hâte qu’Hoarau et Erding se mettent au diapason du collectif et il n’est pas le seul. Mais en attendant d’avoir ses meilleurs artilleurs en forme, Paris passera la trêve internationale à la septième place, juste devant Marseille. C’est déjà ça.

    Publie le 03/10/2010 a 22:14

    PSG 0-0 Nice : Dominer n’est pas gagner…

    …Et Paris l’a appris à ses dépens. Dominateurs tout au long de la rencontre, les Parisiens ont constamment buté sur un Ludovic Ospina en état de grâce et ratent l’occasion de monter sur le podium de la Ligue 1.

    Les Niçois d’Éric Roy se rendaient donc au Parc des Princes en ce dimanche après-midi pour y affronter le club de la capitale, invaincu depuis 5 matches et dont la cage est inviolée depuis le 11 septembre dernier. De quoi refroidir les ardeurs d’une des bêtes noires du PSG (8 victoires en 25 matchs au Parc), engluée dans le ventre mou du classement après trois défaites consécutives.

     Ce match, Paris l’a dont logiquement et copieusement dominé, notamment offensivement grâce à son quatuor d’attaque Giuly-Nenê-Hoarau-Erding, qui s’est procuré la plupart des 19 tirs tentés par les Parisiens (à l’exception de cette frappe puissante de Jallet à la 11e) et des 12 corners concédés par les Azuréens. Sauf que dans le but niçois, il y avait Ospina. Impeccable sur la frappe tendue à ras-de-terre d’Hoarau après un centre de Giuly habilement décalé par une talonnade de Nenê (27e) et sur les têtes de l’ancien Havrais (33e) et d’Erding dans la foulée (34e), le Colombien l’a été jusqu’au bout en contrant ce tacle rageur de Nenê en fin de match (86e). Et c’est encore lui qui a sauté plus haut que tout le monde sur le corner de la dernière chance au bout du temps additionnel (94e). Entre temps, Ljuboja (9e) et Faé (49e) avaient fait passer quelques frissons dans un Parc à moitié plein…ou à moitié vide (22 595 spectateurs).

    Si Paris a conservé son invincibilité défensive et si l’entrée de Stéphane Sessègnon a fait du bien devant (77e, 87e), Antoine Kombouaré et les Parisiens ont tout de même perdus 2 points à domicile. Le Kanak doit avoir hâte qu’Hoarau et Erding se mettent au diapason du collectif et il n’est pas le seul. Mais en attendant d’avoir ses meilleurs artilleurs en forme, Paris passera la trêve internationale à la septième place, juste devant Marseille. C’est déjà ça.




  • Tags de l'article : , , , , , , , ,
    Articles lies a ce sujet
    Espace communautaire

    Comments are closed.

    Dernieres news

    Suivez-nous sur les reseaux



    Live football scores . Current table, fixtures & results.

    L'actualité européenne

    Féminines - Bruno Salomon s'attend à une finale de LDC "électrique"

    Féminines – Bruno Salomon s’attend à une finale de LDC « électrique »

    Actu Féminin

    Bruno Salomon, chroniqueur sur France Bleu, s’est exprimé à propos de la finale de la Ligue des Champions ...

    Les dernières activités

    Fermer
    Activité récente
    Flavien Casinia mis à jour un post"Kluivert sera « Normalement » toujours en place la saison prochaine"
    2 days ago
    Flavien Casinia mis à jour un post"Kluivert sera « Normalement » toujours en place la saison prochaine"
    2 days ago

    Actualité Féminine

    Féminines - Delannoy repartir sur une saison alors que je sais que je n'ai plus la même ferveur...Ce n'est pas moi

    Féminines – Delannoy « repartir sur une saison alors que je sais que je n’ai plus la même ferveur…Ce n’est pas moi »

    Actu Féminin

    Sabrina Delannoy, défenseure de 31 ans du Paris Saint-Germain, jouera le dernier match de sa carrière ...

    Vidéos PSG

    PSG 0-0 Nice : Dominer n’est pas gagner…

    <Archives

    …Et Paris l’a appris à ses dépens. Dominateurs tout au long de la rencontre, les Parisiens ont constamment buté sur un Ludovic Ospina en état de grâce et ratent l’occasion de monter sur le podium de la Ligue 1.

    Les Niçois d’Éric Roy se rendaient donc au Parc des Princes en ce dimanche après-midi pour y affronter le club de la capitale, invaincu depuis 5 matches et dont la cage est inviolée depuis le 11 septembre dernier. De quoi refroidir les ardeurs d’une des bêtes noires du PSG (8 victoires en 25 matchs au Parc), engluée dans le ventre mou du classement après trois défaites consécutives.

     Ce match, Paris l’a dont logiquement et copieusement dominé, notamment offensivement grâce à son quatuor d’attaque Giuly-Nenê-Hoarau-Erding, qui s’est procuré la plupart des 19 tirs tentés par les Parisiens (à l’exception de cette frappe puissante de Jallet à la 11e) et des 12 corners concédés par les Azuréens. Sauf que dans le but niçois, il y avait Ospina. Impeccable sur la frappe tendue à ras-de-terre d’Hoarau après un centre de Giuly habilement décalé par une talonnade de Nenê (27e) et sur les têtes de l’ancien Havrais (33e) et d’Erding dans la foulée (34e), le Colombien l’a été jusqu’au bout en contrant ce tacle rageur de Nenê en fin de match (86e). Et c’est encore lui qui a sauté plus haut que tout le monde sur le corner de la dernière chance au bout du temps additionnel (94e). Entre temps, Ljuboja (9e) et Faé (49e) avaient fait passer quelques frissons dans un Parc à moitié plein…ou à moitié vide (22 595 spectateurs).

    Si Paris a conservé son invincibilité défensive et si l’entrée de Stéphane Sessègnon a fait du bien devant (77e, 87e), Antoine Kombouaré et les Parisiens ont tout de même perdus 2 points à domicile. Le Kanak doit avoir hâte qu’Hoarau et Erding se mettent au diapason du collectif et il n’est pas le seul. Mais en attendant d’avoir ses meilleurs artilleurs en forme, Paris passera la trêve internationale à la septième place, juste devant Marseille. C’est déjà ça.

    By
    @
    OTER ?>