Restez connectés avec nous
Aurier raconte qu'Ibrahimovic n'avait pas compris sa mise à l'écart
©IconSport

Anciens

Aurier raconte qu’Ibrahimovic n’avait pas compris sa mise à l’écart

Durant son passage au Paris Saint-Germain (2014-2017), Serge Aurier s’est malheureusement notamment fait remarquer avec sa soirée sur Périscope (une application sur laquelle il avait répondu aux questions des supporters) durant laquelle l’arrière droit avait tenu des propos injurieux à l’encontre des coéquipiers et du coach Laurent Blanc. Le joueur de 27 ans dorénavant à Tottenham est longuement revenu sur ce fameux épisode au cours d’une interview accordée à France Football. Dans les premiers extraits relayés, l’Ivoirien expliquait avoir été déçu par le manque de soutien. Ici, il se confie sur la vie au club et l’incompréhension de ses coéquipiers. Notamment celle de Zlatan Ibrahimovic (buteur de 28 ans passé à Paris de 2012 à 2016).

Aurier « Les joueurs voulaient que je vienne, que je m’excuse devant le coach. »

« Les joueurs m’ont appelé en me faisant comprendre que ce n’était rien. Ce qui m’a énervé, c’est que la direction du PSG ne m’a pas protégé. Mais ce n’était pas le président. Lui, il sait qui je suis. Il m’aimait par rapport à la personne humble que je suis, qui fait son boulot et qui est respectueuse. Quand il a vu ça, lui aussi m’a dit : ‘Je sais que ce n’est pas toi.’ Si j’étais une mauvaise personne, les joueurs m’auraient dit que c’était mort.

Ibrahimovic m’a croisé plusieurs fois. ‘Mais pourquoi tu ne reviens pas ? C’est quoi le souci ?’ Il ne comprenait pas ! C’est le directeur sportif, Olivier Létang, qui m’a interdit de centre d’entraînement. Les joueurs voulaient que je vienne, que je m’excuse devant le coach, devant tout le monde et qu’on passe à autre chose parce qu’on avait besoin de moi pour les matches qui arrivaient. Si on avait fait ça, ça n’aurait pas pris cette ampleur.

Aurier « Le vestiaire était tellement fort, il y avait tellement de cadres importants qu’on pensait que ça allait passer. »

Les cadres m’ont dit clairement : ‘Pour l’instant, on s’en fout de ce que tu as fait, on en parlera dans le vestiaire.’ Le président était d’accord. Mais c’est devenu un truc hors vestiaire et ça a permis aux gens de dire tout et n’importe quoi. C’est ça qui m’a un peu dérangé parce qu’on avait vraiment un vestiaire de fous malades. Rien ne sortait. Sans manquer de respect à l’équipe actuelle, celle d’avant, c’était la plus complète. Ça déroulait, on jouait bien. Le vestiaire était tellement fort, il y avait tellement de cadres importants qu’on pensait que ça allait passer. »

On reste forcément prudent face à une seule version de l’histoire. Il est bien crédible que des joueurs étaient prêts à rapidement passer à autre pour se concentrer sur la suite de la saison. C’est là qu’était l’essentiel. Mais on peut aussi imaginer que ceux viser les manques de respect d’Aurier étaient un peu moins ouverts. Le coach aussi pouvait avoir une certaine colère. En tout cas, il est clair que le joueur a fait une bêtise importante et qu’une sanction était logique. Même si on peut toujours débattre de sa longueur. Peut-être qu’Ibrahimovic a trouvé ça un peu long par exemple.

En tout cas, le PSG a bien pu passer à autre chose depuis, il faut que les médias en fassent de même. On se permet tout de même de rappeler à Aurier que si le vestiaire avait été aussi fort, il aurait pu faire plus attention à ne pas le troubler. Il n’est pas le grand responsable de l’élimination, mais il fait partie des facteurs négatifs qui l’expliquent.

Publicités

 

Derniers articles

Autres articles présents dans Anciens