Restez connectés avec nous

Autour du PSG

Denis Troch explique les difficultés mentales du PSG en Ligue des Champions

Denis Troch explique les difficultés mentales du PSG en Ligue des Champions

Denis Troch, entraîneur adjoint d’Arthur Jorge du Paris Saint-Germain (1991-1994 et 1998-1999) dorénavant préparateur mental (depuis 10 ans), a été interrogé par Le Parisien suite à la victoire parisienne mercredi soir contre le Real Madrid (3-0, 1ere journée de la phase de groupes de la Ligue des Champions). L’occasion d’évoquer les soucis du PSG dans cette compétition ces dernières années au niveau du mental. Mais il commence par expliquer les différences entre le PSG contre Strasbourg samedi dernier (difficile victoire 1-0, 5e journée de Ligue 1) et celui aperçu face aux Madrilènes.

« Le comportement humain est toujours lié à la survie. A l’approche d’un événement hors-norme, inconsciemment on se protège et on se met des freins par peur de se blesser, de dépenser trop d’énergie… Entre deux matchs, il est nécessaire d’avoir peur pour penser à ce qui pourrait arriver si on ne fait pas le nécessaire. Si on ne se pose pas de question en amont et qu’on le fait pendant un match, ça peut devenir catastrophique. »

C’est un classique du football, la rencontre juste avant un match très important est souvent difficile. A moins qu’elle soit aussi très alléchante. Ce n’était pas le cas face à Strasbourg. Sans oublier que cette équipe a déjà blessé des Parisiens par le passé. Là, il y avait en plus un retour de trêve internationale, des premières titularisations et des retours de blessures. On ne pouvait pas s’attendre à un grand PSG. Celui contre le Real Madrid, c’était un tout autre contexte et Paris a bien montré qu’il était concentré. Maintenant, il faudra réussir à enchaîner. Ce que le PSG n’a pas su faire ces dernières saisons. Ce que Troch a évoqué.

Troch « Tant qu’on ne fait pas une saison pleine après un exercice raté, le traumatisme demeure. »

« Chacun d’entre-eux a une capacité mentale qu’il utilise pour tirer la quintessence de son potentiel. Mais tout le monde ne sait pas s’en servir. Or, pour qu’une équipe tire le maximum de son potentiel global, il faut que chacun sache tirer le maximum de ses capacités sur le plan individuel.

Comment garder l’état d’esprit affiché face au Real ?

C’est le plus compliqué car il y a toujours des interactions négatives à gérer. Un joueur a déjà ses propres doutes. Quand un club n’a jamais gagné la Ligue des champions par exemple. Il y a aussi ceux de ses coéquipiers, de son entourage, du public, de la direction, des journalistes qui viennent interférer. Il est donc nécessaire de protéger l’environnement. C’est de toute façon un travail qui doit être fait au préalable et non en fonction de ce qui se passe.

Troch « Ils doivent se convaincre qu’il est légitime pour eux de passer les 8es, les quarts… »

La victoire face au Real efface les possibles doutes ?

Tant qu’on ne fait pas une saison pleine après un exercice raté, le traumatisme demeure. Tant qu’ils ne l’auront pas fait, il y aura toujours quelqu’un pour leur rappeler qu’ils se loupent contre les gros. Ils doivent s’immuniser contre ça, se convaincre qu’il est légitime pour eux de passer les 8es, les quarts… »

Des indications intéressantes qui sortent du classique « ils ont peur » ou « trop de confiance ». Troch va un peu plus loin, en expliquant ce qui peut amener des doutes et défaillances. Ce n’est pas seulement que le joueur n’a pas l’état d’esprit qu’il faut. C’est aussi tout ce qu’il y a autour, aussi bien au sein du club qu’en dehors. On se souvient d’ailleurs que l’an dernier les médias n’arrêtaient pas de parler aux Parisiens de la possibilité d’être éliminés entre les deux 8es de finale. Cela n’aide pas.

Mais c’est surtout au PSG de faire le nécessaire pour être prêt (compter sur nos médias pour aider serait plutôt fou). Il faut maintenant grandir en tant que groupe et avec une certaine confiance, sans aller dans l’accès. Il y a une « culture »à installer. Là, le retour de Leonardo en tant que directeur sportif peut le faire plus grand bien. On le voit prendre la parole et réinstaller un vrai cadre. Sa gestion de l’été a été excellente (notamment dans le recrutement) et Tuchel peut maintenant se concentrer sur son groupe. Reste à voir si Paris réussira à franchir un cap cette saison en arrêtant de craindre l’échec. Leonardo a d’ailleurs évoqué ce besoin d’arrêter d’avoir « peur ».

Publicités

Vidéos football

 

Articles récents

Autres articles présents dans Autour du PSG