Clasico

La fougue du Clasico est-elle toujours là ?

Publie le 06/04/2012 a 21:00



  • Une fois de plus, le match entre le PSG et l’OM qui aura lieu dimanche opposera deux équipes qui ne sont pas au sommet du classement au même moment. Et si la flamme du Clasico n’était plus toujours aussi vive ?

    20 points séparent le club de la capitale (2e de Ligue 1) de celui de la cité phocéenne (9e). Si Marseille avait été à la place de Montpellier, l’opposition aurait été nettement plus alléchante. Pourtant, cela n’a pas empêché Canal+ de sortir les grands moyens. La chaîne de télévision cryptée a décidé de bouleverser sa programmation pour diffuser onze heures de football consécutives. Une première dans l’histoire du Clasico, qui sera analysé par Hervé Mathoux et différents consultants jusqu’à lundi, 4h du matin. Or, l’OM n’a strictement plus rien à espérer cette saison en Ligue 1, si ce n’est… empêcher le PSG d’être sacré Champion de France à l’issue de l’exercice 2011-2012.

    L’apogée

    La rivalité sportive entre les deux clubs a été montée de toutes pièces par ses dirigeants, dont un certain Bernard Tapie. C’est au début des années 90 que le Clasico connaît son apogée, aussi bien en terme d’audience que d’agressivité. A l’époque, Paris et Marseille se trouvent au sommet, au même moment. En décembre 1991, la rencontre OM – PSG permet à Canal+ de réunir 2,91 millions de téléspectateurs. Un record qui n’a plus jamais été battu depuis et qui ne le sera probablement pas dimanche soir. Au terme de la saison 1993-1994, l’équipe olympienne est rétrogradée en deuxième division, suite à l’affaire VA-OM. Même si la rivalité entre les deux clubs n’a ensuite jamais cessé d’exister, les affrontements ont perdu de leur impétuosité.

    Ravanelli, expert en simulation

    Un Clasico va particulièrement marquer les esprits, après que l’OM ait réintégré l’élite. Le 9 novembre 1997, les Provençaux se déplacent dans la capitale. Peu après l’heure de jeu, Fabrizio Ravanelli prend de vitesse Éric Rabesandratana et pénètre dans la surface de réparation. Le défenseur francilien recule alors le buste et lève les bras, afin de montrer qu’il ne touche pas l’attaquant italien. Ravanelli s’écroule et M.Puyalt désigne le point de penalty. Laurent Blanc ne se fait pas prier pour donner l’avantage et la victoire à l’OM (1-2). Les Parisiens crient au vol. Les polémiques concernant la simulation et la vidéo vont prendre des proportions phénoménales. « Ça n’a pas été un bon match pour moi. C’est plus l’anecdote, la suite du match qui a pris de l’ampleur. Même si les PSG-OM sont importants, c’était un peu démesuré par rapport à ce qu’il s’était passé. Je n’ai pas été assez soutenu, personne ne prenait parti, on laissait supposer que j’avais fait faute. Je me suis retrouvé un peu seul, et les dirigeants n’avaient pas trop poussé dans mon sens », se souvient Rabesandratana sur les ondes de France Bleu.

    Pauleta : « Très important pour les supporters »

    Au cours des années 2000, l’animosité entre les principaux acteurs se fait nettement moins ressentir. Aujourd’hui, il n’est pas rare de voir des joueurs du PSG et de l’OM se saluer et même plaisanter ensemble dans le couloir menant à la pelouse, quelques secondes avant le coup d’envoi du Clasico. A l’époque des présidents Tapie et Denisot, de telles scènes ne se seraient jamais produites. Arrivé au PSG à l’été 2003, Pedro Pauleta garde de bons souvenirs de ses oppositions avec les Sudistes. « J’ai eu la chance de marquer pas mal de but contre Marseille. C’est un match spécial pour nous et les supporters. Mais peut-être le premier match que j’ai joué, où j’ai marqué deux buts. Le premier était magnifique, en plus contre Barthez. C’est toujours le jeu qui fait la différence, et c’est nécessaire d’avoir une équipe qui joue bien ensemble. C’est très important pour les supporters de gagner le Clasico, et c’est un match capital pour PSG », a confié l’« Aigle des Açores » à France Bleu. Pour le PSG, la saveur du Clasico de dimanche sera forcément particulière : une victoire pourrait constituer une autoroute vers le titre tandis qu’une défaite anéantirait quasiment tout espoir d’être sacré.

    [poll id= »118″]

    Publie le 06/04/2012 a 21:00

    La fougue du Clasico est-elle toujours là ?

    Une fois de plus, le match entre le PSG et l’OM qui aura lieu dimanche opposera deux équipes qui ne sont pas au sommet du classement au même moment. Et si la flamme du Clasico n’était plus toujours aussi vive ?

