Club

Lavezzi : « J’ai eu de la chance »

Ezequiel Lavezzi
Publie le 26/07/2012 a 09:54



  • Cette saison, le PSG pourra compter sur le talent et la grinta d’Ezequiel Lavezzi pour parvenir à atteindre ses objectifs. L’attaquant argentin a forgé son caractère lors de son enfance passée en Argentine et n’a pas hésité à en parler lors de sa dernière interview. El Pocho est ensuite revenu sur ses rapports avec Javier Pastore et Lionel Messi.

    « Je viens de Rosario, une ville située à environ 100 km de Buenos Aires. Ma maman était femme de ménage et mon papa était employé dans une entreprise de réfrigération. Ils se sont séparés quand j’avais 2 ans et j’ai été élevé par ma mère. Honnêtement, même si je n’avais pas toujours tout ce que je souhaitais, je me souviens d’avoir vécu une enfance heureuse. Dans mon quartier, il y avait un club qui s’appelait Sol Naciente. Je me suis inscrit là-bas à 4 ou 5 ans, on jouait à sept sur un terrain en terre battue. Je suis resté jusqu’à 12 ans et ensuite j’ai changé de club pour rejoindre Coronel Aguirre, toujours dans mon quartier. Et à 16 ans, j’ai fait un essai à Boca Juniors. Je suis resté là-bas pendant trois mois, mais je me suis disputé avec un entraîneur et je suis retourné chez moi. Je suis resté trois mois sans rien faire. Heureusement à ce moment-là, un représentant de l’Estudiantes Buenos Aires m’a appelé et j’ai signé là-bas où je suis passé professionnel. On peut considérer que j’ai eu de la chance, a raconté Lavezzi dans Le Parisien, avant d’expliquer pourquoi il n’avait pas souhaité quitter Naples pour Chelsea ou Liverpool en 2009. Je pensais que ce n’était pas le bon moment. L’année dernière, en revanche, j’avais l’impression d’être arrivé au bout de mon cycle avec Naples. J’ai 27 ans, et si j’avais encore attendu, il aurait été trop tard. En accord avec le club, on a décidé que si une offre intéressante se présentait, je pourrais m’en aller. C’est là que j’ai été séduit par le fait de vivre et de jouer à Paris. En plus, j’ai fini avec la victoire en Coupe d’Italie, il n’y avait pas de meilleure manière de partir. »

    Depuis son arrivée dans le groupe parisien, l’ancien joueur de Naples est très poche de son compatriote argentin Javier Pastore. Pourtant, les deux hommes ne se connaissent pas vraiment, contrairement à ce que l’on pourrait penser. « On se connaît parce qu’on se retrouve en sélection argentine, mais on ne se connaît pas plus que ça. En sélection, il y a des gens avec qui tu as des affinités. Avec Javier, on a toujours entretenu de bonnes relations mais je ne peux pas vous dire que c’est un ami. On va apprendre à mieux se connaître ici, a confié Lavezzi, qui est en revanche beaucoup plus proche de Leo Messi, son grand ami. Oui, Leo est un ami. On se voit, on se parle souvent au téléphone. Il ne veut pas trop se livrer. Je ne vais pas vous dire ce qu’il fait ou ce qu’il ne fait pas, ce sont des choses à respecter. Il faut lui demander, mais je pense qu’il veut se protéger. Leo, il faut en profiter sur le terrain. S’il va venir me rendre visite à Paris ? Qui sait, sûrement (rires). »

    En tout cas, grâce aux langues parlées dans l’effectif parisien, l’international argentin se sent comme un poisson dans l’eau mais il a tout de même prévu de prendre des cours de français. « Beaucoup de mes partenaires parlent espagnol et italien. Ce sont les deux langues que je parle, donc je me débrouille. Pour l’instant, je n’ai pas encore trouvé de maison mais quand je serai bien installé, je pourrai prendre des cours de français. Je pense que c’est quelque chose de très important pour mon intégration. »

    Enfin, Lavezzi a tenu à clarifier les choses au sujet d’une histoire selon laquelle il s’était battu avec un automobiliste à Naples. « Cette histoire est fausse. Je peux avoir des réactions sur le terrain, mais dans la vie je suis tranquille. Que les automobilistes parisiens soient tranquilles, je ne vais me battre avec personne », a assuré El Pocho, agressif dans le bon sens du terme sur le terrain mais très calme en dehors.

