Archives

VA-PSG: Du neuf avec du vieux

Publie le 11/11/2010 a 13:16



  • Contre toute attente, le Paris Saint-Germain version 2009-2010 (à l’unique exception de Tiéné) à dominé de la tête et des épaules une équipe de Valenciennes cantonné au triste rôle du sparing partner. Comment une équipe peut-elle changer à se point?

    Retour sur ce match « de routine ». Le Chantôme nouveau (oui celui là même qu’Emanuel Petit s’étonne de sa non-convocation en Bleu) sort à la 65e minute. Clément Chantôme est remplacé par l’ex-déboulonnable Jérémy Clément. Il y a trois mois, la saison dernière, tous les observateurs, staff y compris aurait jugé « Archavine » (d’un ton moqueur) décevant et crié des « sortez le! Vendez le! ».

    Hier ces mêmes personnes pensèrent que le nouveau chouchou, temporairement après Nenê, est préservé, protégé d’une éventuelle blessure ou fatigue en vue du prochain match. Ses performances de plus en plus tranchantes font de lieu le leader technique de l’équipe – cette saison ses dix équipiers cherchent constamment à lui offrir les ballons (en prenant parfois des risques inconsidérés). La saison dernière ces mêmes joueurs s’occupaient à l’isoler.

    Un autre homme changé: Peguy Luyindula. Blessé physiquement et psychologiquement il y a encore deux semaines, l’attaquant retrouve depuis le clasico son niveau strasbourgeois et lyonnais: il court, dribble, passe, marque et voit juste! Peut-être qu’il a une grande part dans ce (re)nouveau collectif, Lui qui déclarait dans les colonnes de France-soir « le problème à Paris, c’est que chacun veut être le héros ». Cette confidence vieille d’un mois parait absolument hors propos au vu des rencontres marseillaise et valenciennoise. Ses coéquipiers, grands lecteurs, l’auront probablement entendu – piqué au vif.

    Un troisième joueur qui revit: Sylvain Armand. Il a accepté de glisser dans l’axe et c’est Edel et Coupet qui respirent de nouveau. Et justement Gregory Coupet…Grand joueur et grandit un peu plus de reconnaitre ses limites face au groupe « l’avenir c’est Edel et Jimmy (…) Mon plaisir aujourd’hui est de les accompagner au très haut niveau ». Seul Stéphane Sessegnon reste égale à lui même: un clone parfait d’ Okocha.

    Kombouaré a également droit de cité, il a su mettre de l’eau dans son vin et accepter la mue d’un groupe qu’il entraine, mais qui n’est plus le sien. Il faut avouer que depuis début aout son statut a changé. Il a durant le mercato (et toute une saison 2009-10) longuement souhaité la venue de « ses » joueurs et les recruteurs lui ont répondu directement et par voix de presse que l’entraineur entraine et n’avait pas le droit de regards dans le choix des renforts. Même la venue de Saka Tiené s’inscrit sous la forme d’un désaveux: face aux blessures, le latéral était le dernier (et seule possibilité) choix des recruteurs. Pour le stoppeur Ibisevac, la direction trancha d’un « faudra faire avec les moyens du bord ». Alors, voilà le « coach de papier » version 2009 faire avec les moyens du bord – l’argent ne sera plus roi, l’ingéniosité a pris le pouvoir. Et enfin, sans recru (ou presque), voilà un groupe prendre l’image bagarreur de son coach…Vous en doutez encore? Demandez donc à Valbuena son avis!

    Publie le 11/11/2010 a 13:16

    VA-PSG: Du neuf avec du vieux

    Contre toute attente, le Paris Saint-Germain version 2009-2010 (à l’unique exception de Tiéné) à dominé de la tête et des épaules une équipe de Valenciennes cantonné au triste rôle du sparing partner. Comment une équipe peut-elle changer à se point?