    20 points séparent le club de la capitale (2e de Ligue 1) de celui de la cité phocéenne (9e). Si Marseille avait été à la place de Montpellier, l’opposition aurait été nettement plus alléchante. Pourtant, cela n’a pas empêché Canal+ de sortir les grands moyens. La chaîne de télévision cryptée a décidé de bouleverser sa programmation pour diffuser onze heures de football consécutives. Une première dans l’histoire du Clasico, qui sera analysé par Hervé Mathoux et différents consultants jusqu’à lundi, 4h du matin. Or, l’OM n’a strictement plus rien à espérer cette saison en Ligue 1, si ce n’est… empêcher le PSG d’être sacré Champion de France à l’issue de l’exercice 2011-2012.

    L’apogée

    La rivalité sportive entre les deux clubs a été montée de toutes pièces par ses dirigeants, dont un certain Bernard Tapie. C’est au début des années 90 que le Clasico connaît son apogée, aussi bien en terme d’audience que d’agressivité. A l’époque, Paris et Marseille se trouvent au sommet, au même moment. En décembre 1991, la rencontre OM – PSG permet à Canal+ de réunir 2,91 millions de téléspectateurs. Un record qui n’a plus jamais été battu depuis et qui ne le sera probablement pas dimanche soir. Au terme de la saison 1993-1994, l’équipe olympienne est rétrogradée en deuxième division, suite à l’affaire VA-OM. Même si la rivalité entre les deux clubs n’a ensuite jamais cessé d’exister, les affrontements ont perdu de leur impétuosité.

    Ravanelli, expert en simulation

    Un Clasico va particulièrement marquer les esprits, après que l’OM ait réintégré l’élite. Le 9 novembre 1997, les Provençaux se déplacent dans la capitale. Peu après l’heure de jeu, Fabrizio Ravanelli prend de vitesse Éric Rabesandratana et pénètre dans la surface de réparation. Le défenseur francilien recule alors le buste et lève les bras, afin de montrer qu’il ne touche pas l’attaquant italien. Ravanelli s’écroule et M.Puyalt désigne le point de penalty. Laurent Blanc ne se fait pas prier pour donner l’avantage et la victoire à l’OM (1-2). Les Parisiens crient au vol. Les polémiques concernant la simulation et la vidéo vont prendre des proportions phénoménales. « Ça n’a pas été un bon match pour moi. C’est plus l’anecdote, la suite du match qui a pris de l’ampleur. Même si les PSG-OM sont importants, c’était un peu démesuré par rapport à ce qu’il s’était passé. Je n’ai pas été assez soutenu, personne ne prenait parti, on laissait supposer que j’avais fait faute. Je me suis retrouvé un peu seul, et les dirigeants n’avaient pas trop poussé dans mon sens », se souvient Rabesandratana sur les ondes de France Bleu.

    Pauleta : « Très important pour les supporters »

    Au cours des années 2000, l’animosité entre les principaux acteurs se fait nettement moins ressentir. Aujourd’hui, il n’est pas rare de voir des joueurs du PSG et de l’OM se saluer et même plaisanter ensemble dans le couloir menant à la pelouse, quelques secondes avant le coup d’envoi du Clasico. A l’époque des présidents Tapie et Denisot, de telles scènes ne se seraient jamais produites. Arrivé au PSG à l’été 2003, Pedro Pauleta garde de bons souvenirs de ses oppositions avec les Sudistes. « J’ai eu la chance de marquer pas mal de but contre Marseille. C’est un match spécial pour nous et les supporters. Mais peut-être le premier match que j’ai joué, où j’ai marqué deux buts. Le premier était magnifique, en plus contre Barthez. C’est toujours le jeu qui fait la différence, et c’est nécessaire d’avoir une équipe qui joue bien ensemble. C’est très important pour les supporters de gagner le Clasico, et c’est un match capital pour PSG », a confié l’« Aigle des Açores » à France Bleu. Pour le PSG, la saveur du Clasico de dimanche sera forcément particulière : une victoire pourrait constituer une autoroute vers le titre tandis qu’une défaite anéantirait quasiment tout espoir d’être sacré.

    [poll id= »118″]




  • Toute l'actualité du PSG en vidéo
    Tags de l'article : , , , ,
    Articles lies a ce sujet
    Espace communautaire
    • Pauleto

      Rien quand posant la question on à déja la réponse.

    • Mister X

      Le clasico on le gagnera que si nos joueurs posent leurs C****** sur le terrains !

    • Hoomi

      J’entends anti-marseillais, haine, fougue, rivalité…
      En fait vous pensez comme ceux qui ont abandonné l’idée de suivre le PSG!