    Publie le 26/07/2012 a 09:54

    Lavezzi : « J’ai eu de la chance »

    Cette saison, le PSG pourra compter sur le talent et la grinta d’Ezequiel Lavezzi pour parvenir à atteindre ses objectifs. L’attaquant argentin a forgé son caractère lors de son enfance passée en Argentine et n’a pas hésité à en parler lors de sa dernière interview. El Pocho est ensuite revenu sur ses rapports avec Javier Pastore et Lionel Messi.

    « Je viens de Rosario, une ville située à environ 100 km de Buenos Aires. Ma maman était femme de ménage et mon papa était employé dans une entreprise de réfrigération. Ils se sont séparés quand j’avais 2 ans et j’ai été élevé par ma mère. Honnêtement, même si je n’avais pas toujours tout ce que je souhaitais, je me souviens d’avoir vécu une enfance heureuse. Dans mon quartier, il y avait un club qui s’appelait Sol Naciente. Je me suis inscrit là-bas à 4 ou 5 ans, on jouait à sept sur un terrain en terre battue. Je suis resté jusqu’à 12 ans et ensuite j’ai changé de club pour rejoindre Coronel Aguirre, toujours dans mon quartier. Et à 16 ans, j’ai fait un essai à Boca Juniors. Je suis resté là-bas pendant trois mois, mais je me suis disputé avec un entraîneur et je suis retourné chez moi. Je suis resté trois mois sans rien faire. Heureusement à ce moment-là, un représentant de l’Estudiantes Buenos Aires m’a appelé et j’ai signé là-bas où je suis passé professionnel. On peut considérer que j’ai eu de la chance, a raconté Lavezzi dans Le Parisien, avant d’expliquer pourquoi il n’avait pas souhaité quitter Naples pour Chelsea ou Liverpool en 2009. Je pensais que ce n’était pas le bon moment. L’année dernière, en revanche, j’avais l’impression d’être arrivé au bout de mon cycle avec Naples. J’ai 27 ans, et si j’avais encore attendu, il aurait été trop tard. En accord avec le club, on a décidé que si une offre intéressante se présentait, je pourrais m’en aller. C’est là que j’ai été séduit par le fait de vivre et de jouer à Paris. En plus, j’ai fini avec la victoire en Coupe d’Italie, il n’y avait pas de meilleure manière de partir. »

    Depuis son arrivée dans le groupe parisien, l’ancien joueur de Naples est très poche de son compatriote argentin Javier Pastore. Pourtant, les deux hommes ne se connaissent pas vraiment, contrairement à ce que l’on pourrait penser. « On se connaît parce qu’on se retrouve en sélection argentine, mais on ne se connaît pas plus que ça. En sélection, il y a des gens avec qui tu as des affinités. Avec Javier, on a toujours entretenu de bonnes relations mais je ne peux pas vous dire que c’est un ami. On va apprendre à mieux se connaître ici, a confié Lavezzi, qui est en revanche beaucoup plus proche de Leo Messi, son grand ami. Oui, Leo est un ami. On se voit, on se parle souvent au téléphone. Il ne veut pas trop se livrer. Je ne vais pas vous dire ce qu’il fait ou ce qu’il ne fait pas, ce sont des choses à respecter. Il faut lui demander, mais je pense qu’il veut se protéger. Leo, il faut en profiter sur le terrain. S’il va venir me rendre visite à Paris ? Qui sait, sûrement (rires). »

    En tout cas, grâce aux langues parlées dans l’effectif parisien, l’international argentin se sent comme un poisson dans l’eau mais il a tout de même prévu de prendre des cours de français. « Beaucoup de mes partenaires parlent espagnol et italien. Ce sont les deux langues que je parle, donc je me débrouille. Pour l’instant, je n’ai pas encore trouvé de maison mais quand je serai bien installé, je pourrai prendre des cours de français. Je pense que c’est quelque chose de très important pour mon intégration. »

    Enfin, Lavezzi a tenu à clarifier les choses au sujet d’une histoire selon laquelle il s’était battu avec un automobiliste à Naples. « Cette histoire est fausse. Je peux avoir des réactions sur le terrain, mais dans la vie je suis tranquille. Que les automobilistes parisiens soient tranquilles, je ne vais me battre avec personne », a assuré El Pocho, agressif dans le bon sens du terme sur le terrain mais très calme en dehors.




