Mercato

A la recherche d’un nouveau grand gardien

Publie le 24/03/2011 a 00:09



  • Il y a la tête et les jambes. Celles-ci sont toujours extrêmement et logiquement liées dans le football. Dimanche, le PSG a manqué des deux pour décrocher autre chose qu’un résultat nul contre Montpellier (2-2) à l’occasion de la 27e journée de Ligue 1. Menant 2-1 et évoluant à dix après l’expulsion de Jeunechamp, le club de la capitale a été incapable de tenir ce succès pour écarter l’un de ses concurrents directs à l’Europe. Et à l’inverse de Giroud, auteur d’un doublé pour le MHSC, les Parisiens ont trop vite baissé pavillon lors d’une seconde période insignifiante de leur part.

     

    La simple lecture de la fiche statistique du match entre le PSG et Montpellier, dimanche à l’occasion de la 27e journée de Ligue 1, suffit à tirer deux conclusions sur lesquelles Antoine Kombouaré, l’entraîneur du club de la capitale, pourra méditer. Dimanche, alors que le PSG menait encore 2-1 contre Montpellier après l’expulsion de Jeunechamp, ses joueurs ont simplement manqué de physique et de fraîcheur mentale pour ne pas céder le point du résultat nul aux Héraultais.

     

    En supériorité numérique après l’exclusion du latéral gauche montpelliérain (48e), les Parisiens ont ainsi été dans l’incapacité de joindre les actes à la parole, pour reprendre trois points qu’ils avaient pourtant entre les pieds après seulement un quart d’heure de jeu. Quinze minutes pendant lesquelles le collectif francilien avait outrageusement dominé celui du MHSC, en prenant une avance de deux buts au tableau d’affichage grâce à Hoarau, d’une tête piquée (11e), et Yanga-Mbiwa, malheureux buteur contre son camp (13e).

     

    Mais le PSG a ensuite totalement déchanté, le physique ne suivant pas, comme le mental avant lui d’ailleurs. Les Languedociens pointaient déjà le bout de leur nez après la première demi-heure de jeu et crucifiaient leurs hôtes après 59 minutes. Et même si le club de la capitale « a fini plus fort » selon son entraîneur, jamais il n’a pu contester la mainmise de son adversaire sur le déroulement du match.

    Publie le 24/03/2011 a 00:09

    A la recherche d’un nouveau grand gardien

    Il y a la tête et les jambes. Celles-ci sont toujours extrêmement et logiquement liées dans le football. Dimanche, le PSG a manqué des deux pour décrocher autre chose qu’un résultat nul contre Montpellier (2-2) à l’occasion de la 27e journée de Ligue 1. Menant 2-1 et évoluant à dix après l’expulsion de Jeunechamp, le club de la capitale a été incapable de tenir ce succès pour écarter l’un de ses concurrents directs à l’Europe. Et à l’inverse de Giroud, auteur d’un doublé pour le MHSC, les Parisiens ont trop vite baissé pavillon lors d’une seconde période insignifiante de leur part.

     

    La simple lecture de la fiche statistique du match entre le PSG et Montpellier, dimanche à l’occasion de la 27e journée de Ligue 1, suffit à tirer deux conclusions sur lesquelles Antoine Kombouaré, l’entraîneur du club de la capitale, pourra méditer. Dimanche, alors que le PSG menait encore 2-1 contre Montpellier après l’expulsion de Jeunechamp, ses joueurs ont simplement manqué de physique et de fraîcheur mentale pour ne pas céder le point du résultat nul aux Héraultais.

     

    En supériorité numérique après l’exclusion du latéral gauche montpelliérain (48e), les Parisiens ont ainsi été dans l’incapacité de joindre les actes à la parole, pour reprendre trois points qu’ils avaient pourtant entre les pieds après seulement un quart d’heure de jeu. Quinze minutes pendant lesquelles le collectif francilien avait outrageusement dominé celui du MHSC, en prenant une avance de deux buts au tableau d’affichage grâce à Hoarau, d’une tête piquée (11e), et Yanga-Mbiwa, malheureux buteur contre son camp (13e).

