Restez connectés avec nous
Strasbourg/PSG - Laurey "L'égalisation n'est pas usurpée, mais ça se joue sur un coup tordu."

Adversaires

Strasbourg/PSG – Laurey « L’égalisation n’est pas usurpée, mais ça se joue sur un coup tordu. »

Ce mercredi, dans le cadre de la 16e journée de Ligue 1, le Paris Saint-Germain affrontait le Racing Club de Strasbourg au Stade de la Meinau. Le coach strasbourgeois Thierry Laurey est revenu sur ce match nul (1-1) en conférence de presse.

« Je suis satisfait, pas seulement parce que c’est Paris. On a fait un gros match car ce n’était pas évident, on savait qu’on allait défendre, ce n’est pas un sentiment de faiblesse. On savait qu’il nous faudrait de la justesse technique pour sortir les ballons. Sur l’engagement qu’on a mis, la rigueur et l’investissement, je suis très content de prendre un point. On a joué avec des gamins qui découvrent la Ligue 1 cette saison (Zohi, Caci, Fofana, Sissoko).

« Si je dois avoir un regret, c’est de prendre un penalty quand on est à dix. »

Tout n’est pas parfait, mais ils lâchent les chevaux et ils grandissent. Ils ont fini carbonisés. Quand tu n’es pas cuit à la fin contre Paris, c’est que tu es un tricheur. Et comme je n’ai pas de tricheurs, mes joueurs étaient carbonisés à la fin. Contre Paris, si tu arrives en tongs, tu repars chez toi avec une bonne fessée ! Si je dois avoir un regret, c’est de prendre un penalty quand on est à dix car Jonas (Martin) est en train de se faire soigner. (…) Sur l’ensemble de la deuxième mi-temps, l’égalisation n’est pas usurpée, mais ça se joue sur un coup tordu. », a déclaré Laurey dans des propos rapportés par L’Equipe.

Il peut y avoir un peu de déception en faisant un match nul au final après avoir mené, mais c’est déjà un très bon résultat pour Strasbourg. C’est un joli point acquis devant leurs supporters avec beaucoup d’envie. Et en profitant d’une mauvaise soirée parisienne, certes. Le PSG a joué avec une équipe remaniée et en méforme. Mais les Alsaciens n’ont pas à s’embêter avec cela. Ils ont pris un point contre un club qui laissera sans doute peu de miettes. Le coach Laurey a de quoi être fier de ses joueurs, même si ce n’était pas forcément du grand football. Surtout que le but vient d’un « cadeau » parisien avec la main de Thilo Kehrer (défenseur central de 22 ans). Ils ont au moins affiché une belle solidarité et n’ont rien lâché face à une seconde période très difficile.

C’est dommage en effet pour Strasbourg de craquer un penalty et le fait que ce soit à 10 contre 11 peut amener de grands regrets. Cependant, Laurey est bien obligé d’admettre que Paris a plutôt mérité son égalisation. Les Parisiens ont complètement dominé la seconde période et ont eu beaucoup d’occasions. Heureusement qu’ils ont su réagir après leur première période très décevante afin de rester invaincus. Maintenant, il faut se tourner vers la suite.

Publicités

Vidéos football

 

Derniers articles

Autres articles présents dans Adversaires