      Sauf que eux, cet amour de Paris, cette rivalité, ils ont eu le courage d’aller l’assumer sur place, Gare Saint-Charles.

      Pas de supporters adverses, une passion au plus bas au Parc, vive le classico!

    • Gip75

      Mais qu’est-ce que c’est cette question ? J’attends toute l’année ce clasico ! Quand le jour J approche, je suis de plus en plus impatiente je ne dort plus, je stress, et je suis nerveuse avant et pendant le match, je gueule à chaque situation dangereuse ou à chaque tension entre les joueurs !Toute l’année je suis anti-marseillaise, je saoule mes amis avec ça, ils savent qu’il ne faut pas me parler de l’OM, sauf pour critiquer…

      Pour moi, ce match, c’est LE match, le plus attendu, le plus excitant… !

    • Thierry17

      Je déteste tellement cet équipe de l’OM, c’est terrible, ils sont tellement arrogants, imbus d’eux même, je ne peux pas les voir en photos.
      souvenez de Labrune qui prétend que l’om est le seul « grand club français »
      Rappeler vous Fanni qui dit » nous c’est la passion et eux c’est que le fric », piétinant notre amour pour nos couleurs.
      Souvenez vous ce bouffon de Grosnigo se moquant de nos dirigeants etc…..
      Il faut que nos joueurs aient la rage de vaincre demain, parce que notre honneur doit être lavé.

    • Tisseranderic

      pour l’avenir peu importe l’adversaire,il faut gagner et pour dimanche je rapelle qu’etre anti-marseillais c’est pas un choix,c’est un devoir.
       

    • ici c paris

      pour moi un psg om na plus la meme saveur k avant c moin attendu moin important.DOMMAGE

    • Ali le FlacKo

      Pour moi le seul et unique clasico c’est barca-réal.

      • N_ico

        exact :)
        et cette saison un PSG-Montpellier ou un PSG-Lille est plus important selon moi. 

        • Panamunitedcolor

           on s’en fou de l’importance faut leur faire bouffer le gazon

    • paulepoulpe

      La fougue du Clasico, c’est chez les joueurs que nous souhaitons le plus la retrouver.
      ça sera la meilleure manière de retrouver la fougue du champion : il faut que tous jouent comme Matuidi et Sissoko en 2ème mi-temps à Nancy : défendre en avançant et bombarder en centres et surtout en tirs dès qu’on ouvre une brèche.
      Ceux qui souhaitent jouer la LdC la saison prochaine doivent se montrer à la hauteur durant tout un match ! (Et si le public peut en faire autant, alors ça sera parfait)

    • Arfer

      Je prend toujours du plaisir mais c’est vrai qu’il manque un peu de tension et de haine.

      • Parc St. germain

        oue comme lorsqu il y a barca / réal la ya de la haine

    • Assohoun Pamphile

      hei  si on perd les 2 prochains matchs c’est mort pour le titre

    • Moi

      Ça a changé pour les joueurs mais chez nous , supporters, c’est toujours cette même rage de vaincre !

    • Erwan

      Je pence que c’est simplement la période qui veut ça. Si le PSG et l’OM se battraient pour la première place ça serait totalement différent.
      Je ne pence pas et surtout j’espère pas me tromper :)

    • Cena75

      Vous savez pas tellement je suis impatient de voir CE classico.

      Putain, j’arrive plus à dormir, le contexte est parfait et c’est LE moment pour se faire ce classico.
      Je fais chier mes collègues en ne parlant que de ça, je les menace de regarder le match lol.

      J’espère srx une grosse victoire du PSG, allez paris !

    • JoJo

      C’est quoi c’est question . Biensur que les clasicos sont toujours excitant spécialement celui de dimanche parce que ca marquera la fin du championnat pour les deux équipes 

    Dernieres news

    Suivez-nous sur les reseaux



    L'actualité européenne

    Xavi Verratti fait partie des joueurs possibles pour le futur du Barça

    LDC – Les socios du Barça souhaitent plutôt affronter le PSG en huitième.

    Adversaires

    Lundi prochain à midi aura lieu le tirage au sort des huitièmes de finale de la ...

    Les dernières activités

    Fermer
    Activité récente
    NicolasBa publié un new post."Le PSG disputera le Trophée Ooredoo des Champions contre le Club Africain de Tunis le 4 janvier"
    2 hours ago
    NicolasBa publié un new post."Handball - Thierry Omeyer prolonge son contrat au PSG jusqu'en 2018"
    10 hours ago

    Actualité Féminine

    Féminines - Delannoy "On espère qu’il y aura du monde pour nous soutenir au Stade Georges Lefèvre"

    Féminines – Delannoy « On espère qu’il y aura du monde pour nous soutenir au Stade Georges Lefèvre »

    Actu Féminin

    Demain après-midi, le Paris Saint Germain et Juvisy se retrouvent à nouveau en Division 1 féminine, ...