    Retour sur ce match « de routine ». Le Chantôme nouveau (oui celui là même qu’Emanuel Petit s’étonne de sa non-convocation en Bleu) sort à la 65e minute. Clément Chantôme est remplacé par l’ex-déboulonnable Jérémy Clément. Il y a trois mois, la saison dernière, tous les observateurs, staff y compris aurait jugé « Archavine » (d’un ton moqueur) décevant et crié des « sortez le! Vendez le! ».

    Hier ces mêmes personnes pensèrent que le nouveau chouchou, temporairement après Nenê, est préservé, protégé d’une éventuelle blessure ou fatigue en vue du prochain match. Ses performances de plus en plus tranchantes font de lieu le leader technique de l’équipe – cette saison ses dix équipiers cherchent constamment à lui offrir les ballons (en prenant parfois des risques inconsidérés). La saison dernière ces mêmes joueurs s’occupaient à l’isoler.

    Un autre homme changé: Peguy Luyindula. Blessé physiquement et psychologiquement il y a encore deux semaines, l’attaquant retrouve depuis le clasico son niveau strasbourgeois et lyonnais: il court, dribble, passe, marque et voit juste! Peut-être qu’il a une grande part dans ce (re)nouveau collectif, Lui qui déclarait dans les colonnes de France-soir « le problème à Paris, c’est que chacun veut être le héros ». Cette confidence vieille d’un mois parait absolument hors propos au vu des rencontres marseillaise et valenciennoise. Ses coéquipiers, grands lecteurs, l’auront probablement entendu – piqué au vif.

    Un troisième joueur qui revit: Sylvain Armand. Il a accepté de glisser dans l’axe et c’est Edel et Coupet qui respirent de nouveau. Et justement Gregory Coupet…Grand joueur et grandit un peu plus de reconnaitre ses limites face au groupe « l’avenir c’est Edel et Jimmy (…) Mon plaisir aujourd’hui est de les accompagner au très haut niveau ». Seul Stéphane Sessegnon reste égale à lui même: un clone parfait d’ Okocha.

    Kombouaré a également droit de cité, il a su mettre de l’eau dans son vin et accepter la mue d’un groupe qu’il entraine, mais qui n’est plus le sien. Il faut avouer que depuis début aout son statut a changé. Il a durant le mercato (et toute une saison 2009-10) longuement souhaité la venue de « ses » joueurs et les recruteurs lui ont répondu directement et par voix de presse que l’entraineur entraine et n’avait pas le droit de regards dans le choix des renforts. Même la venue de Saka Tiené s’inscrit sous la forme d’un désaveux: face aux blessures, le latéral était le dernier (et seule possibilité) choix des recruteurs. Pour le stoppeur Ibisevac, la direction trancha d’un « faudra faire avec les moyens du bord ». Alors, voilà le « coach de papier » version 2009 faire avec les moyens du bord – l’argent ne sera plus roi, l’ingéniosité a pris le pouvoir. Et enfin, sans recru (ou presque), voilà un groupe prendre l’image bagarreur de son coach…Vous en doutez encore? Demandez donc à Valbuena son avis!




  • Tags de l'article : , , , , , , , ,
    Articles lies a ce sujet
    Espace communautaire

    Comments are closed.

    Dernieres news

    Suivez-nous sur les reseaux



    Live football scores . Current table, fixtures & results.

    L'actualité européenne

    LDC - Roche Les caractères qui font la différence...Paris peut marquer l'histoire

    LDC – Roche « Les caractères qui font la différence…Paris peut marquer l’histoire »

    Autour du PSG

    En 8e de finale de Ligue des Champions, le Real Madrid et le Paris Saint-Germain vont ...

