Restez connectés avec nous

Club

Le titre s’enfuit dans la nuit…

A l’issue de la 38e et ultime journée de Ligue 1, Montpellier est sacré champion de France pour la première fois de son histoire. Même si le PSG a fait le métier en s’imposant à Lorient (1-2), la victoire des Héraultais à Auxerre permet à La Paillade de terminer cette saison sur la première marche du podium.

Vers 20 heures, la composition du PSG se faisait attendre. Signe d’une surprise ? Effectivement, dans la mesure où Clément Chantôme était titularisé dans l’entrejeu, en lieu et place de Momo Sissoko. Carlo Ancelotti ne souhaitait pas prendre de risque en alignant l’international malien, touché au genou gauche. Comme l’avait annoncé « Carletto » la veille, Kevin Gameiro remplaçait Jérémy Ménez, suspendu, dans le onze. C’est sur un terrain synthétique copieusement arrosé par la pluie que la rencontre débutait. Dans un stade du Moustoir quasiment comble, le PSG monopolisait le ballon dès les premières minutes de jeu. Les premiers instants de la partie manquaient cruellement de rythme, les deux équipes se neutralisant dans l’entrejeu. Au niveau offensif, les Parisiens enchaînaient les imprécisions et ne s’étaient toujours pas procurés d’occasions après le premier quart d’heure. Et pourtant, l’espoir se faisait sentir puisque Auxerre ouvrait le score au stade L’abbé-Deschamps face à Montpellier, grâce à un but d’Olivier Kapo (20e). Immédiatement mis au courant, le banc parisien se levait et les titulaires se ruaient à l’attaque.

Puis, c’était le coup de froid au Moustoir, avec l’ouverture du score des Merlus. Sur un bon débordement, côté gauche, Mareque venait trouver la tête de Monnet-Pacquet, plein axe. Ce dernier croisait bien sa reprise et trouvait le chemin des filets (1-0, 27e). Javier Pastore avait l’occasion d’égaliser quasi-immédiatement, mais ratait son face à face avec Janot (30e), puis voyait sa frappe lobée mourir sur la transversale du portier lorientais (31e). Peu après la demi-heure, la rencontre était interrompue par l’arbitre, en raison de jets de fumigènes de supporters franciliens. Après trois minutes d’arrêt, le match reprenait mais les hommes d’Ancelotti semblaient s’agacer, ne parvenant pas à maîtriser la situation. En fin de première période, les Bretons étaient tout proches de doubler la mise, suite à un coup-franc botté par Coutadeur. Il fallait une parade de Sirigu pour éviter la catastrophe (43e). A la mi-temps, certains supporters du PSG quittaient même le Moustoir…

Jusqu’au bout de la nuit

Au retour du vestiaire, Guillaume Hoarau prenait la place de Kevin Gameiro à la pointe de l’attaque. Au début de la seconde période, les Parisiens ne montraient guère plus d’envie qu’en première. Les Rouge et Bleu continuaient à multiplier les mauvais choix. Guillaume Hoarau était tout proche d’égaliser, avec un tir du pointu qui effleurait le montant droit de Janot (56e). A l’heure de jeu, Javier Pastore redonnait un peu d’espoir en égalisant. Jallet délivrait un centre que Nenê ne pouvait reprendre. « El Flaco » avait bien suivi l’action et se présentait seul face aux buts vides et y poussait le cuir (1-1, 61e). Touché à la jambe gauche sur son occasion, Hoarau devait céder sa place à Sylvain Armand (65e). Malgré le but de l’égalisation, les imprécisions persistaient dans le jeu francilien. A un quart d’heure de la fin du temps réglementaire, Thiago Motta permettait pourtant aux Rouge et Bleus de prendre l’avantage. Sur un corner frappé par Nene, le Brésilien se défaisait du marquage pour placer une puissante déviation de la tête sur la droit de Janot (1-2, 75e). Dans les dernières secondes de la parti, le club de la capitale temporisait, jusqu’au coup de sifflet final.

Il fallait alors se tourner du côté d’Auxerre, où le match avait pris plus de dix minutes de retard, la surface de Jourdren étant couverte de balle de tennis et de rouleaux de papier hygiénique en début de seconde période. Le match se trouvait de nouveau arrêté à l’orée du dernier quart d’heure, en raison d’un fumigène jeté dans la surface montpelliéraine. Après de longues minutes, une tribune devait être évacuée. Peu après la reprise de la rencontre survenait le coup de massue, avec un but d’Utaka à la 75e minute. Montpellier allait gérer son avance jusqu’à ce que l’arbitre siffle la fin du match.

Le titre de champion de France fuit le PSG depuis maintenant 18 ans. A l’issue de cet exercice 2011-2012, le club de la capitale termine à la deuxième place du Championnat, à trois longueurs de Montpellier. La saison prochaine sera-t-elle la bonne ? Réponse dans un an.

Vidéos football

 

Derniers articles

Autres articles présents dans Club