  • Toute l'actualité du PSG en vidéo
    Tags de l'article : , , ,
    Articles lies a ce sujet
    Espace communautaire
    • xxFaustxx

      Et oui il a de la chance. À 28 ans une seule bonne saison et ensuite il signe le contrat de sa vie au pdsg

      • ajamaislespd

        Tu aimes les saucisses toi aussi ma salope viens a Paris l’enfilé on va s’occuper de ton cul

      • ARTEM

        Mauvaise nouvelle pour toi, tu es aigri. :)

      • john lemon

        Oui, une seule bonne saison, d’ailleurs en 2009 si il ne restait pas à Naples, il avait le choix entre 2 clubs de tocards..

      • xxFaustxx

         ça devient un peu lourd ton délire de poster avec mon pseudo

    • OlivierParis

      Un peu Hors sujet, mais juste une chose me « dérange », ou qui je trouve peu être criticable est la langue parlée au sein du club, personnellement je ne vis pas en france, ni dans un pays francophone mais dans mon entreprise, malgré qu’il y ai pas mal de francais, nous ne nous parlons pas en francais, ou discretement… Autant la politique de recruter à l’etranger ne me dérange pas, mais que le francais AUTANT mis de côté je trouve ca dommage, et j’insiste bien sur le fait que dapres les commentaires, le francais n’est pas du tout parlé

      • Anelka95

        Qd tu vas bosser à l’étranger, tu es aussi recruté pour ta connaissance de la langue. Ce n’est pas le cas dans une équipe de foot. Or tu dois bosser vite et bien. Tu choisis, au moins ds un premier tps, la facilité afin que le boulot se fasse.

        • OlivierParis

          Tu as raison, mais je n’ai pas l’impression que ca soit juste dans un premier temps, a mon avis, vu le nombre d ‘espagno italien (en langue pas nationalité), ca m’etonnerait qu’ils se galèrent en francais si tu vois ce que je veux dire, meme apres plusieurs mois d’apprentissage de la langue , enfin a voir.
          Et dans mon entreprise nous parlons une langue universelle, l’anglais ;) (dans un pays non anglophone ;) )

          • Anelka95

            Seul l’avenir nous le dira mais je ne me fait pas trop d’illusion non plus. Ce qui compte vraiment c’est qu’ils fassent tous l’effort pour s’exprimer dans les medias ou aux supp. en français.

            • Voila Quoi

               Quand bien même, on aurait des joueurs sourds et muets du moment qu’ils s’expriment avec leurs pieds , moi ça me va …

          • Comme Anelka. Je dirais qu’on peut pas comparer ta situation avec celle d’un footballeur.
            Aujourd’hui si tu vis en France et que tu veux t’expatrier les pays qui recrutent et qui sont intéressés par les français c’est principalement l’Asie, l’Allemagne, l’Afrique noire et tous les riches pays qui finissent en « stan » (azeirbaidjan…).
            Quand on te recrute on va te demander de parler la langue locale, au minimum bilingue anglais + notions de la langue locale. Ca donne en général : bilingue anglais + français langue mat + niveau correct en chinois. Ou Anglais + Russe pour les pays d’europe de l’est.

            Dans le foot on peut pas faire ça…tu recrutes d’abord les gars suivant leur niveau, ce qu’ils peuvent apporter à l’équipe, et puis le foot c’est un langage universel, Pastore il parle toujours très mal le français (lui pour le coup on peut pas dire qu’il fasse beaucoup d’efforts…) ça l’a pas empêché de mettre 13 buts + 5 passes en L1 sans être encore à son top niveau.

