Restez connectés avec nous
Aujourd’hui il semblerait que le nouveau cycle passe par un nouvel entraîneur

Autour du PSG

Larqué, grand fan de Pastore

« Il y a chez Javier Pastore une faculté à faire basculer une rencontre qui n’est pas commune. C’est d’ailleurs le rêve de tout club d’avoir dans ses rangs un tel joueur. Car quand cela se reproduit deux fois, trois fois, quatre fois-il en est à deux buts et quatre passes décisives, un penalty provoqué en cinq titularisations-, cela ne peut être le fruit du hasard ou de la chance. Et c’est d’autant plus flagrant qu’en dehors de ces instants décisifs on voit peu l’argentin. Il ne pèse pas beaucoup sur le fonds de jeu de Paris, il pèse sur le résultat. Il ne met pas le pied sur le ballon, il ne casse pas le rythme, ne donne pas le tempo, n’oriente pas le jeu, il n’a pas l’influence qu’on prête généralement à un meneur de jeu. Même s’il n’est pas maladroit, il ne dégage pas rayonnement et plénitude en dehors de la surface. Mais, dès lors qu’il s’approche de cette zone de vérité, quelle qualité! On l’a comparé à Michel Platini, oui … mais par son jeu dans la surface. Là, il existe des points communs dans cette capacité à faire la différence. Mais plus qu’un meneur de jeu, qu’un numéro 10 classique, il est un attaquant qui part de loin. » a déclaré l’ex-joueur de l’AS Saint-Etienne pour France Football.

Régulièrement, dès qu’un joueur se montre très efficace, le syndrome de la comparaison surgit. Michel Platini comparait d’ailleurs dimanche l’Argentin à Zinedine Zidane. Jean-Michel Larqué trouve quant à lui que Javier Pastore possède un profil atypique incomparable. « J’avoue ne pas savoir à qui le comparer. C’est un profil tellement atypique, au point qu’il n’est d’ailleurs pas un titulaire en sélection argentine. En club, à Palerme ou Paris, la question ne se pose pas: on le prend et on cherche ensuite dix joueurs autour. Il faudra un peu de temps pour s’habituer au style Pastore, à ce côté faux lent qui déstabilise toujours un peu . Ce n’est pas un déménageur et ce n’est pas un joueur vif petit format. Pourtant, il s’impose dans la surface en exécutant vite ses gestes. Adroit, il s’infiltre par le dribble entre deux joueurs comme le fait un Hasard. On ne le verra pas explosif mais, avec ses grands compas , cet air de grand héron déplumé, sa vision du jeu, il parvient à accélérer le tempo brusquement. C’est un style assez nouveau et il faudra un temps d’adaptation aux spectateurs pour s’y faire. Comme il faudra se faire au style du PSG, une équipe qui n’impose pas véritablement un fonds de jeu ce n’est pas le Barça mais capable de fulgurances qui font la différence. Je n’ai pas souvenir d’un profil semblable à celui de l’Argentin, comme quoi le football est ouvert à tous, à tous types de joueurs. En début de saison, j’ai fait de Lyon mon favori, je ne vais pas changer d’avis, mais l’arrivée de Pastore a un peu modifié la donne et accéléré la montée en puissance du club de la capitale, plus rapide que je ne l’imaginais au départ. »

Derniers articles

Autres articles présents dans Autour du PSG