Restez connectés avec nous
Un économiste analyse comment Cavani gagne de l'argent

Autour du PSG

Un économiste analyse comment Cavani gagne de l’argent

L’attaquant du Paris Saint-Germain, Edinson Cavani était déjà très médiatisé avant de venir à Paris. Selon Pierre Rondeau, doctorant en économie, non seulement les prestation d’El Matador, mais aussi son apparence devants les médias et son physique lui permettent de gagner plus d’argent. Il confie son analyse dans The Conversation.

« Lorsqu’on s’intéresse au physique des joueurs et à leur rémunération, on constate une corrélation évidente. Plus vous êtes beaux, mieux vous êtes payés. En économie, de nombreuses études, appliquées au monde de l’entreprise, montrent que, toute chose égale par ailleurs, plus un individu est beau, meilleur est son salaire. D’après Megumi Hosoda, Eugene Stone-Romero et Gwen Coats, de l’Université de San José, aux États-Unis, les personnes à l’apparence physique jugée supérieure gagnent en moyenne 15 % en plus que les autres. En football, c’est aussi évident.

Les économistes Bastien Drut et Richard Duhautois ont montré, dans leur livre Sciences Sociales Football Club, que quasiment la moitié de la rémunération d’un joueur est liée à des critères extrasportifs : plus le nom est cité dans la presse, notamment la presse-people, plus son salaire augmente. (…) Être beau ne fait pas tout pour obtenir une bonne rémunération, heureusement.

Une autre variable apparaît comme autant significative : l’irrégularité sportive. Dans la mesure où le salaire dépend aussi de critères extrasportifs, les apparitions dans la presse notamment, il faut faire parler de soi. (…) L’idée est que la régularité est peu médiatique, puisque courante, alors que l’exceptionnel est rare, donc médiatisé. (…) Puisque le salaire est négocié une fois lors de la signature du contrat ou de la prolongation, et non pas après chaque match, le joueur, suite à un super match, pourra légitimement demander une augmentation. Et ce même si, par la suite, ses performances s’amenuisent. L’irrégularité paie.

Les économistes allemands Christian Deutscher et Arne Bushemann ont cherché à vérifier ce postulat. Ils ont analysé 845 joueurs sur 5 saisons de Bundesliga, entre 2008 et 2013 et sont arrivés à la même conclusion : les footballeurs les plus irréguliers reçoivent un salaire plus élevé que les plus réguliers. Cela pourrait expliquer, en partie, les émoluments d’Edison Cavani, connu surtout pour enchaîner des prestations convaincantes et des matchs catastrophiques.

Conclusion, si vous voulez percer dans le football et très bien gagner votre vie, misez surtout sur votre aspect physique et ne vous donnez pas à fond sur chaque match, privilégiez-en seulement quelques un. Sachez vous faire désirer… »

Il est vrai qu’Edi est plutôt du goût des supportrices parisiennes. L’Uruguayen a un physique avantageux, ses cheveux longs et son sourire font craquer la plupart des filles.

Quant à sa présence dans les magazines people, sa vie privée a fait couler beaucoup d’encre depuis son arrivée dans le club de la capitale avec son divorce difficile et l’éloignement de ses enfants, mais aussi l’implication de son père dans un accident de la route pour lequel, il est actuellement écroué.

Enfin, ses performances sont très irrégulières. Présenté comme un attaquant de grande classe avec des statistiques impressionnantes et une côte d’amour de la part des supporters napolitains au plus haut, Cavani a débarqué à Paris pour une somme record de 64 millions d’euros. Depuis, il alterne le bon et le moins bon, et concentre souvent les critiques en cas de contre-performance.

Edinson Cavani est l’archétype même du joueur décrit dans ses analyses d’économistes. Avec un salaire estimé à 10 millions d’euros, l’attaquant parisien n’est, en tout cas, pas le plus malheureux en ce qui concerne le remplissage de son compte en banque.

Toutefois, si ce modèle semble fonctionner avec lui, il y a toujours des exceptions. Et puis, dans le monde sportif, seule la prestation du joueur devrait compter, sans préjugés. Mais ses dernières années, avec l’explosion abusive du marché des transferts, les prix de vente et les salaires exorbitants sont sans cesse mis en parallèle avec les performances.

Quoi qu’il en soit, on aimerait apprécier plus régulièrement les performances footballistiques du numéro 9 parisien que sa plastique. 

Publicités

Vidéos football

 

Derniers articles

Autres articles présents dans Autour du PSG