            Après Oliver, si tu es nostalgique de la « grandeur de la france » ou partisan du développement (quoique je devrais dire plutôt de la survie) de la francophonie..que te dire ? C’est peine perdue à mon avis.. Si nous avions été plus malins on n’aurait pas abandonné le territoire d’amérique du nord aussi vite aux rosbeefs..là le monde entier parlerait français. Pour mémoire au XIXe la langue diplomatique c’était le français. C’est bien fini tout ça…:D

            •  quoi que j’ai oublié les pays du golfe pour les candidats à l’accueil des français.

            • Psg75

               Et bien c’est une bonne chose moi je trouve d’avoir la preuve qu’au moins certaines traces de la colonisation française soient effacées. Après que la langue parlé au PSG ne soit pas le Français a vrai dire on s’en fou. Et même si les joueurs ont l’occasion de s’intégrer dans le collectif par leur langue maternelle tant mieux, car ils s’intégreront plus rapidement.

            •  tout pareil que toi sur la colonisation : ya pas à être fier de la guerre d’algérie ou d’avoir abandonné les cambodgiens à leur triste sort (pol pot)…

              par contre c’est sur que j’envie un peu les anglophones..ils ont pas trop à sa casser le cul quand ils voyagent et/ou travaillent à l’étranger.

            • Florianl

              La langue francophone est celle qui a connue la plus grande progression en nombre de personnes la parlant ces 10 dernières années! Surprenant mais véridique!

      • MR rouge et bleu

         olivierparis la langue francaise est tres difficile a aprendre ce n est pas en 1 ans ou 6 mois que tu la maitrise meme nous qui la parlons courament on ne la  maitrise pas totalement

    Dernieres news

    Classement PSG Ligue 1

    # Equipe MJ V N D Pts
    1 Angers 0 0 0 0 0
    2 Bastia 0 0 0 0 0
    3 Girondins de Bordeaux 0 0 0 0 0
    4 Caen 0 0 0 0 0
    5 Dijon 0 0 0 0 0
    6 Guingamp 0 0 0 0 0
    7 LOSC Lille Métropole 0 0 0 0 0
    8 Lorient 0 0 0 0 0
    9 Metz 0 0 0 0 0
    10 Monaco 0 0 0 0 0

    Suivez-nous sur les reseaux



    # Equipe MJ V N D Pts
    1 Angers 0 0 0 0 0
    2 Bastia 0 0 0 0 0
    3 Girondins de Bordeaux 0 0 0 0 0
    4 Caen 0 0 0 0 0
    5 Dijon 0 0 0 0 0

    L'actualité européenne

    Meunier "on attendait Aurier à l’aéroport...il y a assez de qualités dans le groupe pour s'adapter aux forfaits

    T.Meunier « On a vu une première mi-temps excellente,un bloc aussi bien défensif qu’offensif »

    LDC

    Le Paris Saint-Germain s’est réveillé ce matin avec le sourire. Grâce au match nul acquis à ...

    Les dernières activités

    Fermer
    Activité récente
    Mao HASHIMOTOa publié un new post."Anciens – Ronaldinho voudrait aider Chapocoense"
    7 hours ago
    Arthur Barbauda publié un new post."Le FC Séville pourrait faire repartir Savaltore Sirigu dès cet hiver, selon Radio Marca"
    8 hours ago

    Actualité Féminine

    Les parisiennes Cissoko et Geyoro en finale de la FIFA Coupe du Monde U20 féminine 2016

    Les Parisiennes Cissoko et Geyoro en finale de la FIFA Coupe du Monde U20 féminine 2016

    Actu Féminin

    Lundi, les Féminines de l’Equipe de France U20, avec les joueuses du Paris Saint-Germain Hawa Cissoko (défenseur) ...

    Vidéos PSG

    Lavezzi : « J’ai eu de la chance »

    Ezequiel Lavezzi <Club , Interviews

    Cette saison, le PSG pourra compter sur le talent et la grinta d’Ezequiel Lavezzi pour parvenir à atteindre ses objectifs. L’attaquant argentin a forgé son caractère lors de son enfance passée en Argentine et n’a pas hésité à en parler lors de sa dernière interview. El Pocho est ensuite revenu sur ses rapports avec Javier Pastore et Lionel Messi.