    Vidéos PSG

    La fougue du Clasico est-elle toujours là ?

    <Clasico , Editos , Une

    Une fois de plus, le match entre le PSG et l’OM qui aura lieu dimanche opposera deux équipes qui ne sont pas au sommet du classement au même moment. Et si la flamme du Clasico n’était plus toujours aussi vive ?

    20 points séparent le club de la capitale (2e de Ligue 1) de celui de la cité phocéenne (9e). Si Marseille avait été à la place de Montpellier, l’opposition aurait été nettement plus alléchante. Pourtant, cela n’a pas empêché Canal+ de sortir les grands moyens. La chaîne de télévision cryptée a décidé de bouleverser sa programmation pour diffuser onze heures de football consécutives. Une première dans l’histoire du Clasico, qui sera analysé par Hervé Mathoux et différents consultants jusqu’à lundi, 4h du matin. Or, l’OM n’a strictement plus rien à espérer cette saison en Ligue 1, si ce n’est… empêcher le PSG d’être sacré Champion de France à l’issue de l’exercice 2011-2012.

    L’apogée

    La rivalité sportive entre les deux clubs a été montée de toutes pièces par ses dirigeants, dont un certain Bernard Tapie. C’est au début des années 90 que le Clasico connaît son apogée, aussi bien en terme d’audience que d’agressivité. A l’époque, Paris et Marseille se trouvent au sommet, au même moment. En décembre 1991, la rencontre OM – PSG permet à Canal+ de réunir 2,91 millions de téléspectateurs. Un record qui n’a plus jamais été battu depuis et qui ne le sera probablement pas dimanche soir. Au terme de la saison 1993-1994, l’équipe olympienne est rétrogradée en deuxième division, suite à l’affaire VA-OM. Même si la rivalité entre les deux clubs n’a ensuite jamais cessé d’exister, les affrontements ont perdu de leur impétuosité.

    Ravanelli, expert en simulation

    Un Clasico va particulièrement marquer les esprits, après que l’OM ait réintégré l’élite. Le 9 novembre 1997, les Provençaux se déplacent dans la capitale. Peu après l’heure de jeu, Fabrizio Ravanelli prend de vitesse Éric Rabesandratana et pénètre dans la surface de réparation. Le défenseur francilien recule alors le buste et lève les bras, afin de montrer qu’il ne touche pas l’attaquant italien. Ravanelli s’écroule et M.Puyalt désigne le point de penalty. Laurent Blanc ne se fait pas prier pour donner l’avantage et la victoire à l’OM (1-2). Les Parisiens crient au vol. Les polémiques concernant la simulation et la vidéo vont prendre des proportions phénoménales. « Ça n’a pas été un bon match pour moi. C’est plus l’anecdote, la suite du match qui a pris de l’ampleur. Même si les PSG-OM sont importants, c’était un peu démesuré par rapport à ce qu’il s’était passé. Je n’ai pas été assez soutenu, personne ne prenait parti, on laissait supposer que j’avais fait faute. Je me suis retrouvé un peu seul, et les dirigeants n’avaient pas trop poussé dans mon sens », se souvient Rabesandratana sur les ondes de France Bleu.

    Pauleta : « Très important pour les supporters »

    Au cours des années 2000, l’animosité entre les principaux acteurs se fait nettement moins ressentir. Aujourd’hui, il n’est pas rare de voir des joueurs du PSG et de l’OM se saluer et même plaisanter ensemble dans le couloir menant à la pelouse, quelques secondes avant le coup d’envoi du Clasico. A l’époque des présidents Tapie et Denisot, de telles scènes ne se seraient jamais produites. Arrivé au PSG à l’été 2003, Pedro Pauleta garde de bons souvenirs de ses oppositions avec les Sudistes. « J’ai eu la chance de marquer pas mal de but contre Marseille. C’est un match spécial pour nous et les supporters. Mais peut-être le premier match que j’ai joué, où j’ai marqué deux buts. Le premier était magnifique, en plus contre Barthez. C’est toujours le jeu qui fait la différence, et c’est nécessaire d’avoir une équipe qui joue bien ensemble. C’est très important pour les supporters de gagner le Clasico, et c’est un match capital pour PSG », a confié l’« Aigle des Açores » à France Bleu. Pour le PSG, la saveur du Clasico de dimanche sera forcément particulière : une victoire pourrait constituer une autoroute vers le titre tandis qu’une défaite anéantirait quasiment tout espoir d’être sacré.

    [poll id= »118″]

    By
    @
    OTER ?>