Restez connectés avec nous
PSG - Camara ne comprend pas la plainte sur "l'argent des Qataris"

Club

Camara : « Une saison étrange »

Très souvent utilisé par Antoine Kombouaré pendant la première partie de saison, Zoumana Camara a ensuite connu le banc des remplaçants et même les tribunes, après l’arrivée de Carlo Ancelotti. Et depuis deux matches, « Papus » a l’opportunité de montrer qu’il peut apporter au PSG. Une saison peu banale pour le doyen de l’effectif parisien.

« Une saison étrange, oui. Mais c’est un peu le lot des grands clubs, des grands effectifs. Il y avait déjà pas mal de défenseurs centraux, puis un changement d’entraîneur et l’arrivée d’Alex. Ca apporte plus de concurrence et ça m’a compliqué les choses personnellement. Malgré tout, on a tous le même objectif, être champion. On est toujours là et on va s’accrocher jusqu’à la fin, a assuré Camara, invité de Rolland Courbis sur RMC, avant d’indiquer qu’il n’avait jamais rien lâché et qu’il profitant de chaque moment passé dans ce PSG en plein essor. J’étais confiant. J’ai connu des moments difficiles, surtout qu’il y a un écart entre être sur le banc et en tribunes, c’est totalement différent. En tribunes, on se sent complètent à l’écart du groupe. Mais je me suis dit que j’ai fait une bonne première partie de saison et que j’ai contribué à ce qui arrive à l’équipe, et puis on sait jamais ce qu’il peut arriver. Si je peux jouer cinq minutes, un quart d’heure, j’essaie de tout donner et si à la fin on est champion, je pourrai avoir la tête haute. Je vois les choses positivement. Je me rappelle d’un match de fin de saison en 2007 où on va chercher le maintien à Sochaux. Et bien je préfère sortir du congélateur (terme utilisé par Courbis pour qualifier une mise à l’écart, ndlr) et jouer des matches pour le titre, c’est quand même plus agréable. J’ai la chance d’avoir vécu des moments difficiles et de voir les évolutions aujourd’hui, de voir l’ampleur que prend le club. J’estime que pouvoir écrire une page de l’histoire du club, c’est une chance. »

Mais pour ce faire, les Parisiens devront remporter leurs deux derniers matches et espérer un faux pas de Montpellier. Si les choses ne se passent pas comme souhaité, Camara et ses coéquipiers féliciteront Montpellier. « On doit faire notre travail, tout faire pour gagner nos deux matches. Et si Montpellier gagne les siens, on leur dira bravo. Ce sera un beau champion. S’ils font un faux pas, on sera à l’affût », a conclu le défenseur parisien, qui se tient prêt à être titularisé dimanche soir face à Rennes, si jamais Ancelotti décide de compter sur lui.

Derniers articles

Autres articles présents dans Club