    « Je viens de Rosario, une ville située à environ 100 km de Buenos Aires. Ma maman était femme de ménage et mon papa était employé dans une entreprise de réfrigération. Ils se sont séparés quand j’avais 2 ans et j’ai été élevé par ma mère. Honnêtement, même si je n’avais pas toujours tout ce que je souhaitais, je me souviens d’avoir vécu une enfance heureuse. Dans mon quartier, il y avait un club qui s’appelait Sol Naciente. Je me suis inscrit là-bas à 4 ou 5 ans, on jouait à sept sur un terrain en terre battue. Je suis resté jusqu’à 12 ans et ensuite j’ai changé de club pour rejoindre Coronel Aguirre, toujours dans mon quartier. Et à 16 ans, j’ai fait un essai à Boca Juniors. Je suis resté là-bas pendant trois mois, mais je me suis disputé avec un entraîneur et je suis retourné chez moi. Je suis resté trois mois sans rien faire. Heureusement à ce moment-là, un représentant de l’Estudiantes Buenos Aires m’a appelé et j’ai signé là-bas où je suis passé professionnel. On peut considérer que j’ai eu de la chance, a raconté Lavezzi dans Le Parisien, avant d’expliquer pourquoi il n’avait pas souhaité quitter Naples pour Chelsea ou Liverpool en 2009. Je pensais que ce n’était pas le bon moment. L’année dernière, en revanche, j’avais l’impression d’être arrivé au bout de mon cycle avec Naples. J’ai 27 ans, et si j’avais encore attendu, il aurait été trop tard. En accord avec le club, on a décidé que si une offre intéressante se présentait, je pourrais m’en aller. C’est là que j’ai été séduit par le fait de vivre et de jouer à Paris. En plus, j’ai fini avec la victoire en Coupe d’Italie, il n’y avait pas de meilleure manière de partir. »

    Depuis son arrivée dans le groupe parisien, l’ancien joueur de Naples est très poche de son compatriote argentin Javier Pastore. Pourtant, les deux hommes ne se connaissent pas vraiment, contrairement à ce que l’on pourrait penser. « On se connaît parce qu’on se retrouve en sélection argentine, mais on ne se connaît pas plus que ça. En sélection, il y a des gens avec qui tu as des affinités. Avec Javier, on a toujours entretenu de bonnes relations mais je ne peux pas vous dire que c’est un ami. On va apprendre à mieux se connaître ici, a confié Lavezzi, qui est en revanche beaucoup plus proche de Leo Messi, son grand ami. Oui, Leo est un ami. On se voit, on se parle souvent au téléphone. Il ne veut pas trop se livrer. Je ne vais pas vous dire ce qu’il fait ou ce qu’il ne fait pas, ce sont des choses à respecter. Il faut lui demander, mais je pense qu’il veut se protéger. Leo, il faut en profiter sur le terrain. S’il va venir me rendre visite à Paris ? Qui sait, sûrement (rires). »

    En tout cas, grâce aux langues parlées dans l’effectif parisien, l’international argentin se sent comme un poisson dans l’eau mais il a tout de même prévu de prendre des cours de français. « Beaucoup de mes partenaires parlent espagnol et italien. Ce sont les deux langues que je parle, donc je me débrouille. Pour l’instant, je n’ai pas encore trouvé de maison mais quand je serai bien installé, je pourrai prendre des cours de français. Je pense que c’est quelque chose de très important pour mon intégration. »

    Enfin, Lavezzi a tenu à clarifier les choses au sujet d’une histoire selon laquelle il s’était battu avec un automobiliste à Naples. « Cette histoire est fausse. Je peux avoir des réactions sur le terrain, mais dans la vie je suis tranquille. Que les automobilistes parisiens soient tranquilles, je ne vais me battre avec personne », a assuré El Pocho, agressif dans le bon sens du terme sur le terrain mais très calme en dehors.

    By
    @
    OTER ?>