Restez connectés avec nous
Ancelotti: les chances du PSG face au Real et en LDC, et un possible retour au club

Club

Ancelotti : « C’est du 50/50, je veux tout clarifier »

Vendredi, Carlo Ancelotti rencontrera Nasser Al-Khelaïfi, le président du PSG, afin d’évoquer son avenir. Dans un entretien accordé à L’Equipe, le technicien italien s’est longuement expliqué sur sa situation et a fait savoir que tout était possible.

« Je n’ai pas encore parlé avec le club. Nous allons avoir un rendez-vous vendredi (demain) et après on verra. Si j’ai envie de continuer ? Oui, j’ai envie, mais s’il y a la possibilité de continuer. Je vois, ces derniers jours, que tout le monde veut que je reste. Cela compte, c’est normal. La chose la plus importante est de travailler dans une ambiance où vous sentez que vous avez la confiance. Tout le monde connaît ma situation : j’ai un contrat avec le PSG. Si je veux quitter le club, je dois parler avec le club. Je suis correct, je l’ai toujours été. Quand Chelsea m’avait contacté, une première fois, alors que j’étais entraîneur de l’AC Milan (en 2007-2008), j’ai d’abord parlé avec mes dirigeants. Ils m’avaient dit : « Non, tu ne peux pas partir. » Je suis resté. Puis, l’année d’après, j’ai eu une autre proposition de Chelsea, j’en ai parlé au club et là, il m’a dit : « O.K., tu peux partir. » Si Nasser Al-Khelaïfi me dit que je ne peux pas partir ? Il s’est passé des choses au cours de la saison que je veux clarifier, des moments difficiles après la défaite contre Rennes, puis celle contre Nice…Après, je prendrai la décision. Si j’aurais été limogé si le PSG n’avait pas gagné contre Porto (2-1, le 4 décembre) ? Non, je ne pense pas. Parce que je suis venu ici pour un projet… (il s’interrompt). En fait, je veux comprendre : je suis venu ici pour un projet ou pour un résultat ? C’est la question. Si on a gagné, c’est parce qu’on s’est montrés habiles dans la gestion des moments difficiles. Tout le monde les a bien gérés. Je les ai bien gérés, je suis resté calme, tranquille. Les joueurs aussi. Ils ont su prendre leurs responsabilités. Et le club également. Leonardo et Nasser ont été très proches de l’équipe et de l’entraîneur dans les moments difficiles. Un projet peut-il ne durer qu’un an et demi ? Ca, c’est difficile (il rigole). Je pense que la première étape était bonne car l’objectif était de gagner le Championnat et d’être compétitif en Ligue des Champions. La prochaine étape est de gagner la Ligue des Champions. Mais dans combien de temps ? Je pense que personne ne peut programmer une victoire en Ligue des Champions. Le projet est d’être compétitif en Ligue des Champions…Le Real Madrid ? Je n’ai rencontré personne du Real, ni le directeur sportif (Jose Angel Sanchez) ni le président (Florentino Pérez). Mais vous parlez d’Espagne, d’Espagne, d’Espagne…Pourquoi ? (malicieux.) Pourquoi pas l’Italie ? Parce que je suis trop cher ? Mais personne ne sait ce que je gagne ici. Je gagne moins à Paris qu’en Angleterre. Si je me plais à Paris ? Pour moi, le plus important, c’est d’avoir de bonnes relations, ici, au Camp des Loges,  avec les joueurs, le personnel, les kinés, le magasinier, tout le monde…Je peux dire qu’ici, je suis comme à la maison. Si je veux rester à Paris ? Je veux d’abord parler avec le club et comprendre ce qui s’est passé cette saison et ce qui va se passer à l’avenir. Ce n’est pas une question d’avoir plus de pouvoirs. Mon travail consiste à bien préparer l’équipe sur le terrain. Je ne veux pas autre chose parce que la confiance avec Leonardo est fantastique. S’il y a une possibilité pour que je reste ? Bien sûr ! Aujourd’hui, c’est du 50/50. Je me suis bien intégré ici et je ne suis pas une personne qui aime changer. J’ai été déçu quand j’ai quitté Chelsea (en 2011). Et si je pars de Paris, il y aura forcément un peu de tristesse, c’est normal. En attendant, je veux tout clarifier. Cela concerne tout ce qui s’est passé dans la saison. Il s’est passé beaucoup de choses, des belles et des moins belles. Maintenant, si je veux parler avec Nasser vendredi, je ne peux pas tout dire sinon il n’y aura pas de surprise. Demain, il va lire L’Equipe…(il rigole.). Prolonger mon contrat ? Je ne veux pas parler de contrat, j’en ai déjà un. On a le temps pour ça. Ce n’est pas une question d’argent. Je peux donner une bonne réponse. Si je serai le 27 juillet à Gôteborg ? (Il se marre.) Peut-être…Si j’entraînerai Cristiano Ronaldo la saison prochaine ? (Il se marre.) Je ne sais pas…», a résumé l’entraîneur du PSG, qui espère donc obtenir des garanties lors de sa réunion avec Nasser Al-Khelaïfi, afin d’être fixé sur son avenir et de donner une réponse rapide.

 

Derniers articles

Autres articles présents dans Club