    Les dernières activités

    Fermer
    Activité récente
    NicolasBa publié un new post."PSG/LOSC - Amadou "On a des regrets, on les a trop respectés en première mi-temps""
    3 days ago
    NicolasBa publié un new post."PSG/LOSC - Marquinhos "On restait sur deux défaites de suite et on ne voulait pas que ça continue""
    3 days ago

    Actualité Féminine

    Féminines - Le PSG s'incline à Lyon, qui file vers le titre

    Féminines – Le PSG s’incline à Lyon, qui file vers le titre

    Actu Féminin

    Ce lundi soir, l’équipe féminine du Paris Saint-Germain avait un déplacement particulièrement difficile : l’affrontement avec ...

    Vidéos PSG

    VA-PSG: Du neuf avec du vieux

    <Archives

    Contre toute attente, le Paris Saint-Germain version 2009-2010 (à l’unique exception de Tiéné) à dominé de la tête et des épaules une équipe de Valenciennes cantonné au triste rôle du sparing partner. Comment une équipe peut-elle changer à se point?

    Retour sur ce match « de routine ». Le Chantôme nouveau (oui celui là même qu’Emanuel Petit s’étonne de sa non-convocation en Bleu) sort à la 65e minute. Clément Chantôme est remplacé par l’ex-déboulonnable Jérémy Clément. Il y a trois mois, la saison dernière, tous les observateurs, staff y compris aurait jugé « Archavine » (d’un ton moqueur) décevant et crié des « sortez le! Vendez le! ».

    Hier ces mêmes personnes pensèrent que le nouveau chouchou, temporairement après Nenê, est préservé, protégé d’une éventuelle blessure ou fatigue en vue du prochain match. Ses performances de plus en plus tranchantes font de lieu le leader technique de l’équipe – cette saison ses dix équipiers cherchent constamment à lui offrir les ballons (en prenant parfois des risques inconsidérés). La saison dernière ces mêmes joueurs s’occupaient à l’isoler.

    Un autre homme changé: Peguy Luyindula. Blessé physiquement et psychologiquement il y a encore deux semaines, l’attaquant retrouve depuis le clasico son niveau strasbourgeois et lyonnais: il court, dribble, passe, marque et voit juste! Peut-être qu’il a une grande part dans ce (re)nouveau collectif, Lui qui déclarait dans les colonnes de France-soir « le problème à Paris, c’est que chacun veut être le héros ». Cette confidence vieille d’un mois parait absolument hors propos au vu des rencontres marseillaise et valenciennoise. Ses coéquipiers, grands lecteurs, l’auront probablement entendu – piqué au vif.

    Un troisième joueur qui revit: Sylvain Armand. Il a accepté de glisser dans l’axe et c’est Edel et Coupet qui respirent de nouveau. Et justement Gregory Coupet…Grand joueur et grandit un peu plus de reconnaitre ses limites face au groupe « l’avenir c’est Edel et Jimmy (…) Mon plaisir aujourd’hui est de les accompagner au très haut niveau ». Seul Stéphane Sessegnon reste égale à lui même: un clone parfait d’ Okocha.

    Kombouaré a également droit de cité, il a su mettre de l’eau dans son vin et accepter la mue d’un groupe qu’il entraine, mais qui n’est plus le sien. Il faut avouer que depuis début aout son statut a changé. Il a durant le mercato (et toute une saison 2009-10) longuement souhaité la venue de « ses » joueurs et les recruteurs lui ont répondu directement et par voix de presse que l’entraineur entraine et n’avait pas le droit de regards dans le choix des renforts. Même la venue de Saka Tiené s’inscrit sous la forme d’un désaveux: face aux blessures, le latéral était le dernier (et seule possibilité) choix des recruteurs. Pour le stoppeur Ibisevac, la direction trancha d’un « faudra faire avec les moyens du bord ». Alors, voilà le « coach de papier » version 2009 faire avec les moyens du bord – l’argent ne sera plus roi, l’ingéniosité a pris le pouvoir. Et enfin, sans recru (ou presque), voilà un groupe prendre l’image bagarreur de son coach…Vous en doutez encore? Demandez donc à Valbuena son avis!

    By
    @
    OTER ?>