Restez connectés avec nous

Club

Minimum syndical, première place assurée !

Avec une sixième victoire cette saison en Ligue 1, à Nancy (0-1), le PSG est assuré de conserver les commandes du championnat, avant même que la 10e journée ne soit officiellement terminée. Malgré un match vaillant, les hommes de Jean Fernandez demeurent lanterne rouge.

Pour ce choc des extrêmes, Carlo Ancelotti optait pour une composition d’équipe ultra-offensive. Le schéma tactique en 4-3-3 était conservé, avec Ménez en position de meneur de jeu et Pastore reculant d’un cran au milieu. Gameiro formait le duo d’attaque avec Ibrahimovic, tandis qu’Armand était préféré à Maxwell et Van der Wiel à Jallet pour les postes de latéraux. Les Parisiens entraient timidement dans la rencontre, avec des relances hasardeuses. Moukandjo récupérait le ballon d’un magnifique contrôle orienté et frappait. Sirigu était battu mais son poteau gauche le sauvait (2e). Les Lorrains continuaient à « bouger » leurs hôtes de la soirée. Dans la surface parisienne, Sakho touchait André Luiz en le taclant, mais l’homme en noir ne bronchait pas (8e). Haidara s’infiltrait côté gauche et adressait un tir à ras de terre, que Sirigu captait sans problème (10e). Les Rouge et Bleu se contentaient de repousser les assauts nancéiens. Suite à un contact dans l’entrejeu avec Karaboué, Matuidi restait au sol, avant de quitter la pelouse de Marcel-Picot en grimaçant.

Plus de peur que de mal : l’ancien Stéphanois revenait finalement sur le terrain. Sur un corner rentrant botté par Mollo, Verratti évitait le danger en dégageant le cuir de la tête, au premier poteau (22e). Côté droit, Pastore s’infiltrait dans la surface de l’ASNL, puis adressait une passe à Ibrahimovic. Situé aux six mètres, le géant suédois ne pouvait qu’effleurer le ballon (25e). Sur un corner francilien tiré par Ménez, Sakho coupait parfaitement la trajectoire de la tête. N’dy Assembe réalisait alors une très belle parade (28e). Décidément très en forme, le portier lorrain gagnait son duel face à Gameiro, qui avait hérité du ballon après un coup franc d’Ibra détourné par le mur (32e). Les Rouge et Bleu montaient progressivement en régime. Après un superbe mouvement, Matuidi tentait une reprise de volée du gauche qui s’envolait (35e).  Mollo perforait la défense parisienne, et décalait Karaboué, qui talonnait pour Hammar. A plus de 25 mètres, l’Algérien ne cadrait pas sa frappe (37e).

Ibracadabra est encore passé par là !

Pour la seconde période, Ancelotti effectuait un double changement, en faisant entrer Rabiot et Bodmer à la place de Gameiro et Verratti. Pastore retrouvait alors son poste de numéro 10, derrière la doublette Ibra-Ménez. A l’entrée de la surface lorraine, Matuidi décalait l’ancien Romain côté droit. Celui-ci repiquait et enroulait une frappe du gauche pour chercher la lucarne opposée. Le ballon flirtait avec la transversale (50e). Le numéro 7 gâchait une nouvelle occasion, en hésitant à frapper après une remise de la tête de Zlatan (51e). Sur son banc de touche, Ancelotti demandait à ses joueurs de se montrer encore plus agressifs. Le KO, d’un côté comme de l’autre, semblait alors imminent. Haïdira prenait le meilleur sur Matuidi avant de fixer Thiago Silva pour décaler Mangani. La frappe du gauche de ce dernier était cadrée mais manquait de puissance pour inquiéter Sirigu (58e). Après un relais de Ménez, Matuidi se trouvait servi en pleine course et frappait du gauche dans le petit filet droit de N’Dy Assembe (61e).

Relativement discret depuis quelques minutes, Ibrahimovic récupérait le cuir aux 35 mètres. Pratiquement sans élan, il adressait un véritable missile, qui venait s’écraser sur le haut de la transversale nancéienne (70e). L’ancien Milanais finissait pas faire trembler les filets. Servi par Matuidi, Ibra résistait à quatre défenseurs, avant d’armer une lourde frappe du gauche qui touchait le poteau avant de crucifier le gardien lorrain (1-0,75e). Peu avant la fin du temps réglementaire, Sirigu boxait un coup franc parfaitement enroulé par Grange (88e). La fin de match, totalement débridée, voyait Ménez manquer l’occasion de faire le break.

Le PSG s’est imposé par la plus petite des marges ce soir à Marcel-Picot (1-0). Sans être flamboyants, les Rouge et Bleu se sont montrés efficaces et réalistes. Au classement, les hommes de Carlo Ancelotti possèdent trois points d’avance sur Toulouse et l’OM, à la veille de l’Olympico. Pour son prochain match en Ligue 1, Paris accueillera Saint-Étienne pour le compte de la onzième journée de championnat. Trois jours plus tôt, ils auront affronté Marseille au Parc des Princes, en 8e de finale de la Coupe de la Ligue.

Derniers articles

Autres articles présents dans Club