Restez connectés avec nous

Club

Armand, le pigiste polyvalent

Doyen de l’effectif, Sylvain Armand entame sa huitième année consécutive sous les couleurs franciliennes, la première dans la peau d’un remplaçant. Son statut n’évoluera guère au cours de l’exercice 2011-2012.

Replacé par Antoine Kombouaré en défense centrale aux côtés de Mamadou Sakho la saison passée, l’ancien Nantais s’était montré irréprochable. Avec les arrivées de Milan Bisevac et de Diego Lugano, la concurrence s’intensifie dans ce secteur de jeu. C’est à son poste initial, latéral gauche, qu’Armand tient la corde pour faire partie de l’équipe-type. Ici, la rivalité se limite au seul Siaka Tiéné. Mais pendant l’échauffement d’un match de préparation face à Brighton (Ligue 2 anglaise) au mois de juillet, à Albufeira (Portugal), il se blesse à un genou. Suite à ce pépin physique, il doit subir une arthroscopie qui lui fait manquer le début de la saison. Il faudra attendre le 15 septembre 2011 pour le voir débuter une rencontre, face au Red Bull Salzbourg (victoire 3-1), à l’occasion de la première journée des phases de poule de la Ligue Europa.

Toujours plus haut dans l’Histoire

Sa prestation face aux Autrichiens s’avère convaincante, contrairement à celle correspondant à sa deuxième titularisation. Lors du déplacement à Évian Thonon-Gaillard (2-2), Kombouaré décide de l’aligner en charnière centrale, en compagnie de Lugano. Sur les deux buts encaissés, sa responsabilité est engagée. En C3, face à Bratislava et Bilbao, le technicien kanak le teste au poste de milieu défensif. Armand ne se montre guère plus fringant. Au mois de novembre, il retrouve sa place d’arrière gauche, pour la réception de Nancy (0-1) et le déplacement à Marseille (3-0). Pendant ce Clasico, il est l’un des rares Parisiens à surnager. A la fin de l’année 2011, le natif de Saint-Étienne devient le deuxième joueur ayant le plus porté les couleurs du club parisien, toutes compétitions confondues, à égalité avec Safet Susic et Paul Le Guen.

Rêve brisé

Malgré les arrivées d’Alex et Maxwell pendant le mercato hivernal, Sylvain Armand prouve encore sa fidélité aux Rouge et Bleu. « J’ai toujours la joie de vivre, après c’est vrai que ce n’est pas toujours évident de se retrouver sur la touche. Mais moi ce que je veux c’est être champion avec le PSG cette saison. C’est ce dont je rêve… depuis huit saisons. Après, je discuterai et je verrai pour mon avenir », explique-t-il. Pour le premier match officiel de Carlo Ancelotti en tant qu’entraîneur du PSG, en 32e de finale de la Coupe de France contre Locminé (1-2), il est titularisé au poste de latéral gauche. A l’instar de Kombouaré, « Carletto » l’utilise par intermittence, tantôt en défense, tantôt au milieu de terrain. A l’occasion de la 33e journée du Championnat et l’écrasante victoire contre Sochaux (6-1), le numéro 22 inscrira son unique but de la saison.

Jamais 8 sans 9 ?

Au total, Armand aura disputé 22 rencontres en Ligue 1 cette saison, dont huit comme titulaire. Malheureusement pour lui et tous les supporters, son rêve d’être sacré champion de France avec Paris ne se réalise pas. Le 1er août prochain, il soufflera ses 32 bougies. Après huit années passées au club, celui qui a connu huit présidents et six entraîneurs différents aspire à une place de titulaire. Évidemment, ce n’est plus au PSG qu’un tel statut pourra lui être garanti. Si l’on en croit Le Parisien, des clubs comme Bordeaux, Montpellier et Monaco se seraient renseignés à son sujet. Néanmoins, il n’est pas exclu qu’il effectue une neuvième saison dans la capitale. Sous contrat jusqu’en juin 2013, l’ancien Clermontois pourrait prolonger son bail d’une année supplémentaire. Carlo Ancelotti aurait donné son feu vert le mois dernier.

Derniers articles

Autres articles présents dans Club