Restez connectés avec nous
Sebastiani: Verratti «le PSG a mis tout le monde d’accord» en 2012

Club

Marco Verratti, le prédestiné !?

Marco Verratti, c’est un peu l’histoire de l’enfant surdoué qui ne cesse de sauter des classes à l’école. En faisant signer un tel joueur, Paris effectue clairement un pari sur l’avenir.

L’international Espoir italien a paraphé mardi un bail de cinq ans avec le club de la capitale. Montant de l’opération : onze millions d’euros, assortis de quatre millions de bonus. En s’attachant les services de ce milieu de terrain de 19 ans, les dirigeants franciliens prouvent qu’ils s’inscrivent dans un projet à long terme. Illustre inconnu en France avant d’être sollicité par le PSG, Verratti aurait pu rester en Italie et signer à la Juventus Turin. « Dans la vie il faut faire des choix, et ce genre de proposition ne reviendra peut-être jamais plus dans ma vie donc je ne pouvais pas dire non au PSG », explique celui que l’on surnomme « Marcolino » dans le vestiaire. Au beau milieu des recrues cinq étoiles que sont Lavezzi, Thiago Silva et Ibrahimovic, il pourrait faire pâle figure. Or, ce « lutin » (1m65 pour 60kg) risque de devenir un joueur du même calibre que ceux-ci, dans les années à venir.

Flatteuse étiquette

« Il a toujours été en Italie ce qu’on appelle un prédestinato (un prédestiné), un talent visible dès le plus jeune âge », confie Antonio Di Battista, l’homme qui l’a repéré à Pescara, dans les colonnes de L’Equipe. Formé au poste de numéro 10, Verratti est précédé d’une réputation extrêmement flatteuse, puisqu’il se retrouve avec l’étiquette de « nouveau Pirlo » collée sur le front. C’est en 2010, alors que son désormais ex-club évoluait encore en troisième division italienne, qu’Eusebio Di Francesco a pris l’initiative de le faire descendre d’un cran sur le terrain. Au poste de regista (milieu défensif), il sait organiser le jeu intelligemment devant la défense, tout en conservant l’âme du meneur de jeu qu’il était initialement.  « Il ne sait pas perdre le ballon et l’utiliser à bon escient grâce à son coup d’œil. Faire la passe juste, trouver l’angle que personne ne voit. C’est un joueur idéal pour la dernière passe », souligne Antonio Di Battista.

Ascension fulgurante

C’est à l’âge de seize ans que Verratti effectue ses débuts avec l’équipe première de Pescara. Depuis, sa précocité ne s’est jamais démentie. Tout s’est enchaîné à la vitesse de la lumière pour le « Pirlo des Abruzzes ». 28 février 2012 : il débute en sélection avec l’équipe d’Italie espoirs en tant que titulaire lors d’un match amical, contre la France. 13 mai 2012 : il fait partie de la pré-liste de 32 Italiens amenés à disputer l’Euro avec la Squadra Azzurra de Cesare Prandelli. Une surprise de taille, dans la mesure où le natif de Manoppello n’a pas disputé le moindre match de Serie A de sa carrière. Lors de ce même mois de mai, le Delfino Pescara 1936 termine en tête de la Serie B. Les performances de Verratti (31 matches de Championnat lors de l’exercice 2011-2012) auront grandement contribué au retour de ce club au sein de l’élite italienne.

« Marco vit ça de façon très zen »

Même s’il quitte sa région et son pays natal très jeune, « Marcolino » ne devrait pas connaître de problème d’adaptation dans sa nouvelle équipe, tant le PSG ressemble désormais à un club italien (onze joueurs de l’effectif ont évolué en Serie A au cours de leur carrière, ndlr). Néanmoins, il sera exposé à une concurrence démentielle. Carlo Ancelotti lui a certainement déjà expliqué qu’il n’entamerait pas la saison avec un statut de titulaire. Dans son secteur de jeu, il risque d’y avoir « embouteillage » tant les places coûteront chères, avec des joueurs comme Momo Sissoko, Thiago Motta, Mathieu Bodmer, Clément Chantôme, Blaise Matuidi… « Tous les gamins seraient excités de venir jouer au PSG. Mais Marco vit ça de façon très zen », assure son agent, Donato Di Campli. L’itinéraire de surdoué suivi par Verratti s’écrit désormais à Paris.

Vidéos football

 

Derniers articles

Autres articles présents dans Club