     

    Mais le PSG a ensuite totalement déchanté, le physique ne suivant pas, comme le mental avant lui d’ailleurs. Les Languedociens pointaient déjà le bout de leur nez après la première demi-heure de jeu et crucifiaient leurs hôtes après 59 minutes. Et même si le club de la capitale « a fini plus fort » selon son entraîneur, jamais il n’a pu contester la mainmise de son adversaire sur le déroulement du match.




  • Tags de l'article : , , ,
    Articles lies a ce sujet
    Espace communautaire

    Comments are closed.

    Dernieres news

    Suivez-nous sur les reseaux



    Live football scores . Current table, fixtures & results.

    L'actualité européenne

    Ancelotti La Ligue des Champions sera plus difficile, notamment avec Neymar au PSG

    Ancelotti : « La LDC sera plus difficile », notamment avec Neymar au PSG

    Adversaires

    Carlo Ancelotti, ancien entraîneur du Paris Saint-Germain aujourd’hui au Bayern Munich, a été interrogé en conférence ...

    Les dernières activités

    Fermer
    Activité récente
    Flavien Casinia publié un new post."Amian "On va essayer de tenir et mettre un but, tout est possible""
    2 days ago
    NicolasBa mis à jour un post"Guingamp/PSG - Sorbon "Paris est très fort. Mais cela sert à apprendre""
    6 days ago

    Actualité Féminine

    Féminines - Lair "Paris c’est le seul club en France qui peut gagner la Coupe d’Europe chez les filles et les garçons"

    Féminines – Lair « Paris c’est le seul club en France qui peut gagner la Coupe d’Europe chez les filles et les garçons »

    Actu Féminin

    Patrice Lair, entraîneur de 56 ans de l’équipe féminine du Paris Saint-Germain, s’est confié auprès de Ouest ...

    Vidéos PSG

    A la recherche d’un nouveau grand gardien

    <Mercato

    Il y a la tête et les jambes. Celles-ci sont toujours extrêmement et logiquement liées dans le football. Dimanche, le PSG a manqué des deux pour décrocher autre chose qu’un résultat nul contre Montpellier (2-2) à l’occasion de la 27e journée de Ligue 1. Menant 2-1 et évoluant à dix après l’expulsion de Jeunechamp, le club de la capitale a été incapable de tenir ce succès pour écarter l’un de ses concurrents directs à l’Europe. Et à l’inverse de Giroud, auteur d’un doublé pour le MHSC, les Parisiens ont trop vite baissé pavillon lors d’une seconde période insignifiante de leur part.

     

    La simple lecture de la fiche statistique du match entre le PSG et Montpellier, dimanche à l’occasion de la 27e journée de Ligue 1, suffit à tirer deux conclusions sur lesquelles Antoine Kombouaré, l’entraîneur du club de la capitale, pourra méditer. Dimanche, alors que le PSG menait encore 2-1 contre Montpellier après l’expulsion de Jeunechamp, ses joueurs ont simplement manqué de physique et de fraîcheur mentale pour ne pas céder le point du résultat nul aux Héraultais.

     

    En supériorité numérique après l’exclusion du latéral gauche montpelliérain (48e), les Parisiens ont ainsi été dans l’incapacité de joindre les actes à la parole, pour reprendre trois points qu’ils avaient pourtant entre les pieds après seulement un quart d’heure de jeu. Quinze minutes pendant lesquelles le collectif francilien avait outrageusement dominé celui du MHSC, en prenant une avance de deux buts au tableau d’affichage grâce à Hoarau, d’une tête piquée (11e), et Yanga-Mbiwa, malheureux buteur contre son camp (13e).

     

    Mais le PSG a ensuite totalement déchanté, le physique ne suivant pas, comme le mental avant lui d’ailleurs. Les Languedociens pointaient déjà le bout de leur nez après la première demi-heure de jeu et crucifiaient leurs hôtes après 59 minutes. Et même si le club de la capitale « a fini plus fort » selon son entraîneur, jamais il n’a pu contester la mainmise de son adversaire sur le déroulement du match.

    By
    @
    OTER ?>